Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. Quels faits nouveaux pour une énième révision ???

Avec un mensonge, on va très loin, mais sans espoir de revenir en arrière.
Proverbe juif.

Quels faits nouveaux pour une énième révision du procès Seznec ???

Je vous rassure tout de suite : aucuns !

"Lors de la prochaine demande de révision, nous expliquerons chaque lien existant entre Quéméneur et Turrou. Chaque lien est étayé par des archives. Le travail de la cour sera de tenter de démontrer que ces liens n'existent pas et qu'ils sont le produit de l'imagination de Seznec."

Il n'a pas tout compris Bertrand Vilain...

C'est à celui qui dépose la demande en révision de prouver les faits nouveaux qu'il annonce.

"Il faut qu'un élément inconnu au moment du procès ou un fait nouveau apparaisse après une condamnation prononcée par un tribunal ou une cour d'appel.

Ce fait nouveau ou cet élément inconnu doit permettre d'établir l'innocence du condamné ou faire naître un doute sur sa culpabilité.

L'affaire est examinée une nouvelle fois alors même que la décision initiale est définitive.

Seule la condamnation pour un délit ou un crime peut faire l'objet d'une demande en révision."

De quel élément nouveau inconnu parlons-nous là ???

De Leon Turrou ???

"Tous les détails qu'il donne complétés des informations fournies par Seznec, Ackerman et Pouliquen correspondent exactement à Leon Turrou. Dans la mesure où l'on peut retracer son parcours en 1923, Leon Turrou se trouve toujours aux lieux où il faut et quand il le faut. C'est la preuve que Quéméneur était en lien avec Turrou. La seule chose qui n'a pas été mentionnée est le vrai nom de Turrou. Existe-t-il une autre personne possible que Turrou ? La réponse est définitivement non."

Quel vocabulaire pompeux de prétentieux !

Alors qu'il n'est pas foutu de nous prouver que son Leon connaissait bien Pierre Quémeneur ou Guillaume Seznec.

Puisqu'il n'est pas foutu de nous prouver que Turrou était bien en France en Mai 1923.

Et que c'est bien lui qui a publié la petite annonce O.I.R. dans L'Auto du 7 février 1923.

Je pense que le sigle O.I.R. = Organisation Internationale pour les Réfugiés.

En plus, il nous radote encore et encore sur le policier Bonny...

Pourtant depuis le temps, il aurait dû comprendre que le livre de son fils Jacques est un tissu de mensonges pour innocenter son père.

Lire sur ce blog :

Qui était Pierre Bonny ?

Et aussi :

Le livre de Jacques Bonny sur son père est une entourloupe.

La chute de l'article est à se rouler par terre de rire : 

"La justice peut-elle corriger son erreur ? Oui, si le processus de révision va jusqu'à son terme, la justice aura pour la dernière fois l'opportunité d'innocenter Seznec.

Dans le cas contraire, la justice est rendue au nom du peuple français, il faudra retirer le nom de tous ceux qui ne croient pas en la justice."

Donc, si j'ai bien compris, s'il n'obtient pas satisfaction, il s'exile !

Bon vent...

Et puis, côté véracité des dires de Petit-Guillaume :

Un dimanche ensoleillé... Les 26 et 27 mai 1923, c'était la première édition des 24 heures du Mans, il a beaucoup plu.

Seznec était à Mayenne vers 10 heures le 27 mai, il a parcouru plusieurs kilomètres à plat avant d'arriver à Morlaix, il ne pouvait donc pas être à Traon-ar-Velin dans l'après-midi.

Les témoignages de survie portent tous à caution et les témoins ne sont sûrs de rien.

Rien ne prouve que Pierre Quémeneur soit revenu en Bretagne le dimanche 27 mai 1923.

A la limite, je vais vous dire, j'aimerais bien qu'ils aillent devant la commission de révision pour se ridiculiser définitivement.

Définitivement.

Comme concluait Camard, quiconque a eu accès au dossier, s'il est honnête, ne peut qu'arriver à la conclusion que la justice a été bien rendue.

 

Liliane Langellier

P.S. Madame Jourdan, ce n'est pas d'écrire de rage en lettres majuscules sur votre blog qui rendra vos propos plus vrais.

Quant à votre :

"C'est l'existence de cet américain et le témoignage de Petit-Guillaume qui font naître le doute sur la culpabilité de G.Seznec."

Je ne nie pas l'existence de Leon Turrou, je nie son implication dans l'affaire Seznec, nuance...

Quant au témoignage de Petit-Guillaume...

Rappelez-vous ce qu'écrit Seznek dans L'affaire Seznec revisitée :

"Pour le reste, le flou s’épaissit, ainsi sur la présence en ce dimanche de son père Guillaume, il nous dit : Il est passé le matin, et il est venu l’après-midi” – or, les faits démontrent que c’est impossible. Il indique qu’il était prévu qu’il accompagne son père à Paris, mais que le directeur de l’école s’y est opposé. Il confirme qu’il a été absent tout le temps de l’enquête mais, curieusement, il se souvient d’une conversation orageuse entre sa mère et des policiers. Il affirme également que c’est Guillaume Seznec qui a pris l’initiative de s’inquiéter de l’absence de Quéméner auprès de sa famille : “C’est lui qui a été voir la famille Quéméner pour lui demander qu’est-ce qu’il devient”. Rien dans les faits ne confirme tous ces propos.

Dans ce témoignage, il y a trop d’éléments invraisemblables ou contredits par les faits pour le considérer comme crédible. Pour ma part, je considère qu’il est grand temps de s’en tenir aux faits et uniquement aux faits, la justice a tout à y gagner, il lui faut pour cela faire preuve de patience et de clairvoyance. Les emballements médiatiques actuels sont stupides et sans intérêt."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article