Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

C'est l'histoire d'une meuf qui a travaillé sur l'affaire Seznec...

Pour un grand cœur, le remède à une injure, c'est l'oubli.
Ambroise Rendu ; Traité de morale (1834)

Je n'en crois ni mes yeux, ni mes oreilles... Depuis les fouilles de Morlaix le 24 février dernier... Chaque jour apporte son lot d'injures... sur Internet ! Ils ne me laissent pas la place. Ou plutôt ils renient ma place. Ma place de femme et de journaliste. Et pourtant...

Pourtant, l'affaire Seznec, moi, je bosse dessus depuis octobre 1992...

La sortie du livre de Denis Seznec "Nous, les Seznec"avait fait un malheur à Nogent-le-Roi...

A cause de la piste de Lormaye (petit village de 600 âmes jouxtant le bourg).

Une piste suggérée par Marie-Jeanne Seznec et ses avocats en l'été 1928.

Une piste qui innocentait son mari, of course, et accusait un maquignon lormaisien...

A un point tel qu'ici, alors que je débarquais de Paris et de L'Express...

On m'avait gentiment surnommée : "La petite journaliste de Seznec".

Donc, depuis 1992, je suis active, très active sur l'affaire...

Avec des moments de pointe...

Comme la révision du procès avortée en décembre 2006...

Ou la sortie du livre de Denis Langlois en février 2015.

J'ai ouvert mon premier blog : "La piste de Lormaye" en août 2010.

Suivi d'un autre blog "Seznec Investigation" en mai 2015.

Suite à des soucis de harcèlement (déjà !) sur le premier.

Et oui, j'étais déjà harcelée...

Mais le pompon, je l'ai décroché avec les fouilles de Morlaix du 24 février 2018.

A un point tel que j'ai dû porter plainte au procureur général de la République de Brest, M. Philippe Recappé.

La haine...

La haine, à l'état pur.

La haine des haters sur Internet...

Parce que j'avais défendu les autres habitants de la maison Seznec dans un papier intitulé "Les fouilles de la colère"...

J'ai vu mon nom étalé en long en large et en travers...

Sur le blog d'un brocanteur finistérien de Saint-Eloi, Bertrand Vilain, responsable des fouilles de Morlaix...

Vilain, c'est un peu le "vilain" petit canard de l'affaire Seznec.

Qui a écrit un ouvrage nul au titre trompeur "Nouvelles révélations..." avec le grand-père américain de sa femme, Al Baker, en traduisant les pages d'un livre U.S. : "Cadillac Participation in the World War"...

Le tout assaisonné de résultats de recherches piquées sur Internet...

...Et en nous racontant que le cadavre de Pierre Quémeneur était enterré à la Ferté-Bochard dans l'Orne.

Maintenant le cadavre serait enterré, selon lui, dans le cellier des Seznec, à Morlaix...

Vous me suivez ?

Je me demande quel sera le prochain emplacement du cadavre...

Parce que jamais deux sans trois, hein ?

Par lui, j'ai été traitée de folle et d'assassin.

Il avait lu un papier d'humeur sur mon blog personnel "Chez Jeannette Fleurs", papier auquel il n'avait strictement rien compris.

Mais il s'en est servi avec rage contre moi.

Les 20 et 21 mars, je suis représentée sur son blog comme une sorcière folle allant au bûcher.

Si, si, vous lisez bien.

Lui, il s'est vraiment déchaîné.

Il appuie méchamment sur mon âge...

Il nie tout ce que j'ai de plus beau dans ma vie professionnelle.

Pour lui, je ne suis pas journaliste et je ne suis pas diplômée de U.C.L.A. en littérature américaine.

Tout cela va tellement loin, quand il raconte que j'ai attaqué l'une de mes voisines avec un couteau...

Il va jusqu'à dire qu'il a peur pour ses enfants !

Alors, je vais demander un extrait de mon casier judiciaire et le publier sur mon blog.

Mais rien ne stoppe sa rage.

Il agrandit mon diplôme américain sur son blog en affirmant qu'une "Summer Session" à U.C.L.A., c'est juste un stage, et que je n'ai jamais eu aucun diplôme.

Il affirme que je ne suis pas journaliste.

Même lorsque je reproduis mon diplôme du C.F.P.J.

Je suis tellement fière d'être passée du service Promotion des Ventes à la rédaction de L'Express.

Ce qui n'arrive quasiment jamais au sein d'un journal.

Pour lui, c'est faux et il le dit et il l'écrit dans 9 billets sur son horrible blog.

