Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec : la date de la mort de Pierre Quémeneur selon Jean-Yves Seznec

Je sais que je ne sais pas.
La Grande Catherine de Russie (plagiant Socrate)..

Je l'ai toujours dit...

Même si les fils de Petit Guillaume m'ont choisie pour me révéler ce que leur père leur avait confié...

Je n'ai pas de problèmes d'ego.

Et contrairement à ceux qui cherchent actuellement,

...Je vous ai tout de suite demandé qu'on cherche ensemble...

Qu'on avance ensemble.

Et voilà ce que @olijuseb m'envoie en DM ce matin sur Twitter :

Dans le Bernez Rouz, on peut lire que Marie-Jeanne déclare à Cunat le 30 juin 1923 que “La veille au soir (donc le 21 mai), ma bonne Angèle Labigou avait vu cette boîte et son contenu sur mon lit où j’avais soulevé le couvercle en sa présence et elle avait vu l’or dans la boîte.” Malheureusement pour la crédibilité de ce témoignage, Angèle Labigou était absente pour un deuil familial du 15 au 23 mai Un de ses frères, François Louis Labigou (1883-1923), ouvrier ardoisier, travaillait le 15 mai avec ses camarades au fond du puits à la carrière de la Société des ardoisières armoricaines sise au hameau de Cars-Allain en Plounévezel quand soudain un chaînon tombant du sommet du puits vint le frapper à la base du crâne – Transporté d’urgence à l’hôpital de Carhaix, le malheureux y est décédé quelques heures après l’accident.

Attention...

Je l'ai dit et re-dit :

Jean-Yves et Gabriel Seznec ne m'ont pas donné de date précise pour la mort de Pierre Quémeneur.

Juste dit : "Ce n'était pas à la date dont tout le monde parle !"

Et que Petit Guillaume avait évoqué des histoires de météo et de gel des tomates.

Si tout cela s'est déroulé le dimanche 27 Mai 1923.

Cette date n'est effectivement pas la date officielle.

Car, pour tout le monde, y compris pour moi au début, Pierre Quémeneur a disparu dans la nuit du Vendredi 25 Mai 1923 au Samedi 26 Mai 1923.

ça, c'est la date officielle.

On peut donc transposer l'histoire...

Et réajuster l'emploi du temps de Pierrot comme suit :

Jeudi 24 Mai 1923 : Rennes

Vendredi 25 Mai 1923 : Dreux/ Houdan

Samedi 26 Mai 1923 : Paris

Dimanche 27 Mai 1923 : Morlaix dès 6 h 09.

Idem pour Guillaume Seznec, du moins au début :

Jeudi 24 Mai 1923 : Rennes

Vendredi 25 Mai 1923 : Houdan/ Dreux

Samedi 26 Mai 1923 : Mittainville / Pré-en-Pail

Dimanche 27 Mai 1923 : Morlaix heure à définir.

J'aime qu'on m'apporte une contradiction constructive.

La Fête des Fleurs à Morlaix :

 

Toujours du même @olijuseb :

Sinon, je ne sais pas si ça a de l'importance, mais les 20 et 21 mai était célébrée à Morlaix la fête des fleurs, la ville pavoisée était noire de monde, le préfet avait donné autorisation d'ouvrir les débits de boisson jusqu'à 3 heures du matin, un défilé automobile et hippomobile a parcouru les rues accompagné des fanfares de la région et de nombreuses personnalités et notables y assistèrent.

 

Intéressant, non ?

 

 

La Dépêche de Brest du Mardi 22 Mai 1923

 

Il y avait de nombreuses personnalités à cette fête.

Peut-on supposer que le conseiller général Pierre Quémeneur s'y serait montré ?

Pas sûr. 

Il était sur Landerneau/Sizun.

Pas sur Morlaix.

Maintenant, a contrario, rien n'est plus facile de se dissimuler que dans une fête.

Où passer inaperçu est un jeu.

Et sortir une voiture pendant que tous les gens regardent ailleurs.

Résumons....

Angèle Labigou n'aurait pas pu avoir vu Pierre Quémeneur mort à terre le dimanche 20 Mai 1923...

Car elle aurait été en famille pour la mort de son frère Louis.

Décédé le 15 Mai 1923.

Et vous pensez sérieusement qu'Angèle, aurait pu prendre 8 jours de congé (du 15 au 23 Mai) pour aller à l'enterrement de son frère ?

Reste à trouver la date exacte des obsèques du frérot.

Car Bernez Rouz suggère une absence du 15 au 23 Mai 1923 (pages 123/124)

Mais rien ne le prouve !

