Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. Petite histoire d'un Américain voleur de Cadillac....

La vie c'est pas du cinéma, on écrit pas le scénario à sa guise.
Michel François

On trouve parfois, dans la presse ancienne, de curieuses petites histoires...

Voici donc celle-ci...

Qui concerne un jeune Américain voleur de Cadillac...

La Dépêche de Brest du 4 juin 1920

Mardi soir, un jeune Américain, accompagné d'une élégante dame, descendait à l'hôtel Saint-François. Le mercredi matin, tous deux allèrent au garage central Huitric réclamer une auto qu'il y avait déposée en octobre 1919. La voiture en question avait été volée au camp américain de Lambézellec et avait été maquillée par le voleur en cours de route entre Brest et Morlaix. C'était, avait-il dit, un accident de machine qui l'avait obligé de s'arrêter à Morlaix pour réparation. Comme pour mettre en état l'auto il fallait quinze jours ou trois semaines, son propriétaire s'en alla. Quelques jours après, l'autorité américaine était venue prendre la voiture.

Naturellement, M. Huitric ne put rendre l'auto à son visiteur, mais répondit évasivement afin de ne pas donner l'éveil. 

Garage Huitric. Intérieur.

Le commissaire, avisé entre temps par M. Huitric, arrêta aussitôt le couple pour vol et complicité de vol. La femme dit s'appeler Lucienne-Julie Bolly, 20 ans, femme Azzimati, commerçante, 21, rue de Chartres à Neuilly-sur-Seine, de nationalité américaine par son mariage. En réalité, c'est une femme du demi-monde. Les correspondances trouvées sur elle ne laissent aucun doute à ce sujet. Son compagnon déclara se nommer Niles (Julian), 25 ans, salesman, profession qui consiste en Amérique à placer des serrures spéciales et fils électriques pour prévenir des cambriolages. Son domicile, dit-il, est 2265 7-8 Sedgwiet à New-York. Il habite actuellement 53 boulevard Saint-Germain à Paris. La femme Azzimati est son amie. Fouillée, Lucienne Bolly avait sur elle une somme de 150 francs. L'homme était porteur de cinq chèques de mille francs américains et d'une somme de 110 francs en billets de banque français.

Ce matin mercredi, Niels ne fut pas trouvé dans le violon municipal. Les portes qui étaient bien fermées, furent ouvertes pendant la nuit sans effraction par l'Américain. Son signalement a été envoyé à tous les chefs de police et de gendarmerie de la région. Espérons qu'il ne tardera pas à tomber entre les mains de la justice. Voici son signalement : complet verdâtre presque neuf, chapeau de paille genre panama, parle bien français, porte une montre-bracelet, souliers jaunes, taille 1 m 70."

Dépêche de Brest du 7 juin 1920.

Dépêche de Brest du 13 juin 1920.

Dépêche de Brest du 7 août 1920.

Le Figaro du 19 janvier 1920.

"Mme Azizimati, désespérée de la captivité de son époux, résolut de le rendre à la liberté ; elle s'adressa à un Américain qui avait été, l'année dernière, attaché au service judiciaire des Etats-Unis et qui possédait encore du papier à en-tête de l'administration..."

Papier à en-tête de l'administration...

Voilà qui ne vous évoque pas les délires de Seznec ???

Suite de l'histoire...

La dame Azzimati ne faisait pas dans la dentelle :

Le Matin du 7 avril 1925.

.............................

Je veux vous dire quoi ?

Mais tout simplement que le gars Seznec, il avait dû lire ces articles.

"Huitric", c'est le garage que fréquentait Seznec.

Rue de Brest, juste là où il habitait.

 

Qu'il n'était pas également sans savoir que circulaient des fausses lettres à l'en-tête de l'administration américaine.

Et que, le jour venu, cela l'a bien aidé à bâtir son scénario d'enfer.

 

Liliane Langellier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article