Je publie mon certificat de travail de L'Express.

Où j'ai bossé d'août 1982 à juillet 1991.

Juste "quelques mois" se permet-il d'ajouter.

Je suis sous le feu de son harcèlement moral.

Et mon entourage s'inquiète pour moi.

Heureusement, voilà que, le samedi 24 mars, d'abord, puis le lundi 26 mars, les autres petits-fils Seznec, Jean-Yves et Gabriel,  me joignent pour m'apprendre leur vérité sur l'affaire.

Leur maman, Claudie Neyret-Seznec vient de mourir.

Et ils ne sont plus tenus par le serment familial.

Vérité que, avec leur accord, je publie, immédiatement sur mon blog.

Alors là...

Boum, Badaboum !

L'avocat Denis Langlois, qui a écrit en février 2015 un livre de 376 pages de vengeance contre Denis Seznec...

Livre au titre prétentieux "Pour en finir avec l'affaire Seznec"...

 

 

...Sans joindre les enfants de Petit Guillaume, dont le témoignage est le coeur même de son ouvrage...

L'avocat Langlois qui veut être LE SEUL à obtenir la révision du procès Seznec, sort du bois.

Et prétend illico que, lui aussi, il a eu les mêmes confidences que moi.

Que nenni !

Son ego surdimensionné en a déjà pris un vieux coup avec le maigre butin des fouilles de Morlaix : deux os de veau !

Et les quelques scories récupérées soi-disant d'une chaudière qui fonctionnait au bois !

Car scories = résidus de charbon, pas de bois !

Alors, pour l'avocat, pas question que moi je me permette de publier des témoignages des petits-fils.

Entre temps un pote du brocanteur, un menuisier de Château-Thebaud, Laurent Maillot, me harcèle plusieurs fois par jour dans les commentaires de mon blog avec une orthographe des plus hasardeuses : "Fermais votre blog" ou "Laissais l'affaire à ceux qui savent..."

Oui, aux hommes, bien sûr !

On est en plein chez les beaufs de ce cher Cabu.

Pourtant c'est tout simple...

Si je suis folle, tout ce que je peux dire ou écrire sur mon blog est nul et non avenu.

J'ai donc purement et simplement rêvé les révélations de Jean-Yves et Gabriel Seznec.

Sauf que...

Sauf que Gabriel Seznec, je suis en fait en contact avec lui depuis le printemps 2015...

L'avocat Langlois, lui, il se réjouit de toute cette galère.

Et oui, faut pas croire, chez lui, il y a la théorie et la réalité.

Docteur Jekyll et Mister Hyde...

Langlois, ce grand rêveur de mai 68 versus Langlois cet homme vieillissant qui règle bien piteusement ses mauvais comptes.

Il vient encore de publier un article dans "Opinions et controverses" du JDD de ce jour, dimanche 27 mai 2018 :

"Pour la vérité dans l'affaire Seznec"...

Rien que ça !

Rien que pour dire que c'est LUI les révélations des petits-fils Seznec et personne d'autre.

Mais c'est pas tout, mais c'est pas tout...

Je vais supporter le pire des blogueurs lâches sous pseudos.

Un blog dont j'admirais tout particulièrement l'auteur : "L'affaire Seznec revisitée" et qui s'était sabordé...

Ce blog reprend du boulot (toujours sous pseudo) en avril dernier et balance 8 articles contre moi.

Rien que ça : 8 articles !

Et, là, il y va franco....

Pour lui, je suis, entre autres,...

La pauvre fille qui croit les petits-fils...

La journaliste qui cite Françoise Giroud et qui n'a aucune déontologie...

L'écrivaine ratée...

La blogueuse prolixe...

"La connerie a ses limites qu'elle ne connaît point notre "journaliste culturelle" pétrie de professionnalisme et de déontologie.  En détentrice de la vérité, elle s'érige en grande prêtresse de l'affaire Seznec !"

Tout ça pour ça...

Tout ça parce que j'apporte du crédit aux dires des petits-fils ?

Je sais qui il est ce Seznek-là...

Je sais aussi qu'il a occupé un poste prestigieux en Bretagne...

Et que, si je le balance, il y aura immédiatement des mesures de rétorsion.

Car il a encore bien des potes en place.

C'est pour ça qu'il se croit tout permis, ce lâche-là.

Mais c'est pas tout, mais c'est pas tout...

Quand j'écris les révélations des petits-fils Seznec sur mon blog...

"Skeptikos" en fait,  Loïc de La Goublaye de Nantoism'interpelle sur son blog à lui...