Le week-end de Pentecôte

Oui, du samedi 19 Mai 1923 au Lundi 21 Mai 1923, c'est le week-end de Pentecôte.

Thierry Connan me dit : Guillaume n'aurait jamais manqué la messe du Dimanche de Pentecôte.

Je n'ai jamais trouvé trace d'une pratique assidue de Guillaume Seznec.

Pour moi, il n'était point messeux.

Il commence à se rapprocher de l'Eglise catholique au bagne.

Et, on le comprend.

Donc exit l'histoire de la messe de Pentecôte à laquelle Guillaume Seznec aurait assisté.

Le même Thierry évoque la communion solennelle de Jeanne Seznec le Dimanche 20 Mai 1923.

La seule trace qu'on est de cette communion, c'est la dépense de Jeanne.

Qui a sorti ses dollars or pour sa petiote.

40 dollars pour une première communion le (vendredi) 11 mai 1923...

Rouz se trompe.

Sur sa page 124.

Ce n'est pas la première communion...

Qui, elle, se déroule lors des 9 ans d'un enfant.

Et qui permet à l'enfant de recevoir l'hostie.

Elles se sont d'ailleurs déroulées le Jeudi 10 Mai 1923, Jeudi de l'Ascension à Morlaix :

 

Oui,on faisait souvent sa première communion le Jour de l'Ascension.

Souvenez-vous, les petites filles en blanc avec des petites corbeilles de pétales.

Qu'elles jetaient sur le passage du Saint Sacrement.

Mais on parle là de la communion solennelle.

Et oui, Jeanne a 11 ans (1923 - 1912) à cette Pentecôte-là.

L'âge de la communion solennelle.

Qui est en fait un renouvellement des promesses du baptême.

Je vous ai déjà raconté que, pensionnaire dans un établissement catholique très strict à Boulogne sur Seine, j'avais fait ma communion le 13 Mai 1959.

Mais, les religieuses, à l'époque, ne souhaitaient pas que nous rentrions chez nous à l'heure du déjeuner.

Car le renouvellement de notre promesse du baptême avait lieu pendant les Vêpres.

L'après-midi.

 

Les parents ne nous récupéraient donc que le soir.

Je pense que c'était la même règle dans le pensionnat de Jeanne.

Tout cela n'a été bouleversé qu'avec Vatican II (octobre 1962).

Et puis, vous lisez bien le 13 Mai 1959 était un mercredi, pas un dimanche.

Le Dimanche était le Jour du Seigneur.

Et réservé uniquement au Seigneur.

Tout ça pour vous dire que ça va pas, là !

Jeanne dépense de l'argent le 11 mai et la petite aurait fait sa communion le dimanche 20 Mai ????

Et puis 13 ou 20 Mai, de toutes façons, Jeanne serait restée au pensionnat toute la journée !

.........................

Résumons :

- Exit l'absence d'Angèle Labigou de la scierie du 15 au 23 Mai 1923.

Angèle n'aurait jamais pu prendre  9 jours de congé.

Même pour enterrer son frère.

- Exit Guillaume Seznec présent à la messe de Pentecôte à Morlaix.

Si vous trouvez quelque part la trace écrite d'une participation de Guillaume Seznec à une messe (avant le bagne où il fut sacristain), faîtes-le moi savoir.

- Exit la communion solennelle de Jeanne.

Dont la principale cérémonie se déroulait  l'après-midi aux Vêpres.

 

Mais, justement...

Plus il y a foule, plus on se dissimule.

Et avec la Fête des Fleurs à Morlaix...

Guillaume Seznec pouvait circuler peinard.

Car le service d'ordre était occupé ailleurs. Et autrement.

Je reste toujours sur la date du dimanche 20 Mai 1923 pour la mort de Pierre Quémeneur.

A vous maintenant d'argumenter pour me prouver le contraire.

Liliane Langellier

 

P.S.  Merci à louisfrançois de "Justice Affaires Criminelles" pour son soutien indéfectible.

 

P.S. 2 Intéressant le dernier article de Marc du Ryez sur :

Ernest Conrad Acherman, le contact parisien.

Avec Marc, au moins, on avance !

