Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec : Pour en finir avec Pierre Quémeneur trafiquant de Cadillacs.

Folie, sottise et orgueil croissent sur le même arbre.
Proverbe allemand.
Le dictionnaire des proverbes allemands (1863).

Pauvre Affaire Seznec...

Le futur dernier opus à paraître, à compte d'auteur, risque de l'embrouiller encore un peu plus...

Du moins pour les âmes simples.

Et les aficionados benêts en mal de sensation.

Qui ne maîtrisent pas l'anglais.

On va être loin, très loin des 250.000 exemplaires du bouquin de Sarkozy.

A mon avis, on ne dépassera pas les 100 exemplaires.

Et zéro retombée médiatique.

Souvenez-vous que les journalistes ne se sont même pas dérangés, fin novembre, pour le Black Friday de Quimper.

Qui rassemblait tout de même : Anne-Sophie Martin, Michel Pierre et Bernez Rouz.

Moi qui publie sur la page Facebook de "La Fabrique de l'Histoire"...

Je peux vous dire que l'affaire Seznec lasse, même les plus curieux.

Seule la qualité d'historien de Michel Pierre intéresse encore.

Et voilà que je lis, ce matin, sur le blog du crêpier texan, un nouveau bobard :

"Pierre Quéméneur donne des détails assez intéressants sur l'affaire des Cadillac. (...) Cet élément indique clairement que c'est bien Quéméneur qui est à l'origine de cette affaire. Seznec n'en avait pas connaissance."

Ce serait donc Pierre Quémeneur qui serait à l'origine du trafic des Cadillac.

Evoqué par Guillaume Seznec au début de l'enquête.

Fortiche le gars Seznec qui évoquait une affaire dont il n'avait pas connaissance (si, si...)

On est en totale H.P. (Psychiatrie fermée).

Cela dit, repensez au titre ronflant  de son précédent livre : "Nouvelles révélations..." qui n'apportait aucune nouvelle révélation !

Reprenons donc...

……………………...

Pierre Quéméner (au début son nom s’orthographiait ainsi) n’est pas d‘une origine sociale plus élevée que Guillaume Seznec.

« Pierre est le cinquième de la lignée » nous écrit Bernez Rouz en page 16.

D’un premier mariage, son père, Yves-Mathieu a trois enfants. Après la mort de sa première femme, de sa seconde union, naîtront dix enfants.

 Pierre Marie Quémener est né le 19 août 1877 à Commana.

Après ses études primaires, il est inscrit au petit séminaire Saint-Vincent de Pontcroix.

Son R.M. (Registre Matricule) de la Classe 1897 :

Où il a comme profession : cultivateur.

En 1903, il a 26 ans...

Quand il ouvre un débit de boissons à Saint-Sauveur, dans le canton de Sizun, à six kilomètres de Commana.

La ferme familiale vient d'être vendue à la mort du père.

in Marthe Le Clech

Il fait aussi commerce de vin, puis de bois et de chevaux.

Il est élu, le 10 mai 1908, conseilleur municipal de Saint-Sauveur.

Normal, me direz-vous pour un bistrotier.

Réélu en mai 1912, il devient maire par délégation pour remplacer Keryel qui a été mobilisé au front.

En 1914, dès le début de la guerre, il va fournir du bois au Génie français (pour renforcer les tranchées)...

....Puis aux Américains de Brest. 

Pour construire le camp de Pontanezen.

 

Il n'est pas plus profiteur de guerre que les petits copains.

Il a juste profité de la manne américaine de Pontanezen.

En tant que vendeur de bois.

Métier qu’il continuera sur une toute autre envergure après Guerre. Puisqu’il aura recours à des courtiers. Et à des bateaux. Pour commercer avec le Pays de Galles (entre autres).

En 1919, il fait construire une superbe demeure bourgeoise à Landerneau : Ker Abri. Où il installe ses bureaux.

Et où on le trouvera habitant avec sa sœur Jenny lors des évènements Seznec.

Demeure qui sera évalué à 100.000 francs lors du bilan du 29 décembre 1923 (si on reste sur la base 1 franc 1923 = 1 euro actuel, je vous laisse faire le compte !).

Le 21 décembre 1919 le voilà élu conseiller général du canton de Sizun.

En tant que « républicain modéré » à une époque où les étiquettes politiques valsaient aussi vite que les ministères.

Le 17 avril 1920, il achète, pour la somme de 25.000 francsTraou Nez en Plourivo, situé sur les rives du Trieux.

