Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Guillaume Seznec aurait eu une heure pour tuer Pierre Quémeneur et faire disparaître le corps...

Le temps passe par le trou de l'aiguille des heures.
[ Journal ]
Jules Renard

Aucun doute sur ce sujet...

Seznec et Quémeneur étaient bien au Plat d'Etain à 21 h 30...

En page 39 de Denis Langlois :

"Certainement plus de 21 heures. Les chaises étaient rangées sur les tables et nous commencions à balayer."

Chez Marc du Ryez : 

"Quittant Dreux, Vidal et ses inspecteurs emmènent Seznec dans la direction de Houdan et interrogent en route les hôteliers. Le propriétaire de l’hôtel-restaurant Le Plat d’Étain à Houdan reconnaît formellement Seznec comme l’un de ses clients. L’hôtelier situe l’arrivée des voyageurs vers 21 heures 30 et leur départ après 22 heures. Seznec admet alors que c’est en effet à Houdan qu’il a dîné le 25 mai et que c’est probablement à la gare de cette ville qu’il a déposé Pierre Quéméner."

Horaire confirmé également dans le Rapport Camard.

Qui, lui, est plus précis.

Indiquant que les serveuses du Plat d'Etain ne montaient les chaises sur les tables que le vendredi.

Huzo in Le Quotidien du 6 février 1931

"Les personnes qui les reçurent déclarèrent qu'ils durent y arriver vers 2 h 15 ou 21 h 30, car elles avaient déjà desservi et les chaises se trouvaient sur les tables."

 

Et jamais avant 21 heures, attendant que les clients habituels soient partis.

JeanGirard pour la lanterne : 20 h 45.

Le temps du repas...

Le temps de se tromper de route à la gare...

Piau, Garnier et Nouviau : 22 h 10.

Et Dectot vers 23 h / 23 h 15....

Guillaume Seznec aurait eu plus d'une heure pour faire disparaître le cadavre du conseiller général.

Le Petit Parisien du 4 juillet 1923

Je rappelle ici que Dectot n'a pas regardé dans la voiture.

Guillaume Seznec pourrait avoir collé le corps du conseiller général dans un fossé, et être revenu le rechercher plus tard.

Au vu de sa consommation d'essence...

Il a du faire environ 100 bornes avant de se retrouver planté à 3 ou 400 mètres de la gare de Montfort L'Amaury.

Hypothèse in Le Matin du 1er août 1923

Et intéressante...

Cette inquiétude de Seznec vis-à-vis des chiens policiers :

Le Petit Parisien du 4 juillet 1923

"Le marchand de bois morlaisien ne put retenir un geste d'étonnement en voyant monter dans l'automobile de la sûreté, les deux chiens policiers de M. Bouille, commissaire de Dreux. S'adressant alors à l'inspecteur Tissier : - Des chiens peuvent-ils trouvé un cadavre humain enterré à deux mètres de profondeur ?"

 

Seznec a posé cette question par trois fois !

Un hasard ?

Je ne crois pas.

 

Liliane Langellier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article