 

P.S. 3 Voilà le commentaire Facebook de l'Association Guelta's anime :

GueltaS'Anime Extraordinaire soirée que celle de la conférence de Denis Seznec à Gueltas, et preuve est faite que cette affaire suscite toujours autant de passions. Que voulait donc prouver cet intervenant qui se targue d'être à l'initiative de la découverte d'un os d'origine.... animal ?? Pourquoi en voulait-il donc à Denis Seznec qui se bat sans relâche depuis tant d'années pour redonner honneur au nom Seznec et qui soudainement voit non plus le nom de son grand-père jeté en pâture mais celui de sa grand mère qui serait elle aussi devenue une criminelle .... L'émotion était grande pour Denis Seznec mais l'auteur de ces accusations n'en démordait pas et ne voulait plus lâcher son os !!!!

 

 

Angèle Labigou. La servante au grand coeur...

Angèle Labigou. La servante au grand coeur...

Angèle Labigou défend son maître au procès d'octobre 1924.

Angèle Labigou défend son maître au procès d'octobre 1924.

La dette de Guillaume auprès d'Angèle.

La dette de Guillaume auprès d'Angèle.

Annonce du décès d'Angèle Labigou dans La Dépêche de Brest du 31 octobre 1938.

Annonce du décès d'Angèle Labigou dans La Dépêche de Brest du 31 octobre 1938.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Outre les témoignages, il y a des éléments qui sont, de mon point de vue, probants quant au fait qu'il n'est rien arrivé de grave à Pierre Quémeneur le dimanche de Pentecôte 1923, le 20 mai.<br /> <br /> Voici "La Dépêche de Brest" du 29 juin 1923.<br /> <br /> http://ladepechedebrest.fr/viewer/23147/?offset=1#page=1&viewer=picture&o=&n=0&q=<br /> <br /> On y voit que, le 21 au soir, rentrant chez lui à Landerneau depuis Commana en passant par St Sauveur, qui est sur la route (ce qui concorde avec le témoignage de Me Pouliquen) il se rend chez le secrétaire de mairie et lui parle de la future séance du 24, ce qui est normal puisque son intervention est prévue.<br /> <br /> Le 24, il est parti et il fait porter une lettre d'excuses bien mystérieuse, que le maire lit en séance. Elle ne peut être que de lui, M. Abgrall connait son écriture et il donne des détails que lui seul peut connaître sur les chemins vicinaux de St Sauveur.
Répondre
M
Chère Liliane,<br /> <br /> Votre communion me rappelle la mienne.<br /> Il se trouve que notre cérémonie de l'après-midi n'existait pas en 1923, elle a été créée en 1936 (Wikipedia) :<br /> En 1936, l'Assemblée des cardinaux et archevêques de France décide d'adjoindre à cette cérémonie un rite de renouvellement des promesses de baptême pour lui conférer un nouveau sens originel. À Paris, la communion est alors célébrée un dimanche matin, et la profession de foi l'après-midi du même jour.<br /> Il n'y avait donc pas de raison de garder la communiante pour le déjeuner, contrairement aux années 50.
Répondre
M
Dans L'Ouest-Eclair du 1er septembre 1923 : "Angèle Labigou a entendu parler des dollars pour la dernière fois au début de mai lorsque Mme Seznec lui dit que son mari allait en employer quelques-uns à l'occasion de la première communion d'une de leurs filles, ainsi que nous l'avons relaté." Mais sa maîtresse tient absolument à ce qu'elle en ait vu une boîte pleine le 21 mai ou quelques jours avant, alors qu'Angèle n'en a peut-être jamais vu un seul. Et la première communion, ça semble être début mai, à moins que Guillaume Seznec n'ait fait les achats bien en avance.
Répondre
A
"J'ai raté quelque chose ou quoi ???<br /> Maintenant à écouter le Maillot, Pierre Quémeneur aurait été brûlé dans la chaudière ???? (...)<br /> Or les fouilles, c'était bien pour trouver un cadavre, non ?"<br /> <br /> Un cadavre, ou plutôt un squelette. Mais non, chère Liliane, vous n'avez rien raté...<br /> On cherche un squelette, on ne trouve d'os que de bovin.<br /> En revanche, on trouve des "scories".<br /> Alors, voilà, on "raccommode" grossièrement la théorie, ce qui donne à peu près :<br /> Puisque - disons les restes - de Quemeneur sont nécessairement sous le cellier, et qu'on n'a pas trouvé de squelette humain, va pour les scories. C'est que le corps a été brûlé. CQFD...<br /> <br /> Cela me rappelle un peu l'histoire du monsieur qui cherche sa montre sous un réverbère, et à qui l'on demande s'il est sûr de l'avoir perdue là, et qui répond : "non, mais ici il y a de la lumière"...
