Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : la maison de Traon ar Velin

Je te construirai une maison !
2 Samuel 7.1-29

La différence entre la version de Petit Guillaume exploitée par Denis Langlois et la mienne est de taille...

Oui, de taille !

Langlois, sûr de son livre, clame que Guillaume Seznec a enterré le cadavre de Pierre Quémeneur dans un cellier. 

Après que Marie-Jeanne l'ait assassiné d'un coup de chandelier...

En état de légitime défense.

Sa vertu était en danger.

Le cadavre a été enterré sur place.

Oui, sur place.

Dans le cellier.

Dans la maison de Traon ar Velin.

102, rue de Brest, à Morlaix.

D'où les fouilles de février 2018.

D'où le suspens du mâchefer...

Moi, je m'en tiens à la version que m'ont confiée les deux fils de Petit Guillaume...

Oui, les petits-fils de Guillaume Joseph, Marie Seznec.

Petit Guillaume a clairement dit à ses deux fils, Jean-Yves et Gabriel, que le cadavre, après avoir été enroulé dans un drap par la bonne Angèle Labigou, a été emmené loin de Morlaix.

Par Guillaume Seznec et un de ses potes.

Ils ne sont revenus que le lendemain midi.

Ou en début d'après-midi.

Ils sont donc allés l'enterrer décemment.

Enterrer n'est pas brûler.

Je le rappelle encore, en 1923, l'Eglise catholique n'acceptait pas les crémations.

Donc exit tous les fantasmes du cadavre brûlé dans la chaudière.

Et les Seznec souhaitaient lui donner "une sépulture décente" à Pierrot.

Je le rappelle il y a eu serment entre les 4 témoins de cette scène.

Et chez les catholiques, quand on jure devant Dieu...

D'autant plus que dans cette famille Seznec, Guillaume et Petit Guillaume, comme fils unique et fils aîné, étaient destinés, dès leur naissance, à la prêtrise.

Mektoub !

Ou plutôt tonkadur !

 

Marestet in Le Parisien Janvier 1954,

Seznec serait-il allé enterrer le cadavre de Quémeneur à Traou Nez ?

..............

On va maintenant essayer d'éclaircir le lieu exact où Pierre Quémeneur a raté une marche.

Vous le savez, si vous suivez ce blog, la maison Seznec de 1923 est désormais divisée en deux propriétés.

A gauche,quand vous êtes de face, c'est la partie d'Annie Suet.

A droite, c'est la partie de Gilles Saunier.

(Lire la répartition des différentes pièces dans les documents en bas de ce billet).

 

La fenêtre du salon est à gauche avec les volets fermés bordeaux.

 

Quand les voisins de Mme Cloarec/Saunier m'ont jointe, ils m'ont tout de suite dit que le salon de l'ancienne maison Seznec était dans leur salon.

Avec du parquet en chêne.

Oui, un beau parquet en chêne ciré.

Le parquet n'est plus là, il a été enlevé peu de temps après l'achat en 1992.

Mais il y avait aussi une cheminée.

Que Bruno a découverte en enlevant l'enduit des murs.

Une cheminée dans le salon, donc.

La salle à manger des Seznec est, elle, dans l'autre maison, à droite, celle de Gilles Saunier.

Entre ce salon et la salle à manger, il y a bien une bonne marche.

Pas une petite marche, mais une bonne marche d'environ 25 centimètres.

Ce sont les propriétaires qui le disent.

Vous suivez ?

Oui, quand Pierre Quémeneur a reculé, il a perdu l'équilibre car il n'avait pas calculé la marche.

Et il est allé tomber sur l'accoudoir d'un lourd fauteuil breton à deux places.

(ndlr On ne trouvera aucune trace de ce fauteuil dans un quelconque inventaire, les Seznec s'en sont débarrassés fissa, m'a-t-on précisé.)

 

Ancien fauteuil breton. Art populaire 19e siècle.

 

Quand il a entendu sa mère crier...

Petit Guillaume a regardé par la fenêtre du salon.

Celle qui se trouve au rez-de-chaussée, complètement à gauche, quand on est face à la maison.

La différence de nos deux versions, celle de Langlois et la mienne, est donc de taille.

Là où moi, je dis : salon, parquet ciré, petite marche...

Langlois dit : chandeliers, cellier.

Lui il reste avec la version Bernard Le Her / Petit Guillaume.

Moi j'avance avec les versions Jean-Yves / Gabriel Seznec.

A force de penser "cellier", Langlois a zappé de s'occuper où se trouvait le salon de la maison Seznec.

Et ce salon se trouve bien chez Mme Annie Suet, la voisine.

Je le savais dès le dimanche 11 mars.

Quand ils m'ont appelée.

Mais ce détail ne m'avait pas, à l'époque, paru important.

Seulement, ce matin, après une longue conversation téléphonique avec Jean-Yves, je me suis souvenue où se trouvait le salon.

Aussitôt dit, aussitôt fait.

Je viens donc de joindre de nouveau les voisins qui m'ont envoyé des photos.

Que je viens de publier.

Capisce ?

Le salon avait bel et bien un beau parquet ciré.

