Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. Le voyage retour Paris-Morlaix...

La vérité, c'est comme un gant, ça se retourne.
Police District. Olivier Marchal.

Pourquoi je vous en reparle ???

Mais c'est parce que Claudine Jourdan ose affirmer :

"Il n'y a aucune traçabilité de son voyage retour".

Reprenons donc la SEULE page intéressante du livre de Bertrand Vilain "Affaire Seznec. Nouvelles révélations" :

 

Puis, Maître Denis Langlois en page 38 :

"Bazainville, Houdan, Dreux, tout allait à peu près bien. Tu avais même resserré ta cravate et replacé sur ta tête ton chapeau. Mais à la sortie de Dreux, le moteur a recommencé à cogner. Panne de delco. Heureusement le garage Hodey était à deux pas. Jamais deux sans trois, il a rouvert le capot et trifouillé les bougies.

A 16 heures, tu étais reparti. La cigarette au coin des lèvres pour garder ton calme, tu t'es traîné le long des routes de Normandie. A la nuit tombante, tu es arrivé à Pré-en-Pail. L'Hôtel de France te tendait les bras. Deux oeufs sur le plat et tu es allé te coucher. T'écrouler plutôt, épuisé de fatigue.

Le lendemain, tu t'es encore arrêté à Alençon. Ernée, Rennes et Broons. Les chambres à air continuaient à fuir et le moteur rendait l'âme. Il était bien 2 ou 3 heures du matin quand tu as franchi à plat le portail de la scierie. Tout le monde dormait à poings fermés. Tu étais si fatigué que tu as trébuché dans l'escalier."

Ouest-Eclair des 28 et 29 juin 1923

 

Sans compter ce que Guillaume a raconté à Radar...

Où il y a des erreurs (28 mai un peu avant Mayenne, non 27 mai) :

 
 

"Je mets deux jours pour regagner Morlaix

J'ai donc déjeuné à la Queue-les-Yvelines.

Puis, ayant réparé tant bien que mal, vers les quatre heures de l'après-midi, j'ai pris le chemin du retour.

A 1 km. de Dreux, nouveaux ennuis avec le moteur, cette fois-ci. J'ai demandé alors au garage Hodey - où, la veille, je m'étais déjà adressé pour réparer - de venir me dépanner avec une camionnette. Celle-ci a remorqué la Cadillac jusqu'au garage. La panne provenait de la rupture du fil qui reliait le moteur aux accus.

La réparation achevée, je me suis mis en route. A petite allure, j'ai gagné Pré-en-Pail. Complètement exténué, je suis allé me coucher à l'Hôtel de France. J'y suis resté toute la journée du lendemain. Si mes souvenirs sont exacts, cela se situe dans les journées du samedi 26 et dimanche 27 mai.

Le lendemain, 28 mai, un peu avant Mayenne, un pneu arrière éclate. Je roule à plat jusqu'à cette ville.(je me souviens que ce jour-là, il y avait une fête). Au garage Renault où je m'adresse, je trouve - enfin ! - une chambre à air et une enveloppe aux dimensions de mes roues. J'en aurais voulu deux ; malheureusement le garagiste n'en possédait qu'une. Je n'étais qu'à demi tiré d'affaire.

Près de Pontoux, en effet, j'eus une nouvelle crevaison, et c'est sur une jante que j'accomplis les derniers 15 kilomètres qui me séparaient de Morlaix.

J'étais arrivé à bon port, mais mes ennuis n'étaient pas finis pour autant. (...)"

C'est déjà difficile, très...

De s'y retrouver avec tous les mensonges de Guillaume Seznec...

Sans que nous ayons besoin d'un blog inutile qui, sous prétexte de raconter "Une autre histoire"...

Raconte en fait tout et n'importe quoi.

 

Liliane Langellier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article