Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 840 articles.

La conclusion du juge Jean Favard sur l'affaire Seznec....

Qui juge lentement juge sûrement.
Proverbe.

C'est dans son dernier livre paru aux éditions Riveneuve en septembre 2011 :

En page 120/121.

"L'hypothèse la plus probable était celle d'un passage à l'acte déclenché par l'entrée en scène le 10 juin de l'impétueux Pouliquen qui ne savait toujours rien sur Traou-Nez, mais traina Seznec jusqu'à la brigade de police de Rennes.

D'où le voyage au Havre entrepris le 12, à la fois pour étayer l'hypothèse américaine et pour gagner le plus possible de temps avec le rassurant télégramme du 13 juin.

Et aussi pour acheter au passage une machine à écrire permettant de dactylographier en rouge le prix simulé. Qui pourrait imaginer à ce sujet qu'un acte fait à Landerneau avait été établi avec une machine achetée au Havre ?

La boucle étant ensuite fermée le 20 juin, avec l'abandon de la valise en gare du Havre, Seznec ne pouvant plus désormais être découvert avec la valise du mort et ses taches suspectes.

Etait-ce pour parfaire le scénario du Havre qu'il l'avait trempée dans la mer ? Ou pour brouiller les pistes en espérant éloigner les recherches de la région de Houdan ?

Comment se faisait-il enfin, puisque nous en sommes aux questions sans réponses, que Seznec n'ait pas mis à profit les derniers jours de répit qui lui restaient pour se débarrasser de la Royal ? Même si le risque était sans commune mesure avec celui de la valise, cette machine - qualifiée à juste titre "d'infernale" par Yves-Frédéric Jaffré - n'en apportait pas moins la preuve du faux et, avec elle, celle de la détention de la valise du mort !

Mais sans la reconnaissance inopinée de Seznec par Chenouard, au début juillet, comme acheteur de sa Royal, on aurait fort bien pu ne jamais le savoir. [note 25]

Au pire, on pourrait toujours prétendre qu'elle avait été apportée là pour perdre Seznec.

Entre deux risques il fallait choisir le moindre. Ce n'était sans doute pas le cas d'un Seznec repartant avec le volumineux paquet qui ne l'avait que trop fait remarquer en tous lieux lors de son voyage du 13 juin.

Décidément son inspiration était la bonne de vouloir une machine plus légère, malheureusement trop chère pour ses finances du moment !

Les circonstances lui avaient été favorables au-delà de toute espérance pour ce qui était du cadavre de Quéméneur.  Le risque devenu maximum à partir du 10 juin avait été écarté, avec l'abandon de la valise du mort. Rien n'aurait jamais pu permettre de rattacher Seznec à la disparition de Quéméneur s'il n'y avait eu les faux..."

[note 25] : Enquête Camard en page 46.

 

No comment.

 

Liliane Langellier

 

Lire aussi sur ce blog :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article