Il existait bien une bonne marche entre le salon et la salle à manger.

Marche qui a été la cause du trépas du conseiller général.

J'attends des plans plus précis.

Que je publierai également.

Car, contrairement à ce que M. Laurent Maillot a affirmé dans les commentaires de ce blog, il n'y a pas de plan de la maison publié actuellement sur le Net.

Je parle de plan de l'intérieur de la maison.

Mais ils existent.

Et je sais où les trouver.

Alors...

Alors juste un peu de patience !

Je tiens à remercier ici Madame Annie Suet et Monsieur Bruno Lombardo pour l'aide aimable et les documents précieux qu'ils m'ont fournis sur leur partie de la maison du 102, rue de Brest.

Et une fois encore...

Joyeuses Pâques à tous !

Liliane Langellier

Lire sur mon blog Mediapart le résumé de cette folle semaine :

Enfin la vérité dans l'affaire Seznec.

P.S. A-t-on des photos de Guillaume, de Marie-Jeanne ou des enfants dans la maison de Traon-ar-Velin dans les années 20 ?

Je n'en ai trouvé aucunes...

P.S. 2 Tiens, une petite histoire pour vous détendre un peu les zygomatiques...

En pleine période de "la petite journaliste de Seznec" (1992/1994), l'une de mes potes, pharmacienne et corse, m'avait emmenée voir sa voyante privée...

Pour l'affaire...

Dans ma famille, la voyance est bannie et les voyantes peu fréquentables.

Madame Voitout m'a décoché : "Pour l'affaire, c'est vous qui trouverez, mais vous ne pourrez pas le dire !"

Marrant, non, maintenant quand on y pense !

P.S.3 Je viens d'être prévenue que Denis Langlois avait publié un nouveau livre.

 

 

 

 

 

Vue de Traon ar Velin en 1923.

Vue de Traon ar Velin en 1923.

Le papier à lettres de Guillaume Seznec. Février 1920.

Le papier à lettres de Guillaume Seznec. Février 1920.

Morlaix. Recensement 1921.

Morlaix. Recensement 1921.

Maison... Etage, mansardes, grenier... in La Dépêche de Brest du 16/12/1924.

Maison... Etage, mansardes, grenier... in La Dépêche de Brest du 16/12/1924.

Vente de Traon ar Velin. 17 octobre 1924.

Vente de Traon ar Velin. 17 octobre 1924.

Traon ar Velin. Propriétaires successifs.

Traon ar Velin. Propriétaires successifs.

Pierre Jegou successeur de Guillaume Seznec à Traon ar Velin.

Pierre Jegou successeur de Guillaume Seznec à Traon ar Velin.

Traon ar Velin 1975 (cf blog de Denis Langlois).

Traon ar Velin 1975 (cf blog de Denis Langlois).

La propriété de Madame Annie Suet. 102, rue de Brest.

La propriété de Madame Annie Suet. 102, rue de Brest.

La propriété de Madame Annie Suet. 102, rue de Brest.

La propriété de Madame Annie Suet. 102, rue de Brest.

La partie Saunier de la maison du 102, rue de Brest.

La partie Saunier de la maison du 102, rue de Brest.

Le parquet en bois ciré, un jour de Noël. Photo Bruno Lombardo.

Le parquet en bois ciré, un jour de Noël. Photo Bruno Lombardo.

La fenêtre du salon à ce jour, 31 Mars 2018. Photo Bruno Lombardo.

La fenêtre du salon à ce jour, 31 Mars 2018. Photo Bruno Lombardo.

La cheminée de la maison Suet tout contre la maison Saunier. Photo Bruno Lombardo.

La cheminée de la maison Suet tout contre la maison Saunier. Photo Bruno Lombardo.

Photo de la marche métrée ( lambris démonté ) salon, salle à manger...c'est pareil ! Bruno Lombardo.

Photo de la marche métrée ( lambris démonté ) salon, salle à manger...c'est pareil ! Bruno Lombardo.

On ne peut pas poser de chandeliers sur cette cheminée. Photo Bruno Lombardo.

On ne peut pas poser de chandeliers sur cette cheminée. Photo Bruno Lombardo.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Bon j'ai bien compris, c'est la même source; la source Petit-Guillaume transmise à Langlois par Bernard Le Her et à vous par Jean Yves et Gabriel.
Répondre
J
Bonjour Liliane

Les photos de 1923 et 1975 montrent bien cette différence de hauteur . Il suffit de comparer la hauteur des linteaux entre la maison principale où se trouvait le séjour. et le retour (salon) (la porte bouchée laisse encore apparaitre le linteau plus bas :ce qui conditionne le seuil de cette porte exterieure laquelle visiblement devait donner elle aussi dans le salon).J'en déduis qu'l y avait donc une porte intèrieure entre le salon et le séjour avec un dénivelé équivalent à une marche et une porte entre le salon et l'exterieur

le sol du salon était donc plus bas que le sejour ou inversement.
Répondre
G
Dites moi si je me trompe; Jean Yves et Gabriel tiennnent leur version de leur Père, non?
C'est bien la même source?
Répondre
L
Vous finassez pas un peu, juste là ?
Dans quel but ?
Sauver le soldat Vilain ?
G
Plus que votre version ou celle de Denis langlois, il s'agit avant tout de la version de Petit-Guillaume, rapportée par deux canaux différents: par Bernard Le Her en 1977 et par les deux fils aujourd'hui.

