Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. Où l'on reparle de Julien Ferbours....

Hâtez-vous lentement ; et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse et le repolissez ; Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.
Nicolas Boileau. L'art poétique.

Quand je vous dis qu'il n'y a pas besoin d'aller Outre-Atlantique...

Pour écrire sur l'affaire Seznec...

Il y a encore bien des personnages qui n'ont pas été analysés en France.

"Ferbours"...

Mais si, souvenez-vous, c'est le nom que donne Guillaume Seznec au marchand de machines à écrire havrais : Ferbourg à Mayenne.

 

Pour que l'acheteur de la machine à écrire donne ce nom chez Chenouard, c'était soit Seznec, soit quelqu'un qui le connaissait suffisamment pour savoir qu'il avait été en affaires avec ce monsieur durant la guerre...

Léger bémol : le dit Ferbour( g ou s) est brestois.

Ouest-Eclair du 5 juin 1923

Julien Mathurin Ferbours est né le 21 avril 1868 à Hillion en Côtes d'Armor.

Il épouse le 31 mai 1899, en troisième noce, Marie Alphonsine Le Scour...

Avant, il y a eu Maria Bras (15 mai 1891 à Brest)...

Et Marie Françoise Kervran (25 mars 1897 à Brest)...

La dernière lui donnera 8 enfants.

Il est condamné à Brest le 6 mars 1903 à 4 mois de prison et 50 francs d'amende pour abus de confiance.

La Dépêche de Brest du 2 juillet 1903

Là, apparemment, notre Ferbourg faisait dans le pinard...

Il est tour à tour : garçon de café, gérant du Mess et représentant de commerce.

C'est sous cette dernière profession qu'il apparaît dans l'affaire Seznec.

Mais représentant de commerce en quoi ???

Chez Denis Langlois :

"A la mi-juillet, le procureur de la République de Morlaix reçoit une lettre de M. Julien Ferbour. C'est le nom qui a été donné par l'acheteur de la machine au Havre. Ferbour n'est pas content d'être cité dans les journaux et proteste de son innocence. Il ne connaît pas d'autres Ferbour dans la région. Représentant de commerce, il n'est jamais allé au Havre de sa vie. Il a cinquante-cinq ans. Son apparence physique n'a rien à voir avec celle de l'acheteur. D'une corpulence assez forte, il a une barbe grisonnante. Mais la suite de ses déclarations constitue pour Seznec un nouveau point défavorable :

- Je connais Seznec depuis assez longtemps, avant la guerre. Je lui ai placé diverses marchandises dans la région de l'Ouest, du savon, de l'huile, etc. Depuis qu'il est à Morlaix, je n'ai pas fait d'affaires avec lui, mais je lui ai rendu quelques visites de courtoisie.

Les enquêteurs supposent que Seznec, obligé de donner un nom à Chenouard, a pensé à celui de Ferbour qu'il connaissait parfaitement."

Aux recensements 1921 et 1924, on le trouve 70, rue Jean Jaurès à Brest.

En 1926, l'un de ses fils, Raymond, né en 1907 à Guingamp, était employé à La Dépêche de Brest :

En 1931 aussi :

 

Voilà ce qu'en dit Bernez Rouz :

"Celui-ci prétend être M. Ferbourg habitant à Mayenne. Julien Ferbourg voyant son nom cité dans la presse écrit au procureur pour marquer sa surprise. Représentant à Brest pendant la guerre, il confirme connaître Seznec : "Pendant la guerre je lui ai placé diverses marchandises dans la région de l'Ouest. A Morlaix je lui ai fait quelques visites de courtoisie lorsque j'allai dans cette ville". L'accusation est persuadée que Seznec a utilisé le nom de cette relation pour brouiller les pistes."

Ouest-Eclair du 6 juillet 1923

La Dépêche de Brest du 9 juillet 1923

Ouest-Eclair 26 juillet 1923

Le Matin du 26 juillet 1923

Il est étonnant que la presse ait mentionné que l'acheteur de la machine à écrire ait dit s'appeler Ferbourg, mais que Seznec l'avait en connaissance n'ait pas fuité.

Et puis, on ne sait toujours pas en quoi Julien Ferbourg est représentant ???

Il a fourgué du pinard, du savon, de l'huile....

Etait-il un VRP multi-cartes ???

Toujours est-il que les Seznec ont essayé de manipuler le dit Ferbours contre Pouliquen, of course...

En prison...

Seznec va échafauder tout un stratagème pour tenter de prouver que la machine vendue au Havre à Ferbourg a été revendue à Pouliquen !!!!!

En août 1923...Un gardien de prison va découvrir une lettre de Seznec enroulée autour de l'anse du panier à linge sale que vient régulièrement chercher sa femme :

"[...] Cherche aussi des témoins pour établir que la machine à écrire a été achetée le 14 juin à M. Ferbourg par un magasin de Paris qui l'a revendue le 27 ou le 28 juin à un nommé Pouliquen?"

La Dépêche de Brest du 21 avril 1941

C'est la tactique de Guillaume Seznec...

Cela sera celle de sa famille après, accuser les autres, tous les autres, pour se sortir d'affaire.

Comment voulez-vous prêter un crédit quelconque aux dires de Seznec ???

 

Liliane Langellier

 

P.S. Je viens de regarder l'affaire Robert Boulin sur 13 h 15 le dimanche...

Quand je pense que Denis Seznec raconte à Anne-Thérèse Seznec, fille de Juliette Le Her, sa nièce et cousine, que "l'affaire Seznec, c'est comme l'affaire Boulin".

Je suis sans voix.

J'en profite pour vous rappeler ici que l'ouvrage incontournable sur la mort de Robert Boulin est celui de Collombat :

Et que son "Envoyé Spécial" avec Bernard Nicolas et Arnaud Mansir est aussi incontournable.

Et, là, pour le coup, y'a vraiment du Pasqua inside.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article