Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. L'étrange visite de Guillaume Seznec à Me Gautier.

Être malheureux en juin est aussi inconvenant qu'être heureux en écoutant du Schubert.
Amélie Nothomb.

Affaire Seznec. L'étrange visite de Guillaume Seznec à Me Gautier.

                 Le journal du 3 juillet 1923

 

           Ouest-Eclair du 3 juillet 1923

 

Mémorial de la Loire et de la Haute Loire du 3 juilllet 1923.

                

 

"De même, je maintiens que je n'ai passé à  Paris que la seule journée du 1er juin pour voir un de mes amis, M. Gauthier, et que je suis rentré à Morlaix le soir de ce même jour." dixit Seznec.

 

Qui l'a envoyé chez Gautier ?

Je penche pour l'ancien maire de Landerneau, Legrand, qui, étant alité, avait le temps de lire la presse et de prodiguer ses conseils.

 

Quant à Me Gautier, faut croire qu'il ne se sent pas bien et qu'il est même mort de trouille de voir l'importance que revêt dans les médias la disparition de Pierre Quemeneur. Car, devançant toute enquête, il en fait une déclaration à la presse.

Une déclaration sans queue ni tête..

Puisqu'il nous parle là d'honoraires de 1000 francs pour une affaire où Seznec est condamné à 5 francs, et solidairement avec de Jaegher à 200 francs.

1000 francs que Guillaume Seznec n'aurait jamais pu sortir de sa poche, fauché comme les blés qu'il était.

Bizarre aussi que de Jaegher n'ait pas pris le même défenseur que Seznec dans cette affaire.

Cela tend à démontrer que l'excuse pour le recours à Gautier du différend Croissant est bidon, totalement bidon.

Au pays des menteurs, il y a âpre lutte pour emporter le premier prix...

Mais ce n'est pas tant cette visite à Gautier qui est intrigante..

Que le fait que Guillaume Seznec n'en ait jamais parlé à la famille du disparu...

Pourtant, il aurait pu montrer ainsi son empathie devant l'absence de Pierre Quemeneur..

Quand Jenny Quemeneur se pointe à la scierie, le lundi 4 juin 1923, Seznec nous la joue lointain et méprisant, alors qu'il eût été si simple de lui dire : je suis allé à Paris hier pour me préoccuper de la disparition de Pierre.

Ça aurait eu au moins plus de gueule que son silence minable...

Idem pour le dimanche 10 juin, quand Jean Pouliquen et Louis Quemeneur se pointent à la scierie pour en savoir plus.

Toujours grand silence radio du Seznec sur son escapade parisienne.

Idem devant l'inspecteur Léopold Fabrega, quand il les accompagne à Rennes ce même 10 juin pour signaler la disparition du conseiller général.

A partir de ce moment là...

Pouliquen et Louis Quemeneur vont décider de mener seuls et sans Seznec leur enquête à Paris.

On les comprend...

C'est enfin devant Vidal (28/29 juin ?) que Seznec va daigner parler de son escapade parisienne.

Encore ment-il sur le jour exact et sur la qualification de Gautier (un ami ?)

Si Guillaume Seznec s'était seulement montré moins méprisant devant l'inquiétude de la familles suscitée par l'absence de leur frère et beau-frère...

S'il avait signalé son escapade parisienne...

Avec des si...

On connaît hélas la suite de cette affaire..

Qui ne fut pas rose pour Seznec.

 

Liliane Langellier

        Le Petit Parisien du 13 juillet 1923

Ce qui intéressait la police, c'était de savoir si le gars Guillaume était bien à Paris le 2 juin (passage à la poste du bld Malesherbes pour récupération du chèque)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article