Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Comment faire des recherches au Vault du F.B.I. (Federal Bureau of Investigation)

Le mensonge est plus aisé que la vérité. Cependant, il suffit d'une vérité pour faire écrouler une pyramide de mensonges.
Pierce Brown,
Red Rising, tome 2 : Golden Son.

Vous vous souvenez ce que je vous écrivais récemment...

J'ai repris mon article.

Bon sang, mais c'est bien sûr...

C'est pour ça que le Texan a fait interdire par Webmedia mon article Overblog sur "Comment faire des recherches au F.B.I."

Parce que j'indiquais "The Vault"...

Que tout le monde peut consulter.

Et dont il nous cause dans son roman.

Dont "il se vante", serait plus précis.

"Un mystérieux correspondant me fit parvenir plus de 600 documents…"

Quand je vous dis qu'il nous fait prendre des vessies pour des lanternes.

Vous les imaginez les petits documents d'un mystérieux correspondant qui arrivent par la poste...

Pour se retrouver sur le bureau du broc.

Mais, là, le vantard vient de tomber de la stèle qu'il s'était construit tout seul !

Et oui, devinez quoi ?

Quand, sur THE VAULT,  on écrit "John Edgard Hoover" dans "Research"...

Il y a plus de 600 documents qui apparaissent, si, si...

Et les voilà les "600 documents F.B.I." qui sont tombés du ciel.

Et dont il nous parle dans son roman de gare.

Il a cherché les documents Hoover où Turrou était cité.

Elémentaire, mon cher Watson ! 

Les documents, il faut juste prendre le temps de les consulter.

Et croyez-moi, ça, je vais le prendre...

Le temps !

D'autant que Marc du Ryez, lui aussi, a commencé de les éplucher de son côté !

Mon ancien article :

…………………………….

En France, on est en totale liberté.

Alors, je voudrais que l'on m'explique pourquoi un certain brocanteur a fait supprimer mon article sur ce blog intitulé "Comment faire des recherches au F.B.I."

Et oui, je continue mes recherches sur Léon George Turrou.

Car Léon George Turrou n'appartient à personne.

Sauf à lui-même !

C'est peut-être le Charly du brocanteur...

Mais encore faudrait-il nous le prouver !

Car je n'y crois pas un seul instant aux documents du F.B.I. miraculeusement tombés du ciel !

Il n'y a que ses aficionados brevetés pour gober tout ça.

Faut dire qu'ils n'ont pas vu grand chose en matière de recherches.

Alors, un rien les épate.

Quand je lis les commentaires débiles sur le blog adverse...

Je pense à faire une version light des articles de ce blog.

Pour permettre aux plus faibles d'esprit de pouvoir y accéder.

Et comprendre ce qui y est écrit.

Mais, c'est vrai...

En règle générale, les Français n'osent pas faire des recherches d'archives à l'étranger...

Pour ma part, je l'ai souvent fait pour l'affaire Seznec via La Library of Congress (entre autres).

Avec leur "Ask a librarian".

Qui a des archivistes/chercheurs très réactifs.

Et via le site de généalogie Ancestry.

Oui, le Geneanet ricain.

C'est vrai qu'il y a la barrière de la langue.

Pas pour moi qui suis diplômée de U.C.L.A. 

Et aussi du C.F.P.J. (Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes) de la rue du Louvre.

Avec une  belle carrière à L'Express, puis à La République du Centre.

N'en déplaise aux mauvais coucheurs !

………………………………….

On reprend pour le F.B.I.

La petite histoire

C’est au ministre de la Justice de Theodore Roosevelt, alors Président des Etats-Unis, que revient la création en 1908 du « Bureau of Investigation » (BIO), qui deviendra en 1935 le FBI (Federal Bureau of investigation). Basée à Washington, c’est une organisation au service de l’Etat qui lutte contre le crime organisé, est qui est composée d’une dizaine d’inspecteurs seulement. Aujourd’hui, le FBI est connu du monde entier, et il possède des bureaux dans 400 villes américaines et 50 ambassades dans le monde.

Le rôle du FBI

Le Bureau représente une sorte de “bouclier” qui protège les Etats-Unis des menaces extérieures. À ce titre, il est compétent pour contrer la menace terroriste et les services de renseignements étrangers, mais il lutte aussi contre tout type d’organisation criminelle et s’emploie à faire respecter les lois en vigueur, toujours dans le but de respecter l’intérêt général et la constitution américaine.

En bref, le FBI est compétent pour enquêter en matière de terrorisme, de contre-espionnage, de corruption publique, de crime organisé, en col blanc, ou de grande envergure.

Le FBI est en outre une fantastique base de données pour les autres institutions américaines et vient en renfort des services de police dans les enquêtes complexes ou qui nécessitent des moyens technologiques importants (géolocalisations, police scientifique…).

Faites des demandes d'archives.

Si vous devez contacter le FBI à propos d'archives rendues publiques ou si vous devez les contacter à propos d'archives qui n'ont pas encore été rendues publiques, il vous faut les contacter directement.[6]

  • Vous trouverez les archives rendues publiques dans leurs salles de lecture électronique, appelée « The Vault » (la chambre forte) : http://vault.fbi.gov/
  • Si vous souhaitez avoir accès à des archives qui n'ont pas été publiées, remplissez le formulaire présent sur http://www.fbi.gov/foia/sample-fbi-foia-request-letter
    • Faites aussi cette demande par email : foiparequest@fbi.gov
    • Par fax : 540-868-4391/4997
    • Par courrier : Federal Bureau of Investigation, Attn : FOI/PA Request, Record/Information Dissemination Section, 170 Marcel Drive, Winchester, VA 22602-4843
  • Si vous cherchez d'autres types d'informations sur les archives, vous pouvez contacter le FOIA Requestor Service Center : 540-868-1535

……………………...……………………..