Répondre
L
Non, non, non...<br /> On ne brûle pas le cadavre...<br /> Les témoignages de Jean-Yves et de Gabriel Seznec ont été très clairs à ce sujet.<br /> Le corps gisant de Pierre Quémeneur a été roulé dans une couverture.<br /> Et emmené loin de Morlaix.<br /> Par Guillaume Seznec et un de ses amis (Boucher ? Commerçant ?)<br /> Ils ne sont rentrés que le lendemain midi.<br /> Ils voulaient lui donner "une sépulture décente".<br /> Et chez les Cathos en 1923, pas de crémation autorisée.<br /> Guillaume Seznec n'a jamais voulu dire où était enterré Quémeneur.<br /> Quand Petit Guillaume, alors qu'il vivait chez lui à Magny-en-Vexin, a un peu trop insisté...<br /> Il est reparti vivre illico chez sa fille Jeanne à Paris 13ème.<br />
G
Alain, <br /> Ne trouvez-vous pas que le récit de Petit-Guillaume trouve une résonance particulière avec les témoignages des voisins de la scierie. Ceux qui avaient remarqué le feu d'enfer dans la chaudière, les ouvriers envoyés en forêt le lundi, la cuve encore chaude, les cendres vidées dans la rivière...., etc.<br /> Seznec fait face aux accusations plutôt crânement, sauf en deux occasions : à son arrivée à Morlaix à la mi-juillet et au moment de la perquisition du 31 août où il vacille. <br /> Rappelez-vous, du côté de Houdan, il mettait les enquêteurs au défit de lui montrer le corps de Quéméneur. <br /> Liliane, <br /> J'ai compris l'humour ; le pays des fraises est Plougastel-Daoulas.
M
Bonjour, Liliane. Oui, contradiction constructive uniquement, et surtout, citer ses sources quand on avance quelque chose sans y mettre le conditionnel. Pas de messe et pas de communion tant qu'on n'a pas de source, ça reste une hypothèse.<br /> <br /> Pour les neuf jours d'absence d'Angèle Labigou, ils sont confirmés par Marie Jeanne, puisque quand on lui fait remarquer qu'Angèle était absente du 15 au 23 mai et qu'elle n'a donc pas pu voir les dollars le 21, Marie Jeanne change son témoignage en disant que c'était quelques jours avant.<br /> <br /> De mon côté, j'ai progressé sur Acherman et j'ai écrit un premier billet sur l'animal. Oui, j'ai envie de l'appeler Acherman, maintenant, mais j'ai mes raisons.
Répondre
G
Bonjour,<br /> A propos de la communion de Jeanne, Seznec aurait échangé une quarantaine de dollars, les seuls dont l'existence est avérée.<br /> <br /> Courses à Commana plutôt que la fête des Fleurs à Morlaix qui n'est pas sa (future) circonscription.<br /> Je vois mal Pouliquen avancer cela si c'est faux. Cette assertion peut-être confirmée par des dizaines de personnes présentes. Le timing du notaire ne souffre pas d'incohérence en plus il est confirmé par Seznec (appel téléphonique du 22 mai au soir, par exemple).<br /> <br /> Une mort du conseiller général le 20 mai fait des Seznec, un couple encore plus machiavélique que celui à l’œuvre dans la confection des faux pour égarer les enquêteurs et s'approprier Traou-Nez.<br /> <br /> Angèle, plus gouvernante que bonne à tout faire, peut s'absenter une semaine pour les obsèques de son frère dont on ne connaît pas la situation. Les enfants Seznec sont en pension, à mon avis ses patrons n'avaient rien à lui refuser surtout dans ces circonstances.<br /> N'oublions pas pas que La Bonne Angèle était assez aisée, avec son petit pactole, toutes les économies d'une vie, elle pouvait manquer plusieurs jours.<br /> <br /> Pour les fraises c'est Plougastel-Daoulas, St Eloy est connecté plus à Sizun et Hanvec/Le Faou qu'à Daoulas.
Répondre
T
Le frère d'Angèle meurt d'un accident de travail, peut-être qu'il y a eu enquête pour déterminer si une responsabilité était engagée ; si François Labigou avait des enfants, un conseil de famille a pu être réuni pour leur attribuer un tuteur, Angèle devait faire partie de ce conseil. Bien sûr cela fait beaucoup de suppositions, mais ça pourrait expliquer son absence prolongée.
L
Guy...<br /> Pour les fraises de Daoulas...<br /> Qui sont les plus connues...<br /> C'était juste une plaisanterie..<br /> Avec "Ne ramène pas ta fraise !"
L
A part Pouliquen et Seznec, vous avez qui pour nous confirmer l'emploi du temps exact de Pierre Quémeneur ?<br /> #jedemande