Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

L'affaire Seznec est-elle un crime de sang ?

Quand on m'aura montré son cadavre…
Je le croirai !
Guillaume Seznec

2 Février 2020.
C'est la journée palindromique, aujourd'hui.

Comme le faisait remarquer sur sa page Facebook mon amie Marie-Jo Agret.

Et oui, l'épouse de Roland Agret.

Qui continue son œuvre avec Action Justice Roland Agret.

C'est la journée palindromique, car on peut lire la date de gauche à droite et vice-versa.

…………………..

Revenons au crime de sang.

Définition des crimes de sang

Le crime de sang est une expression sans réelle valeur juridique mais le plus souvent utilisée dans le langage courant pour qualifier certaines infractions passibles de la cour d'assises et impliquant la mort de la victime. Le meurtre et l'assassinat sont ainsi des infractions qualifiées de « crimes de sang ».

Je l'ai écrit sur mon précédent article :

Au début de l'affaire Seznec, on imaginait aussi des traces de sang partout :

Sur une valise, sur un bidon, sur du gravier, sur la banquette arrière de la Cadillac, sur un pardessus, etc...

La Dépêche de Brest du 1er juillet 1923

Ouest-Eclair du 3 juillet 1923

 

Le Petit Parisien du 30 décembre 1923

Je vais aussi citer le témoignage de Mme Postic (in Le Saout).

Non, parce que j'y accorde quelque crédit...

Mais parce qu'il montre la psychose autour de ce crime.

"Quand j'étais fillette, je m'amusais souvent avec Jeanne Seznec et un jour que nous étions dans la voiture de son père, il est venu nous trouver en nous disant : que faites-vous là... allez jouer ailleurs. En sortant de la voiture, je lui ai dit en montrant du doigt un endroit à l'intérieur : il y a du sang là... Seznec a répondu : Oui, je sais... je me suis coupé mais ce n'est rien... allez jouer ailleurs !"

Bernez Rouz en page 155 :

"Quant au sang sur les habits de Seznec, les experts n'avaient pas les moyens scientifiques d'en déterminer la provenance. Seznec a toujours prétendu qu'il s'était coupé. Un mois après, cela était invérifiable."

Denis Langlois en page 37 :

"Coulomb précise qu'il a prêté un cric à Seznec qui avait perdu le sien et lui a vendu 50 litres d'essence plus un bidon de 5 litres. Sur le bidon vide que Seznec lui a rendu en échange, il y avait des taches rouges :

- Des taches de quoi ? demande le commissaire.

- Des taches rouges comme du sang."

Michel Pierre en page 62 :

"Le 30 juin, des fouilles importantes sont entreprises, sans résultat, si ce n'est, sur le bord de la route, un chiffon taché de sang mais nul autre indice, ni même le cric de la Cadillac perdu par Seznec et dont on a noté qu'il n'était plus dans la voiture garée dans la scierie."

Dans la version des petits-fils Seznec, c'est une tâche de sang qui aurait gâché la promesse de vente, dans la poche de Quemeneur.

On trouve même du sang sur la valise découverte au Havre (Le Matin, 26 juin 1923) :

"Ce n'est qu'aujourd'hui par les journaux, que les employés se souvinrent du nom du propriétaire de la valise. On ouvrit de nouveau la valise et l'on refit l'inventaire.
 On constata, cette fois que la serrure de cette mallette était tachée de sang." 

Et, puis, côté sang, en 1923, le trafic avec la jeune Russie soviétique - auquel Seznec et Quémeneur se seraient livrés - véhicule cette image sanguinolente dans le public :

 

Et oui, Rouz, Langlois et Pierre, c'est le tiercé gagnant des auteurs Seznec.

Pour le reste...

Attendre une brocante locale pour les acheter à 1 €.

Pour le livre d'Anne-Sophie Martin, économiser votre Euro.

Car, à ce qu'il paraît, sa nullité sur l'affaire Seznec est pire encore que ce que j'imaginais.

Liliane Langellier,

L'Oprah Winfrey de l'affaire Seznec.

Fête de la Crêpe à Saint-Eloy

Je peux vous dire que ce n'est pas Bertrand Vilain qui a écrit le dernier article publié sur son blog...

Il a d'habitude un style hoquetant, désagréable et vindicatif.

Cela sent le Denis Langlois à plein nez.

En mode "Il faut sauver le soldat Vilain" !

Mais pourquoi pas ?

Moi j'invite bien Alain Delame ou Thierry Lefebvre à écrire sur mon blog.

Seulement, moi, je sais rendre à César ce qui appartient à César.

Mais la brocante, c'est surtout ça, non ?

Inventer un style à des objets qui n'en ont pas.

Pour les vendre plus cher et duper le client.

Heureusement, maintenant il y a Le Bon Coin.

Et l'émission de Sophie Davant "Affaire conclue".

Pour faire comprendre aux vendeurs qu'ils risquent de se faire estamper.

Quand j'ai vendu ma maison de famille "La Louise" en 1999...

Et au vu des nombreux jolis objets de trois générations...

J'ai eu la chance de pouvoir faire appel à Me Jean-Claude Granger, le commissaire priseur en titre de la salle des ventes de Dreux.

Nous le connaissions.

Et, lui, je savais qu'il ne me volerait pas.

Quand les plus belles pièces ont été estimées et parties…

Alors, et alors seulement, j'ai fait appel à un brocanteur pour débarrasser le reste (cave, grenier, garage).

Et encore parce qu'il m'avait été conseillé par une grande amie.

Ce métier ne m'inspirait que méfiance.

Ceux qui me trouvent la dent dure vis-à-vis du crêpier texan...

N'ont qu'à penser que j'ai reçu près de 40 signalisations à Overblog contre mon blog avec des motifs tous plus haineux et salissants les uns que les autres.

Pauvre garçon ! Son image de la femme est très troublée.

Il nie perpétuellement mes études (lui qui n'en a pas fait) et mes diplômes (lui qui n'en a aucun).

Dire que je suis journaliste lui écorcherait la bouche (et là, je suis polie).

Et, puis, contrairement à certains, moi, je n'ai peur ni de lui, ni de ses divagations procédurières.

Qui ne démontrent qu'une totale méconnaissance de la Loi.

J'ai été élevée avec le précepte selon Saint Matthieu (5, 37) :

«Quand vous dites “oui”, que ce soit un “oui”, quand vous dites “non”, que ce soit un “non”. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais.»

 

L'affaire Seznec est-elle un crime de sang ?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article