Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Petit Guillaume a-t-il dit vrai ?

C'est lui le personnage central de cette tragédie grecque.

Que l'on prenne la version de Bernard Le Her ou celle de Jean-Yves et Gabriel Seznec...

Sans Petit Guillaume : pas de révélations !

Tout repose donc sur un seul homme.

J'ai repris son parcours au calme.

Pour bien chercher les occasions qu'il avait eues de croiser son père.

………………...

En mai 1923, Petit Guillaume vient tout juste d'avoir 12 ans (né à Plomodiern le 1er mars 1911).

Il est pensionnaire au collège Saint Joseph de Morlaix.

Dont il ne sort que le dimanche, nous affirme-t-on.

Quelles preuves avons-nous de ces sorties dominicales ?

Aucunes.

Personnellement, pensionnaire, je sortais le samedi midi pour regagner le bahut le lundi matin.

C'est important pour tenter de fixer une date sur ce qu'il a vu.

Un samedi ?

Un dimanche ?

Un week-end prolongé ?

Bien malin qui me le dira.

Enfin "ce jour-là", il voit Pierre Quémeneur par terre.

Il voit sa mère et la bonne effrayées.

Il voit son père rentrer et tenir un conseil de famille.

Juste pour dire : "Où est Albert pendant tout ce temps ?"

Petit Guillaume assiste au conseil de famille et c'est alors que prend place la promesse.

En fait, ils seraient allés tous quatre se confesser et faire promesse de ne jamais rien révéler.

Celle de ne rien dire.

Celle de le jurer devant Dieu (à Plomodiern ?)

Après ces foutus jours de mai 1923, il  va rester à l'école plus que son dû.

Donc, quasiment 18 mois sans rentrer à la maison.

Il le raconte à Bernard Le Her (in Me Langlois page 215) : 

"- Et toi, Guillaume, qu'est-ce que tu as fait pendant l'enquête ?

- Je te l'ai dit, je suis resté à l'école. (...)

Et tout ça a duré un an et demi puisque le procès a duré dix-huit mois.

Tu sais, un an et demi, pour un gosse, c'est long."

C'est à cette époque qu'intervient l'évêque, directeur de la pension auprès de qui il reste.

En novembre 1924 (in Denis Langlois en page 236) :

Quant aux trois autres, Guillaume, Albert et Jeannette, Mgr Duparc, l’évêque de Quimper, avait décidé de les prendre sous sa protection. Ils seraient placés dans des orphelinats religieux, ils apprendraient un métier. Leur pension, c’était l’évêque qui la paierait sur ses fonds personnels. Marie-Jeanne n’était guère enthousiasmée par une telle perspective. Marie était de santé trop fragile pour entrer dans les ordres et supporter les privations. Albert, lui, était bien jeune –onze ans – pour partir. Elle aurait voulu le garder auprès d’elle encore un ou deux ans."

L'évêque, c'est Adolphe Duparc, qui a racheté le petit séminaire de Pont Croix en 1908.

Il sera évêque de Quimper et Léon du 11 février 1908 au 8 mai 1946.

"Leur pension, c'était l'évêque qui la paierait sur ses fonds personnels"

J'avais calculé, entre les quatre enfants, cela faisait 18 ans de pensionnat.

Or l'évêque n'a aucuns fonds personnels :

"Il grandit dans un milieu modeste, son père ouvrier charpentier quitte rapidement Lorient et prend la profession de boulanger à Pont-Scorff puis Quimperlé. En octobre 1866 il entre au Petit Séminaire de Sainte-Anne d'Auray puis au grand séminaire de Vannes."

Comment Petit Guillaume va-t-il expliquer tout cela :

C'est simple : son père, Guillaume Seznec, aurait remis de l'or en direct à l'évêque pour veiller à l'éducation de ses enfants.

Et, là encore, on n'a que la parole de Petit Guillaume.

Malgré mes recherches et mes nombreux appuis à l'Eglise, j'ai été totalement incapable de retrouver une comptabilité quelconque tenue par Mgr Duparc.

Faudra donc faire avec...

De 14 à 18 ans, pour Petit Guillaume, c'est Saint Michel de Langonnet.

Histoire d'apprendre un métier (ou plusieurs).

Là, on a une preuve : la lettre de Guillaume Seznec de Saint-Martin de Ré en date du 19 avril 1925 :

 

Petit Guillaume s'engage en 1931 dans la marine.

On le sait par une lettre de Charles Huzo à Seznec au bagne que Petit Guillaume a demandé à servir dans la Marine en date du 20 février 1931 :

"Votre marin désirait partir en croisière vers la Chine. J'en ai parlé à l'amiral Violette, chef d'état-major général de la Mariine, qui immédiatement a fait le nécessaire, ce qu'il fait qu'il partira bientôt, mais sera, je crois, nommé auparavant quartier-maître."

S'était-il engagé pour 5 ans ?

En 1936, on retrouve Petit-Guillaume habitant le 12, rue de Tunis à Saint-Denis.

Il épouse Juliette Le Her (fille de François Le Her, âgée de 20 ans) le 13 mars 1937 au Plessis-Robinson.

Il est alors sculpteur sur bois et habite 1, rue Rabelais à Saint-Ouen.

Son frère Albert qui est mécanicien est son témoin. Il habite également Saint-Ouen.

Août 1939 : Petit-Guillaume est mobilisé.