Dans les Côtes d’Armor.

90 hectares de bois autour d'un manoir.

Cette propriété l’intéresse surtout pour le massif forestier au sein duquel elle est située.

Il va d’ailleurs en confier la gestion à son frère Louis.

Propriété qui sera évaluée à 140.000 francs lors du bilan du 29 décembre 1923 (Bernez Rouz en page 22)

 

Reprenons Michel Pierre en pages 24/25 :

"En ces années d’après-guerre, ce qui intéresse Pierre Quéméneur, ce sont ses activités commerciales. Il demeure à l’affût de toute opération susceptible de conforter sa prospérité. Parmi ces dernières, la revente de lots de couvertures après achat aux enchères publiques, peut-être celle ayant eu lieu au camp de Kerhuon le 17 novembre 1919 de « 3100 couvertures usagées par petits et gros lots ». Pour cette affaire, il s‘est associé avec son ami Guillaume Seznec. Les deux hommes semblent avoir été aussi en relations pour un marché de lots de bois, cette même année 1919."

Chez Bernez Rouz, en pages 19/20, on peut lire :

"Il travaille aussi avec des marchands de bois de Bordeaux pour s’approvisionner en pin des Landes, il est en tractation avec des Parisiens pour fournir les compagnies de chemins de fer : La maison Quéméneur est un établissement qui compte dans le négoce du bois.

Quéméneur pratique l’exportation vers la Grande Bretagne, il utilise les trois ports de Morlaix, Le Légué (Saint Brieuc) et Landerneau. Son agent à Cardiff se nomme Félix Rogel, un Breton du Faou, à  Newport il commerce avec Mr Wilkinson."

C’est donc un riche conseiller général du Finistère, entouré de sa sœur Jenny, de son frère Louis, du notaire Jean Pouliquen (époux de Marianne qu’il a aidé à s’établir comme notaire à Pont-l’Abbé) qui prend la route Rennes /Paris le vendredi 25 mai 1923. 

……………………………...

Reprenons...

Le lundi 21 mai 1923, il y a un dîner à Kerabri, Landerneau, qui rassemble Pierre Quémeneur, sa sœur Jenny, son autre sœur Marie-Anne et son mari, le notaire Jean Pouliquen.

Vers 20 heures, Guillaume Seznec téléphone pour annoncer sa venue le lendemain matin pour discuter d'une très intéressante affaire.

Les deux hommes se voient le mardi 22 mai à Brest.

Quémeneur sollicite de sa banque un prêt de 100.000 francs. Qui lui est refusé.

Il demande également à son beau-frère Jean Pouliquen, le remboursement d'un prêt de 100.000 francs.

Ce dernier négocie pour ne lui expédier que 60.000 francs.

"Je m'étonnais d'une pareille demande, car la veille il ne me laissait prévoir aucun besoin d'argent et je lui demandais pour quel motif imprévu il me demandait cette somme. Il me répondit que c'était une affaire avec Seznec..."

in Rouz, la primo-enquête de Pouliquen en page 81.

"Quémeneur rendit ensuite visite à l'un de ses voisins, M. Julien Legrand, ancien maire de Landerneau, représentant en machines agricoles. Il lui fit les confidences suivantes :

"J'ai fait une affaire avec Seznec, je pars demain livrer ma Cadillac à Paris où je resterai quelques temps car nous avons fait une affaire ensemble pour l'achat de camions ou voitures américaines. Comme Seznec ne veut pas faire d'écritures, c'est moi-même qui tiendrai la comptabilité et ferai la réception des véhicules."

in Guy Penaud en page 40.

"On a l'impression que l'homme d'affaires a besoin de rassembler une grosse somme d'argent en prévision d'achats d'importance."

in Michel Pierre, en page 27.

Après s'être donnés rendez-vous à Rennes le jeudi soir 24 mai 1923...

Ils prennent la route pour Paris le vendredi 25 mai 1923 au matin.

Pour les capitaux investis par les deux zigs dans cette embrouille...

Lire sur le blog de Marc du Ryez :

Les capitaux de l'affaire d'automobiles. 

Personnellement, je pencherais plutôt pour une escroquerie de la B.P.C. (Banque Privée Coloniale) vis-à-vis de Quémeneur...

Lire sur ce blog :

Arnaque B.P.C. versus arnaque Cadillac

……………………………

Je lis à l'instant même :

"C'est bien Quéméneur qui est à l'origine de l'affaire de Cadillac. Il a juste demandé à Seznec de l'aider. Les éléments et ses implications sont expliqués dans mon livre."

