Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 750 articles.

Lundi 26 Mars 2018 : Enfin la vérité dans l'affaire Seznec !

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Jacques Rouxel

Non, je ne vais pas fermer parce que je suis harcelée....

Je suis assez forte pour survivre.

Mais, je ne vais pas pouvoir ajouter grand chose après ce qui suit.

Et comme je ne peux pas vous laisser sans vous dire...

Alors, je vous dis...

Je n'invente rien.

J'ai mes contacts.

Directs.

Qui, oui ou non, accepteront que je donne publiquement leurs noms.

On va donc repartir de faits connus et reconnus.

Les Seznec, Guillaume et Marie-Jeanne étaient de grands catholiques

Alors Marie Jeanne...

En tant que catholique...

Marie Jeanne est une femme fidèle.

Très fidèle.

Même si ça nous parait désuet aujourd'hui.

La suite de sa vie nous le prouvera.

Alors quand le dimanche 20 mai 1923...

[Oui, il est là le vrai voyage : entre le vendredi 18 mai et le dimanche 20 mai.

Oui, il est rentré plus tôt que prévu, Quémeneur.

Oui, il a tout vu Petit Guillaume.]

Alors, quand Pierre Quémeneur profite de l'absence de Guillaume Seznec pour draguer sa femme...

Là, ça ne le fait pas.

Il ose un geste déplacé.

Marie Jeanne se défend.

C'est peut-être un geste inconséquent, mais elle ne plaisante pas sur la morale.

Elle le gifle.

Pierre est surpris.

Pierre recule.

Il y a une petite marche entre les deux pièces.

Le salon et la cuisine.

Il perd l'équilibre.

Tombe sur le bras d'un lourd fauteuil breton.

Avec des accoudoirs.(*)

Se fracasse la tête.

Quand Guillaume Seznec se pointe, ce foutu dimanche 20 mai... 

Il y a un cadavre dans son salon.

Angèle Labigou l'a vu.

Et Petit Guillaume aussi.

Stupéfaction.

Il faut faire vite.

Très vite.

Guillaume en pleure.

Devant tant de dégâts.

Déjà, il y a un meurtre.

Et puis, l'argent...

Il y a aussi les dollars or.

Qui ont été versés lors de la promesse de vente.

Oui, les dollars or existaient.

Peut-être pas dans la quantité évoquée.

Mais ils existaient : Petit Guillaume, enfant, a joué avec.

Jeanne aussi.

Ce qu'ils sont devenus les dollars or ?

Rappelez-vous la fouille du bureau du conseiller général par son beau-frère avant la police.

Oui, s'ils ont trouvé or et liquides...

Et bien, il les ont gardés.

C'est tout simple.

La promesse

Les quatre  personnes,

Guillaume, Marie Jeanne, Angèle et Petit Guillaume vont jurer de ne rien dire.

Jurer.

Pour des catholiques !

Un serment peut aller jusqu'à la mort.

Il est allé jusqu'à la mort des quatre protagonistes.

C'est tout simple.

Le cadavre de Pierre Quémeneur 

Il faut l'enterrer.

Car, chez les catholiques, on donne une sépulture décente.

Ils l'ont donc enterré.

Pas brûlé.

La crémation était, à cette époque, bannie par l'Eglise Catholique.

Mais enterré.

Dans la terre, quoi !

Mais, où ?

Ailleurs.

Plus loin.

Et pas du tout à Morlaix.

Guillaume est alors aidé par un pote pour transporter le corps.

Lequel ?

A vous de choisir.

Je pencherais personnellement pour André de Jaegher.

Oui, c'est tout simple.

Les mensonges de Seznec

Oui, il a improvisé...

Il est bien allé à Paris en voiture.

Le vendredi 25 mai 1923.

Mais seul.

Et il en est revenu.

Seul.

Pour éloigner tout le monde de Morlaix.

Il s'est montré et remontré.

