Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. Petit-Guillaume et Leon Turrou = hypothèse n'est pas certitude...

Sur la route des hypothèses on ne doute jamais de rien.
Frère Gilles / Les Choses qui s'en vont

Les mots et leur signification sont importants.

Très.

Surtout pour exprimer une pensée sur un blog.

Il semble que Jourdan et Vilain s'en soucient peu.

Et pourtant...

Reprenons :

Hypothèse = 

Supposition, conjecture portant sur l'explication de faits passés ou présents ou sur la possibilité de survenue d'événements futurs : Une hypothèse peu fondée.

Synonymes :

conjecture - éventualité - idée - possibilité - préjugé - présomption - prévision - probabilité

Contraires :

assurance - certitude - évidence.

Pour ses pseudo-preuves, Jourdan écrit :

"Nous avons la parole de la victime :   

Il avait à Paris un ami, 

Qui avait une bonne situation en Amérique 

Qui lui a montré des documents de son gouvernement donnant toute confiance 

Qui lui proposait de lui vendre des voitures pour le ravitaillement des russes."

Oui, mais...

Pour "la parole de la victime", c'est Guillaume Seznec qui nous la relate et Guillaume Seznec mentait comme un arracheur de dents.

On en a les preuves incontournables.

Et, ça, les policiers de Vidal et ceux de Cunat s'en sont très vite rendus compte.

Nous n'avons pas du tout la parole de la victime mais le témoignage de personnes à qui il aurait parlé.

"La veille du départ à Paris ses amis ont trouvé Pierre Quéméneur bizarre, euphorique. Je propose le terme amoureux."

Amoureux d'une affaire de bagnoles ou d'une reconversion professionnelle ?

Parce que pour ce qui est de Marie-Jeanne, connaissant les Seznec depuis 1919, il aura mis du temps à déclarer sa flamme...

Quatre ans !!!!

Rien ne colle dans le témoignage de Petit-Guillaume : son âge et celui de son frère, la météo, le retour de son père dans l'après-midi du dimanche 27 mai 1923, etc... etc...

Bref, le témoignage de Petit-Guillaume n'a pas plus de fondement, quant à Saleun, il a bien essayé de dissuader Quémeneur, tout comme Gautier de Kermoal et Dreyer.

Ouest-Eclair du 1er novembre 1924

Le Matin du 28 juin 1923

"(Quémeneur) Il expliqua (à Saleun) son intention de se livrer au commerce des autos pour le compte du gouvernement russe."

C'est pour ça que pour rester le plus discret possible, il faisait adresser les courriers concernant cette affaire chez Seznec...

Niveau discrétion, vous repasserez !

À propos de témoignages, on ne peut pas garder ceux de Saleun et de Legrand, et rejeter ceux de Houdan, du Havre, de La Queue-les-Yvelines, etc...

Quant à Leon Turrou...

Il n'a rien à voir avec l'affaire Seznec.

Rien du tout.

Lire à ce sujet mes 27 articles sur ce blog.

Vous avez bien lu ?

Le contraire d'hypothèse est certitude...

Et, là, y'a encore du pain sur la planche !

"C'est l'existence de cet américain et le témoignage de Petit-Guillaume qui font naître le doute sur la culpabilité de G.Seznec."

Madame Jourdan...

Ce n'est pas parce que Leon Turrou a vécu en Russie qu'il a participé à l'affaire Seznec...

Loin s'en faut !

"A contrario que disent les témoins de Houdan ? Que les deux hommes ont été vus la dernière fois ensemble le 25/mai1923 à 22h 10."

Donc, exit le Pierre Quémeneur sautant dans un train de marchandises à Houdan ????

"Petit Guillaume a été le dernier à l'avoir vu vivant"...

Comment mais comment pouvez-vous affirmer de telles sottises ???

De toutes façons, le témoignage de Petit-Guillaume, relaté par des tiers, n'aura juridiquement aucune valeur.

Même Denis Seznec n'y croit pas car Petit-Guillaume a tout inventé.

Et puis, une fois pour toutes, mettez-vous bien dans la tête que la commission de révision en demandera beaucoup de preuves...

Avant d'accréditer un fait nouveau !

 

Liliane Langellier

P.S. Du côté de Bertrand Vilain, ça ne va guère mieux :

"Si nous prouvons que Leon Turrou était bien à bord du Berengaria qui est arrivé à Cherbourg le 21 mai 1923 à 16h00, ce serait quasiment la preuve pure et parfaite de son implication dans l'affaire Seznec. Cela s'ajouterait à un faisceau de présomptions accablant."

"la preuve pure et parfaite", "le faisceau de présomptions accablant", vocabulaire de prétentieux...

Oui, mais il n'y a toujours aucun document démontrant la présence de Leon Turrou sur le Berengaria accostant à Cherbourg le 21 mai 1923.

De plus, avait-il la possibilité de passer un coup de fil entre 16 heures et 20 h 30, sachant qu'il fallait plusieurs heures pour débarquer.

Pourquoi Turrou aurait appelé Seznec le 21 mai 1923 et pas Quémeneur ? Surtout quand on lit le Petit-Journal du 28 juin 1923 :

"... en lisant les annonces parues dans les journaux régionaux..."

Mais c'est pas tout, mais c'est pas tout...

Encore faudrait-il nous prouver que Leon Turrou connaissait Seznec et Quémeneur...

Que Leon Turrou est bien l'auteur de l'annonce O.I.R., etc... etc....

"Cette démonstration d'une logique implacable n'est qu'un élément de nature à convaincre la cour de révision que Turrou est bien Charly. Il aurait donc rencontré Quéméneur bien après que ce dernier ait quitté Seznec." 

"Cette démonstration d'une logique implacable"....

Il est tellement gonflé d'orgueil, Vilain, qu'il va bien finir par éclater.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article