Et, là...

Je vous avoue...

Que je ne sais plus...

S'il faut en rire...

Ou en pleurer.

Alors, j'ai choisi d'en rire !

Tout cela me fait penser à la citation de William McIlvanney (Laidlaw), en exergue du dernier Lemaître :

"Pour tout ce qui arrivait, quelqu'un d'autre était coupable".

 

Liliane Langellier

Ce n'est pas Pierre Quémeneur qui s'y connait en voitures américaines...

Mais bien Guillaume Seznec !

"Guillaume Seznec achète un camion en 1917. (…) Seznec achète plusieurs voitures en 1919 à Brest." (Rouz)

Et oui, Guillaume Seznec, lui, traficote dans les bagnoles américaines depuis 1917...

Et est au courant des filières de ventes et de reventes des automobiles.

Comme en témoigne ce procès-verbal de la gendarmerie de Locronan.

En date du 21 février 1920.

 

 

Question : A-t-on besoin d'un éminent spécialiste américain de Trotsky, enseignant à l'Université de Stanford,  pour résoudre l'affaire Seznec ???

 Vous imaginez un calibre comme l'historien Bertrand Patenaude tenir conversation avec Bert, le texan ????

Avec ou sans les tiags ???

 

Tiens, il vient juste de supprimer son verbiage prétentieux sur Patenaude.

A mon avis, il a fait exactement comme pour son livre précédent...

Où il avait simplement traduit quelques pages de l'ouvrage "Cadillac Participation in the World  War"

Mais qu'il se méfie...

Car, moi, je suis vraiment diplômée d'une université américaine.

Et pas empruntée du tout pour joindre Stanford.

Ce que je vais faire dare-dare.

 

 
Biographie de Monsieur Bertrand Patenaude : 

Bertrand M. Patenaude is a research fellow at the Hoover Institution. He is also a lecturer in history and international relations at Stanford University. His most recent book is Defining Moments, published by the Hoover Institution Press in 2019. He is also the author of Trotsky: Downfall of a Revolutionary, published by Harper Collins in 2009, and A Wealth of Ideas: Revelations from the Hoover Institution Archives (Stanford University Press, 2006), a richly illustrated coffee-table book that showcases the Hoover Archives’ extraordinary collections, which span the entire twentieth century. His first book, The Big Show in Bololand: The American Relief Expedition to Soviet Russia in the Famine of 1921 (Stanford University Press, 2002) won the 2003 Marshall Shulman Book Prize and is the basis for a forthcoming documentary film produced for the award-winning PBS series American Experience.

He has also edited several books, including, with Terence Emmons, War, Revolution, and Peace in Russia: The Passages of Frank Golder, 1914–1927 (Hoover Institution Press, 1992); The Russian Revolution (Garland, 1992); Stalin and Stalinism (Garland, 1992); and Soviet Scholarship under Gorbachev (Center for Russian and East European Studies, Stanford, 1988).

Among his important discoveries in the Hoover Archives is a 1922 Russian-language book manuscript by the Moscow economist Lev Litoshenko. That manuscript, unidentified for decades, turned out to be a first-rate study of Bolshevik agrarian policies during the early years of Soviet power, with special emphasis on the utopian civil war policies known as War Communism. After determining the manuscript's authorship, Patenaude’s subsequent efforts led to its publication in Russia as Sotsializatsiia zemli v Rossii [Socialization of the Land in Russia] (Novosibirsk: Sibirskii khronograf, 2001), which Patenaude edited, together with a team of his Russian colleagues.

Patenaude taught for eight years (1992–2000) in the Department of National Security Affairs at the Naval Postgraduate School in Monterey, California, where his outstanding performance as a classroom instructor was recognized with the Schieffelin Award for Teaching Excellence for two consecutive years, 1998 and 1999. His book reviews regularly appear in the Wall Street Journal. He was educated at Boston College and the University of Vienna and received his PhD in history from Stanford.

 

Ses ouvrages ici.

 

P.S. 2 Pour votre dose de culture quotidienne...

Venez lire mon blog Chez Jeannette Fleurs.

Où je viens de dépasser les 110.000 visiteurs.

Avec 10.399 visiteurs en janvier 2020.

Affaire Seznec : Pour en finir avec Pierre Quémeneur trafiquant de Cadillacs.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article