Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. Guillaume Seznec avait une haute opinion de lui-même...

Être trop mécontent de soi-même, c’est une faiblesse ; en être trop satisfait, c’est une témérité. ~ Alexander Pope (Maximes et réflexions morales, 1739).

En parlant de profil psychologique....

On aurait dit aujourd'hui...

Que Guillaume Seznec se la "pétait" un peu...

A lire ces extraits de journaux du 2 novembre 1924 :

"Pensez-vous, s'écrie-t-il énergiquement, que j'irais, moi, chercher du bois mort ? J'avais une servante et un chauffeur !"

 

Seznec avait effectivement une servante et un chauffeur auxquels il devait de l'argent. Et qui n'ont pu être remboursés qu'après la liquidation des biens.

Angèle Labigou =6.366, 50 francs.

Raymond Samson =2.125 francs.

Il n'y avait pas vraiment de quoi faire le fier !

L'Excelsior du 4 juillet 1923

 

Pourquoi Seznec a emporté dans sa valise pour Paris la dette d'Angèle ???

Il avait honte et peur qu'on la trouve dans sa scierie ???

Rectification : Guillaume Seznec n'était pas un "industriel" mais un simple "maître de scierie".

Endetté jusqu'aux yeux !

 

 

Le Matin du 2 novembre 1924

"Pensez-vous que j'allais me confier à un paysan !"

 

Le Journal du 2 novembre 1924

"Seznec esquisse une moue dédaigneuse. Pensez-vous que j'irais me confier à un croquant comme ce "monsieur"."

 

Non seulement il a été très désagréable tout au long de son procès...

Mais encore il lui a fallu rajouter le dédain. 

Monsieur Kerloch, huissier au procès de Quimper devant Frédéric Pottecher (2 juin 1967) :

K : "Oui, il était en face de moi. C'était un homme maigre mais alors se défendant pied à pied, c'était un homme très fort, très très fort. Voyez-vous quelqu'un qui est innocent bondit quand on l'accuse de quelque chose, mais, lui, il était d'une froideur… Mais ce qui l'a perdu, surtout, voyez-vous, dans les voyous, il y a toujours une faille, chez tous les criminels, il était balafré, il n'a pas eu l'idée de mettre une fausse barbe, alors on l'a reconnu partout…"

La Liberté du 27 octobre 1924

"S'il s'était contenté de nier avec énergie le rôle qu'on lui attribue, il eût peut-être profité d'un doute, ce mot terrible en matière judiciaire. Mais il veut constamment - qu'on me pardonne cette expression ! - "faire le malin". Il plastronne, risque des mots, rit même parfois. C'est une attitude dangereuse et peu opportune pour un inculpé qui risque sa tête. On ne prend pas à la légère une accusation d'assassinat par préméditation, et rien n'est plus maladroit que de répondre, comme le fait Seznec, par de rosses plaisanteries."

Dédain...

Froideur....

Ricanements...

Cela a, sans aucuns doutes, influencé négativement les jurés.

Et cela renforce la thèse de la dispute qui a mal tourné...

Guillaume Seznec, lassé de servir de larbin à Pierre Quémeneur pendant le voyage Morlaix/Paris.

 

Liliane Langellier

 

Le Petit Parisien du 31 octobre 1924

 

P.S. Soupçonner ces deux braves gens comme le fait Mme Claudine Jourdan est une honte absolue.

Ce n'est pas Samson qui a été reconnu au Havre mais bel et bien Seznec !

Lire aussi sur ce blog :

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article