Je ne désespère pas d'avoir accès un jour à son R.M. (Registre Matricule) pour mieux comprendre cette période (Classe 1931 - Matricule 2272).

Entre 1936 et 1952, soit pendant 16 ans, il reste juridiquement marié à la Juliette.

Ce qui lui vaudra d'être reconnu père d'Anne-Thérèse Seznec née le 28 février 1951 à Beaumont-sur-Oise.

Et qui est, en fait, la fille de son petit frère Albert Seznec.

Après son divorce, fin juin 1952...

Il épouse le 5 mars 1955, à la mairie de Paris Xe Claudie-Lucette Neyret.

Il a 43 ans. Claudie a 23 ans.

Guillaume Seznec, lui, est rentré du bagne, en juillet 1947.

Après avoir habité chez sa fille Jeanne, suite à une xième embrouille avec son gendre Le Her, il quitte la maison pour vivre dès octobre 1947 chez l'instite, Mme Marie Françoise Bosser à Riec-sur-Belon.

Il revient vite s'occuper des enfants lors du meurtre de François Le Her le 3 octobre 1948.

Puis, après le procès et l'acquittement de Jeanne Seznec (juillet 1949) c'est le départ pour le Tarn-et-Garonne le 28 novembre 1949.

Où ils restent environ entre 6/8 mois (?).

Peu après son retour à Paris (fin 1950 ?), il rejoint Petit Guillaume qui vit à Estreez, près de Magny-en-Vexin, chez Louise Neyret, la grand mère de Claudie.

C'est un moment privilégié pour les deux hommes.

C'est parce que Petit Guillaume insiste pour savoir où est enterré Pierre Quémeneur que Seznec rejoint sa fille et ses petits enfants dans le XIIIe arrondissement de Paris.

Où il meurt le 13 février 1954.

Tout cela pour comprendre combien de temps Petit Guillaume a pu passer seul avec son père.

………………...

Et oui, nous n'avons que les dires de Petit Guillaume pour affirmer tout ça.

Je ne peux m'empêcher de penser "Et s'il avait inventé son histoire Seznec à lui ???"

Excédé par les gesticulations de Denis Le Her Seznec, Il attend 1977 pour en parler à son neveu Bernard Le Her et à son fils aîné Jean-Yves Seznec.

D'après l'avocat Langlois, Bernard Le Her débarque chez lui avec ce scoop le 6 janvier 1978.

Les révélations de Petit Guillaume dateraient donc de 1977.

Or, le 9 juin 1977 : dépôt de la 13ème demande de révision par Me Denis Langlois au nom de Jeanne Seznec.

"Dès le dépôt de cette nouvelle demande en révision, l'affaire Seznec refait les gros titres des journaux (…) France Soir, qui est alors le quotidien français le plus diffusé, a voulu interviewer Jeanne Seznec. Elle était à son travail de garde-malade. Le reporter s'est rabattu sur son fils Denis." (in Langlois page 206)

C'est l'entrée en scène médiatique de Denis Seznec.

Et c'est ce qui va donner lieu aux révélations de Petit Guillaume.

Pourquoi Petit Guillaume n'a-t-il pas téléphoné à Europe 1 lors des émissions de Pierre Bellemare qui ont débuté le 15 janvier 1979 (du 15 au 27 janvier 1979) ?

Que de questions……...

Pourtant, Jean-Yves Seznec, fils aîné de Petit Guillaume, m'a affirmé que, petit garçon, il entendait son père dire à sa mère (et plus d'une fois) : "Le grand père, c'est juste un accident".

Petit Guillaume en a parlé plus tôt et plus longuement à son dernier fils Gabriel Seznec.

Qui, le plus jeune, est resté à la maison plus longtemps.

Petit Guillaume n'a laissé aucuns écrits.

Denis Seznec, lui, a bien trop écrit.

Difficile tout ça, non ?

Liliane Langellier

P.S. Petit Rappel utile :

Petit Guillaume est mort à Soissons, le 29 juillet 1981, âgé de 70 ans..

Juliette Le Her Seznec est morte à Lille le 16 décembre 2016. 

Elle avait presque 100 ans (née le 25 janvier 1917).

Claudie Neyret est décédée le jeudi 22 mars 2018, à Courmelles, à l'âge de 86 ans.

 

P.S. 2  Mardi 26 Mars 2019...

Prochaine manifestation "Seznec" (article à venir…)

Mercredi 24 avril 2019 à 19 heures :

Conférence par Michel Pierre à Saint Martin de Ré

(13 Avenue Victor Bouthillier
17410  Saint-Martin-de-Ré
)
 
 
 
 
 
 
 

 

 Il n'y a pas d'affaire Seznec, chronique séculaire d'une folie médiatique.


Tarif 5€.

Tel : 05.46.09.21.22

Lire, tout en bas des images en annexes, l'article du Pontivy Journal...

Annonce de son livre sur l'affaire Seznec à venir fin de l'été 2019.

 

Affaire Seznec : Petit Guillaume a-t-il dit vrai ?
Petit Guillaume. Acte de naissance dans archives mairie de Plomodiern.

Petit Guillaume. Acte de naissance dans archives mairie de Plomodiern.

Petit Guillaume. Table alphabétique.

Petit Guillaume. Table alphabétique.

Mariage Petit Guillaume / Juliette Le Her

Mariage Petit Guillaume / Juliette Le Her

Mariage Petit Guillaume / Claudie Neyret.

Mariage Petit Guillaume / Claudie Neyret.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article