Petit-Guillaume a raconté ce qu'il a vu; le corps d'un homme allongé dans le salon, sans comprendre, du haut de ses douze ans, tout de la situation. Il a vu sa mère affolée, la bonne paniquée prenant les choses en main, son père catastrophé à son arrivée, pleurant ses dollars disparus, sa ruine.
On lui a fait jurer de ne rien dire de tout cela.
Que cela doit être lourd un pareil secret, surtout dans les semaines suivantes, les mois, les années où quasiment jamais la pression ne retombera.
En 1977 une demande est élaboré par Me Langlois, avocat de Jeanne Seznec, veuve Le Her. Elle semble plus sérieuse que les précédentes (je sais c'est pas difficile). Agacée, le frère ainé, qui n'a pas oublié la période 3 octobre 1948 - 1955 où un combat fratricide a opposé la soeur et ses deux frères, glisse sa version à l'avocat par l’intermédiaire du neveu.
Cette version s'est étoffée; à ce qu'il a vu, ce qu'il se rappelle avoir vu, s'est ajouté ce qu'il a compris, ce qu'il a cru comprendre. C'est ajouter ce qu'il a pu glaner auprès de son père revenu du bagne.

Le Vieux, on le sait, était roublard, voir 'épisode Marestet'. Les taiseux sont souvent comme ça; ils laissent dire, laissent échafaudé puis d'un mot, d'un sous-entendu, ils ruinent l'édifice, les certitudes de l'autre, trop hardi.
Vingt cinq ans plus tard, devant son fils, témoin du drame, il ne peut que minorer les circonstances de 'l'accident' et du 'traitement' du corps.
Répondre
L
Bonjour Guy !
Vous avez bien lu ce billet ?
J'ai bien dit que ces deux versions, celle de Langlois et la mienne, étaient celles de Petit Guillaume pour Langlois et de Jean-Yves et Gabriel Seznec pour moi.
Pas grave...
C'est le matin de Pâques !
L
qui a raison, peut etre ceux qui sont aller sur place et qui ont vu de leurs yeux la maison .

il faut arreter de raconter n'importe quoi sans preuve de visu.

point barre .
Répondre
L
Monsieur Maillot...
Vous n'habitez pas sur place et vous êtes loin de Morlaix.
Alors que je suis en relation directe avec les habitants de l'autre moitié de la maison Seznec.
J'ai l'impression que personne n'est fair play dans ces fouilles,...
Dommage !
L
non parce que votre version n'apporte rien de nouveau par rapport à ce que l'on sait .

et que je ne parlerais pas des fils de petit guillaume, ne les connaissant pas et ne voulant pas parler de

votre version, sans leur autorisation ,
Répondre
L
Oh mais attention là...
Ce que j'écris, je l'écris avec l'autorisation des fils de Petit Guillaume.
Qui me lisent et me suivent sur ce blog.
Vous cherchez quoi ???
T
Vous ne semblez pas avoir la même idée de la configuration des pièces de la maison que B. VILAIN et L. MAILLOT. Qui a raison ? Je crois me rappeler avoir vu quelque part un croquis des pièces de la maison
Répondre
L
ce que vous dites est impossible .

la salle à manger est à l'opposé du salon .

d'autre part concernant la cheminée découverte par les actuel propiétaire ,

ce n'est pas une surprise ,il suffit de regarder l'emplacement des cheminées extérieures

sur la photo de 1923, quant à la marche je ne vois comment vous pouvais affirmer qu'elle existe et entre l.

le salon et quoi ?
Répondre
L
Monsieur Maillot, j'ai pris la peine de vous envoyer un mail personnel - comme vous me le demandiez - pour vous donner la version des petits fils de Guillaume.
Je ne suis pas assez sotte pour ne pas penser que vous allez vous servir de tout ça quand vous allez intervenir le 26 avril prochain à la Médiathèque de Brest...
Comme annoncé ci-dessous :

L’affaire Seznec passionne toujours autant, presque 100 après !
24 Mai 1923. Pierre Quéméneur, conseiller général du Finistère et Guillaume Seznec, maître de scierie morlaisien, entreprennent ensemble un voyage jusqu’à Paris dont Seznec revient seul. La disparition de Quéméneur est signalée et Seznec est accusé de meurtre. Alors qu’il clame son innocence et que le cadavre est introuvable, Seznec est malgré tout condamné au bagne. Cette affaire connait régulièrement des rebondissements et le 24 février dernier, des fouilles privées ont été organisées dans l’ancienne propriété du couple Seznec.
À l’origine de ces fouilles, Bertrand Vilain, auteur de L'Affaire Seznec : nouvelles révélations, Jeremy Kostiou, directeur-fondateur du centre de recherches historiques du Léon,et Laurent Maillot et reviennent sur les résultats de l’enquête et nous font part de leurs recherches et hypothèses.