Pour fabriquer une autre histoire.

Sur laquelle tout le monde va démarrer.

Et inventer l'affaire Seznec.

....................

Mais, non !

Je n'ai pas inventé tout ça.

Petit Guillaume a bien dit "C'est tout simple !"

Il a ajouté :

"ça serait maintenant ce serait pas une affaire.

Il y aurait une enquête et il n'y aurait pas de suite"

Moi aussi, cher Maître Langlois, j'ai de quoi faire une retranscription.

Mais 

Alors ?

Et bien alors...

A votre réflexion.

Liliane Langellier

(*) Les Seznec se sont débarrassés rapidement de ce fauteuil.

Petit Guillaume ne l'a jamais revu.

 

P.S. Moi, ce n'est pas mon grand père.

Mais il s'avère que je viens de connaître la vérité de Petit Guillaume.

Même si ça froisse vos petites recherches.

Moi, je n'ai rien à y gagner : ni or, ni réputation...

C'est juste pour la recherche de la vérité...

Et tant qu'à parler de la version de Petit Guillaume...

Autant parler de la version exacte.

 

Fauteuil breton ancien.

Fauteuil breton ancien.

Fauteuil breton ancien double.

Fauteuil breton ancien double.

Fauteuil breton. Arts populaires 19e.

Fauteuil breton. Arts populaires 19e.

Dollars Or.

Dollars Or.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
votre commentaire est grotesque, vous ne connaissais pas la maison, la salle à manger ne communique pas avec la cuisine, donc pas de marche.
avant de dire des bétises, il faut etre sur de ses propos.
Laurent Maillot : le découvreur de l'os et du morçeau de pipe ( pour votre information , sur les photos ,il ne s'agit ni de Bertrant Vilain ni de son frère !!! )
Répondre
L
Mon billet, cher Monsieur Maillot, a l'assentiment des deux fils de Petit Guillaume.
Et ça devrait vous suffire.
M
Chère Liliane,

Je suis assez choqué par votre décision d'arrêter ce blog, car il faut que nous continuions à réfléchir à chaque point de cette affaire. Vos derniers billets étaient excellents, mais chacun couvrait trop de points litigieux pour que l'on puisse en discuter valablement en commentaires. Ce n'était pas l'envie qui me manquait, pourtant.

Je suis également très surpris par l'hypothèse de ce billet, car c'est tout simplement impossible. Quéméner était en famille le dimanche 20 mai. Voyez ce que dit Pouliquen : "Le dimanche 20 mai nous avions quitté Landerneau vers midi pour aller aux courses de Commana. M. Quemeneur est rentré le soir même à Landerneau [...]" Pouliquen l'a vu pour la dernière fois le 21 au soir, et Jenny le 24 au matin. Et le 24 au soir, l'un des deux inconnus de Rennes connaît très bien Quéméner (par contre, ils ne connaissent pas Seznec et le trouvent louche).

Si vous tenez à croire l'histoire de Petit Guillaume, il faut considérer que Quéméner (s'il était bien ce "Pierre") n'a été que blessé lors de sa chute. Petit Guillaume ne sait pas si l'homme est mort. Il sait seulement qu'on lui a fait jurer de ne rien dire sur ce qui était arrivé.

Mais toutes les anecdotes qui viennent de Seznec, de sa famille et de son entourage, on devrait s'en méfier. Seznec lui-même a raconté tout et n'importe quoi, sa femme mentait comme une arracheuse de dents, Angèle répétait sa leçon maladroitement, etc.

Il y a tant de questions à se poser sur cette affaire. Il faut arrêter les théories et discuter chaque point, ou chaque petit ensemble de points.

