Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. Qu'est donc devenu le revolver de Guillaume Seznec ?

On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul.
Al Capone

On a beaucoup parlé du cric...

Comme arme supposé du crime...

Mais, Guillaume Seznec possédait aussi un revolver.

Souvenez-vous dans La Dépêche de Brest du 2 juillet 1923 :

"Vingt balles de revolver Hammerles (calibre 8 mm), quatre balles de pistolet automatique (...)"

 

Ouest-Eclair du 1er novembre 1924

"M. Pallier, représentant de commerce à Brest, a travaillé pour Seznec. Un jour, il le trouva dans son bureau, ayant sur sa table, des balles de revolver. Tout cela se passa avant la guerre. (...) Il a déclaré à l'instruction que Seznec avait toujours un revolver dans la poche de son pantalon."

 

Dépêche de Brest du 1er décembre 1927

"Le 26 janvier 1918, Seznec avait acheté chez lui un revolver du calibre de 8 millimètres

(modèle des armes de guerre)"

L'Humanité du 2 juillet 1923

"La brigade mobile a trouvé dans un tiroir, chez M. Seznec, vingt cartouches de huit millimètres et quatre de pistolet automatique, mais les armes n'ont pas été trouvées."

 

"Curieusement, l'utilisation d'un revolver n'a pas retenu l'attention du juge instructeur. Pourtant un témoin affirme que Seznec portait en permanence une arme sur lui :

Il était toujours porteur dans une poche arrière de son pantalon d'un revolver automatique, sans étui, d'un calibre de sept à huit millimètres."

Déposition de Guillaume Pallier, le 3 juillet 1923, in Bernez Rouz en page 152.

Etonnant non ???

Ce revolver brusquement disparu....

Est-ce l'arme du crime ???

Pas de cadavre, pas de preuve du crime...

Guillaume Seznec nous l'a assez répété.

Ouest-Eclair du 3 juillet 1923

Mais, il a peut-être été moins malin qu'il ne le pensait.

Je lis que Mme Claudine Jourdan continue de s'acharner contre la presse écrite de l'époque...

Qui, selon elle, aurait mal fait son boulot...

Et aurait coulé Seznec.

Nous ne devons pas lire les mêmes journaux...

Car de nombreux journalistes ont donné la parole à Guillaume Seznec et à Marie-Jeanne Seznec.

Mais...

Comme le dit le proverbe juif : "On ne fait pas d'un âne un cheval de course !"

C'est encore à cette même presse...

Que Marie-Jeanne Seznec a fait appel pour signaler, chaque fois qu'il lui était possible, qu'un nouveau fait était intervenu dans l'affaire de son mari.

Ecrire n'importe quoi ne risque qu'une seule chose...

Faire perdre le peu de crédibilité de son auteure.

 

Liliane Langellier

P.S. Quant à Marie-Jeanne...

Elle n'est pas à un mensonge près...

Ouest-Eclair du 25 juillet 1923

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article