Parce que, ça, il ne peut pas le supporter.

Comment ont-ils pu se confier à moi ?

Pourtant je l'avais gentiment prévenu par mails, en lui disant que ces révélations allaient arriver...

Je décide alors de publier 2 h 30 et 64 pages de ma conversation téléphonique avec Jean-Yves Seznec...

Alors, là, le Skeptikos, il pète carrément les plombs et consacre deux billets entiers de son blog à me descendre :

"Vous avez eu la chance de pouvoir recueillir les paroles des petits fils mais quand je lis le niveau de vos questions et le niveau de votre objectivité face à eux, je me demande si vous avez eu conscience que vous loupiez totalement votre boulot."

Il écrit que j'ai eu de la chance que les petits-fils me racontent tout ça...

Je n'ai pas "eu de la chance"...

Les petits-fils m'ont parlé à moi parce que, moi, je me suis souciée de leur ressenti à eux...

Et de leur maman.

Dès mai 2015.

Ce que personne d'autre n'a fait.

Mais il ajoute, vicieusement, que je suis une  bien mauvaise professionnelle car je n'ai pas posé les bonnes questions !

Parce que, lui, qui n'arrive déjà pas à écrire correctement mon nom de famille...

Et qui a un français et une orthographe qui n'appartiennent qu'à lui...

Il aurait su les poser les bonnes questions ?

Pendant ce temps-là, dans les commentaires de mon blog, j'ai un mal fou à faire respecter ma parole dans les réponses.

Ce sont des discussions à n'en plus finir pour savoir quel est le vrai prénom de Guillaume Seznec.

Pourtant, j'ai publié l'original de son acte de naissance en direct des dossiers d'archives  la mairie de Plomodiern...

Et il y a bien écrit dessus "dit Guillaume".

Oui..

Mais...

Je suis une femme.

Je finis par joindre un autre aficionado, mâle, et à lui demander de dire, en tant qu'homme, la même vérité que moi...

Et là...

Et bien là, ça passe !

C'est lourd, très lourd, tout ça !

Mais je ne suis pas du genre à baisser les bras.

Et cela ne me dérange pas de travailler sous les injures.

Bien au contraire.

Cela me file la niaque.

J'ai écrit, à ce jour, 420 billets entre mes deux blogs Seznec.

Sur lesquels j'ai eu, en trois mois, depuis le 24 février dernier, plus de 40.000 visiteurs.

Vous les comprenez mieux les jalousies ?

Oui, avec l'accord des petits-fils, je vais publier bientôt"La petite journaliste de Seznec".

Et c'est ce qui les met en rage, les asticots...

"La petite journaliste de Seznec"...

Oui, c'est un bon titre.

Et puis c'est pas trop vaniteux.

Cela nous sort des "Pour en finir..." ou des "Nouvelles révélations sur..."

Et puis...

Et puis je suis sûre que les lecteurs, mais surtout les lectrices, vont adorer...

de lire...

Et bien de lire...

L'histoire d'une meuf qui a travaillé sur l'affaire Seznec.

Liliane Langellier

 

P.S. Petit rappel utile à ceux qui ont la mémoire qui flanche... 

Ou qui souffriraient du syndrome de Korsakoff 

Au sujet de Breizh....

Mail de Skeptikos du 7 novembre 2015 :

"Et puis zut, la question qui tue : qu'est-ce qui nous arrive ? une imbécile de psy à la noix qui réussit à nous faire taire ? je ne nous reconnais plus....ni vous, ni moi, ni les autres...."

Mail de Skeptikos du 11 avril 2018 :

"Bonsoir Liliane
 
je n'y crois pas.....
Breizh c'était bien la nullité qui commentait nos blogs, il y a deux ans  et qui connaissait Saint Brieuc ou elle faisait  de la psy a deux balles ?
 
Très amicalement
 
Loïc"
 
Et la sagesse populaire qui nous dit que
"Souvent, femme varie..."
 
 

 

"Personne n'est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant,

qu'un homme inquiet pour sa virilité."

Simone de Beauvoir,

in France Culture today

Guillaume Seznec à Paris, le 17 juillet 1947.

Guillaume Seznec à Paris, le 17 juillet 1947.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour Madame,
Un petit mot mot pour vous dire:allez courage.
Les têtes bien pensantes n'ont qu'à bien se tenir!
Je n'ai qu'une chose à dire:le chien aboie la caravane passe.
Au plaisir de lire vos prochains articles que j'attends avec impatience.
Nicolas Michaud.
Répondre