Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. La visite des époux Seznec à Traou Nez en Plourivo...

Affaire Seznec. La visite des époux Seznec à Traou Nez en Plourivo...

Qui dit un mensonge en dit cent.
Proverbe français.

Traou Nez en Plourivo..

Construite en 1860 par Ferdinand Le Marquand de Dinard.

Achetée 25.000 francs en 1908 par Victor Burtin de Paimpol. Un ancien juge d'instruction de Haroué près de Nancy.

Acquise pour 25.000 francs, le 17 avril 1920 par Pierre Quemeneur.

Achetée en 1925 par le pharmacien Léon Orgebin.

En 1930, par Samuel Rivoal.

De 1930 à 1942 : Jean Tanguy locataire.

De 1942 à 1947 : Samuel Rivoal, le neveu, locataire.

De 1947 à 1949 : Laurent de Kerlo, locataire.

De 1949 à (????) : M. et Mme Blanchardon, éleveurs de bergers allemands, locataires.

1982 : Achat par le Conservatoire du Littoral.

Début mai 1923, Pierre Quemeneur propose Traou Nez pour 160.000 francs à Paul Uhl qui avait accepté un dernier prix de 140.000 francs.

Traou Nez fut vendu en 1925 par les consorts Quemeneur pour 115.000 francs au docteur Orgebin de Nantes.

..............................

De Traou Nez...

C'est Marie Jeanne Seznec et Angèle Labigou qui nous en parlent...

Sauf que...

Les dires de l'une annulent les dires de l'autre...

En effet, Marie Jeanne nous dit : "à la fin du mois d'avril..

Chez moi, " la fin du mois" signifie après le 25..

 

     La Dépêche de Brest du 29 juin 1923

 

"Il avait vu juste. En effet, après la visite faite à Plourivo, je me décidai."

Ah oui ?

Alors pourquoi avoir attendu le 22 mai pour finaliser la transaction ???

Et voilà ce que nous dit Angèle Labigou : 

 

      La Dépêche de Brest du 7 juillet 1923

 

"Ce jour là avait lieu le mariage de Mlle P...  et dans tout Morlaix ils ne purent trouver une auto libre ."

Le mariage de Mlle Marguerite Paris.

Celui qui a eu lieu le mercredi 18 avril 1923 :

 

     La Résistance du samedi 21 avril 1923

 

Ce serait donc la date exacte : le mercredi 18 avril 1923.

Vous remarquerez dans les deux extraits de La Dépêche de Brest cités ci-dessus que cela sent les réponses apprises par cœur.

Le ressenti de Marie Jeanne Seznec est différent selon sa propre version et celle de sa bonne.

Selon Marie Jeanne, elle est tout à fait d'accord pour acquérir la propriété.

Selon Angèle Labigou, sa patronne, en se retirant dans cette propriété a peur d'y mourir d'ennui. Car c'est un véritable désert.

Et oui le manoir est isolé. A condition d'emprunter un long chemin étroit, sinueux et escarpé, la maison la plus proche se trouve à 5 kilomètres (Penhoat).

Au fait...

Les Seznec, y sont ils seulement allés visiter cette propriété ???

Quemeneur n'était plus là pour en témoigner.

Et Angèle Labigou qui entend les conversations de repas de ses maîtres et qui peut nous les recracher tels quels...

Oui, cela sent les bobards élaborés par Guillaume et appris par cœur.

Oui, je repose la question : Si Marie Jeanne était d'accord le 17 avril pour acheter Traou Nez, pourquoi donc avoir attendu le 22 mai ???

Encore un mystère de l'affaire Seznec !

Beaucoup de questions à creuser...

"J'invite le lecteur éclairé" (NDLR Morte de rire) à bosser dans les archives françaises plutôt que d'aller suivre un frimeur dans les archives du FBI.

 

Liliane Langellier

 

Le gourou vu par le Charlie Hebdo du jour :

Je vois Maillot à droite et la psy à gauche, si, si...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
La version de Vilain est quand même un foutage de gueule level expert.<br /> Le 21 mai, Turrou arrive à Cherbourg. Comme prévu il appelle Guillaume Seznec qui lui appelle, contacte Quemeneur.<br /> Je croyais que Seznec n'était qu'un intermédiaire et que c'était Quemeneur le big boss de l'affaire.<br /> Donc Turrou passait par le sous-fifre pour donner ses instructions au taulier ?<br /> Rouz dit que Seznec avait la conviction que la décision de Quemeneur de faire l'affaire et de partir le 24 était la conséquence d'une lettre venant de Cherdly qu'il lui avait remise 3 ou 4 jours plus tôt (remise à Pierre avant le 20 puisqu'il était à Commana avec Pouliquen, reçue par Seznec avant le 18 ?)<br /> Donc Turrou n'est pas Cherdly puisqu'il n'arrivait en France que le 21 et n'a pas pu envoyer la lettre à en-tête de la Chambre de Commerce Americaine.
Répondre
L
Mon pauvre Neurone-Man..<br /> Ainsi vous n'êtes pas"un lecteur éclairé"de la mauvaise prose du brocanteur.<br /> Entièrement d'accord avec votre commentaire.<br /> Cette version Turrou ne tient pas debout.<br /> Et si jamais Denis Seznec devait s'en servir pour lancer une énième demande de révision, il ne va pas être dans la merde.<br /> Les magistrats et les juges ont un niveau bien supérieur à notre brocanteur. Et ils ne mordront pas à l'histoire.