Ainsi, pour nous résumer :

- Concernant l'A.R.A. (American Relief Administration),

notre nouvel auteur n'a jamais fait de recherches dans le fonds Hoover.

Mais il a simplement recopié en les traduisant (avec plus ou moins de bonheur) de larges extraits du livre de Bertrand Patenaude "The Big Show in Bololand".

Ce qui pourrait lui coûter fort cher, s'il n'en a pas demandé l'autorisation à l'auteur, car les universitaires américains, eux, ne badinent pas avec les copyrights.

Je vous en dirai plus bientôt car le livre devrait me parvenir de Californie fin de semaine.

- Concernant le F.B.I. (Federal Bureau of Investigation),

 notre nouvel auteur n'a jamais reçu de documents du F.B.I. via un mystérieux correspondant (???)

Mais il a tout simplement cherché lui-même "John Edgar Hoover" sur THE VAULT.

Les archives Internet du F.B.I. 

Que je viens de consulter.

Et que je vais prendre le temps de bien lire.

Avec l'aide précieuse de Marc du Ryez, of course.

Je lis à l'instant même que l'écrivain nous ressort ce cher Al, le grand-père de sa femme (ça sent le réchauffé…)

Le fameux co-auteur de son premier chef d'œuvre.

Au-dessus d'un document partiellement reproduit, il nous écrit :

"Article about Turrou and the Dzerjinski OGPU from the same files /Al Baker"

Non, non...

 

Ce que le mystérieux correspondant vient de lui envoyer, est, en fait,

un article de Social Justice du 19 décembre 1938 :

 

"The story of Léon Turrou" by Ben Marcin.

(Où on nous parle de Léon Tornoff-Turrou)

"Leon Tornoff was an OGPU agent when Dzerjinski was chief of the Soviet Secret Police. Directly after the war, Tornoff was reported working in France with the United States Marine Corps makig a "topographical study" of the battlefields. Later, throug in fluence from the White House, he was appointed as officer of the American Relief Association in Soviet Russia and elsewhere. While with the A.R.A. in Russia, Tornoff acted as a Russian-English interpreter for Herbert Clark Hoover. It was due to the conniving of Tornoff and other G.P.U. workers that the American Relief Association in Russsia became pro-Bolshevik and anti-white Russian. 

"Leon Tornoff était un agent de l'OGPU (NDLR La Guépéou) lorsque Dzerjinski était chef de la police secrète soviétique. Directement après la guerre, il a été rapporté que Tornoff travaillait en France avec le Corps des Marines des États-Unis pour réaliser une" étude topographique "des champs de bataille. Plus tard, grâce à la fluence de à la Maison Blanche, il a été nommé officier de l'American Relief Association en Russie soviétique et ailleurs. Alors qu'il travaillait pour l'ARA en Russie, Tornoff a agi comme interprète russe-anglais pour Herbert Clark Hoover. C'était en raison de la connivence de Tornoff et d'autres travailleurs du GPU que l'American Relief Association en Russie est devenue pro-bolchevique et anti-blanc russe.

Following his OGPU work with the A.R.A., Tornoff worked several years with the Jewish firm of R.H. Macy & Company in New York City. Later he secured a position in the foreign section of the General Post Office in New York City; He remained in his United States postoffice position until "his good friend" Herbert Hoover became President of the United States."

À la suite de son travail à l'OGPU avec l'A.R.A., Tornoff a travaillé plusieurs années avec la firme juive R.H.Macy & Company à New York. Plus tard, il a obtenu un poste dans la section étrangère du General Post Office à New York. Il est resté dans son poste aux États-Unis jusqu'à ce que «son bon ami» Herbert Hoover devienne président des États-Unis ».

(La suite = Syndrome Bonny : elle parle du 1er avril 1928...)

N.B. Herbert Hoover Mandat présidentiel : 4 mars 1929 – 4 mars 1933

Sachez quand même que le Léon, il nous a écrit aussi ça (je devrais le recevoir sous peu) :

Tout cela peut épater ses Aficionados/Pieds-Nickelés à lui...

Qui sont paumés et peu cultivés in English.

Mais cela ne risque pas de m'épater, moi !

Il vient d'apprendre, à ses risques et périls, que j'ai toujours eu la réputation d'être une bonne, très bonne chercheuse.

Et que je hais le mensonge… 

Le mensonge sous toutes ses formes.

"Le mensonge est plus aisé que la vérité. Cependant, il suffit d'une vérité pour faire écrouler une pyramide de mensonges.
Pierce Brown,
Red Rising, tome 2 : Golden Son."

 

Liliane Langellier,

The Oprah Winfrey de l'affaire Seznec.

P.S. Des nouvelles du petit crapaud...

J'apprends qu'il a encore essayé de coasser.

Mais cette fois il a été guidé vers le crapauduc qui traverse la route nationale à Charpont.

Pour aller s'éclater de l'autre côté.

Une bonne chose, car, je ne peux pas perdre mon précieux temps à écouter tous ses coassements.

 

P.S. 2 Merci à toutes et à tous...

Je viens de dépasser, cette nuit, les 69.000 visiteurs sur ce blog.

(et sans acheter de Pakistanais…)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article