Oubliez les fouilleurs de Morlaix. Ils font complètement fausse route. Cherchons à creuser ensemble les faits, au lieu de la terre. C'est là que la solution se trouve.
Répondre
L
Non,non, Marc, je ne vais pas arrêter.
Les fils de Petit Guillaume m'ont demandé de les aider pour concrétiser leur vérité (un ouvrage ? Mon blog en plusieurs épisodes ?)
Et ce n'est pas le moment que je me défausse.
Pour le reste, je suis comme vous.
Ni mieux, ni pire.
Juste très très surprise.
P.S. Je viens d'ailleurs déjà d'écrire un autre article.
A
Chère Liliane,

Merci de m'avoir répondu aussi vite.
Pour le fauteuil breton, je n'ai pas de photo, mais l'exemplaire présenté ci-dessus correspond absolument à mes souvenirs, même s'il s'agissait plutôt d'un banc avec accoudoirs (trois places ?)
Le bois sculpté est exactement identique, quoiqu'un peu plus clair sur la photo.
Ce n'est pas, cependant, un mobilier "de famille". Mon oncle (né en 1929) avait dû acheter ces meubles dans les années 1950 ou 1960, car, bien qu'habitanr dans le nord de la France, il tenait à du mobilier "breton" chez lui.
Donc, oui, il va falloir "reprendre pas à pas".
J'espère pouvoir y contribuer...

alain
Répondre
L
Oui, vous avez raison, en plus le petit fils Seznec m'a dit "un fauteuil ans doute deux places"...
Je cherche de nouveau.
Et merci de votre aide.
Aide qui sera la bienvenue pour tout reprendre pas à pas.
A
Chère Liliane,

Si je comprends bien votre article d'aujourd'hui, on en revient au témoignage de Petit Guillaume tel que "sorti" par Denis Langlois dans son dernier livre, avec variantes négligeables (chandelier/pas chandelier, etc.*), MAIS EN DECALANT LES FAITS D'UNE SEMAINE.
Pour Petit Guillaume, je n'ai pas de problème. Il a pu se tromper, ou tromper sciemment son auditeur, en "adhérant" aux dates "officielles" des faits.
Pour ce qui est de l'emprise du catholicisme, j'adhère également à votre interprétation, d'ailleurs valable pour le 27 mai comme pour le 20 mai...
Mais ce décalage d'une semaine pose quand même quelques sérieux problèmes. Je les cite en vrac, sans souci d'ordre chronologique :
1) Quid des deux zigottos de l'apéro de Rennes, dont nous parlions avec Marc D. il y a encore quelques jours ?
2) Hodey a bien eu affaire à deux clients, non ?
3) Idem au Plat d'Etain ?
Je ne pense pas que Seznec se baladait avec un mannequin, ou un sosie, ou un hologramme, dans la Cadillac pourrie...
4) Qui a demandé à Pouliquen le fameux chèque de 60 000 F ? Quand ? Et d'où ?
5) Qui a cherché à récupérer ledit chèque au bureau de poste du Bd Malesherbes le samedi 26 ? Car ce n'est certainement pas Seznec, coincé sur la route du retour, et, dans cette hypothèse, ce n'est pas Quemener non plus, puisqu'il est mort et enterré depuis une semaine...

Alain D.

* Le fauteuil breton, je me le représente très bien; un de mes oncles en avait un, et, pour m'être souvent cogné sur les accoudoirs en jouant avec mes cousins et cousines, je sais que c'est du très dur...
Répondre
L
Cher Alain !
Je n'ai pas encore tous les éléments...
Je vous ai vite livré cette version brute de décoffrage.
Je suis aussi surprise que vous.
Bien que je pense depuis longtemps que l'affaire Seznec est une affaire toute simple (je l'ai écrit ici).
Je vais tout reprendre pas à pas.
Mais c'est clair que Pierre Quémeneur n'a pas été enterré à Morlaix.
Pour l'histoire des promesses de vente, c'est à venir...
Si vous avez une photo du fauteuil breton à m'envoyer, je suis preneuse.
P.S. C'est pas rien de démêler les mensonges de Seznec.
Et je vais m'y atteler.