Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec. La famille Seznec a toujours su manipuler les médias.

La manipulation est l'art de donner de la vérité au mensonge.
Patrick Louis Richard.

Affaire Seznec. La famille Seznec a toujours su manipuler les médias.

Et oui...

A commencer par Guillaume Seznec lui même qui chialotte sur son pauvre sort chaque fois qu'un grand reporter se pointe au bagne.

Pour témoin cette accumulation de mensonges dans l'article d'Henri Danjou dans Paris Soir du 9 juin 1937 :

"Étrange affaire ? Vous pouvez le dire. M. Picard, le juge d'instruction qui me fit arrêter, était en procès avec moi et on m'a dit, depuis, qu'il s'était empoisonné. Kerne, mon principal accusateur, s'est pendu au moment où il a été question de réviser mon affaire.

Le policier qui me charge, c'est M. Bonny et son principal témoin, ce fut Jo-La-Terreur ! Bonny et M. Haineaux ! C'est une curieuse coïncidence."

...................

1/ Théodore Picard était procureur de la République de Morlaix.

Le juge d'instruction, c'était Emile Campion.

Le juge qui a fait arrêter Seznec, c'était le juge Binet.

Seznec n'a jamais été en procès contre Picard.

Picard ne s'est jamais empoisonné.

Il est mort à son domicile de Morlaix, le 14 novembre 1928, des suites d'une longue maladie.

 

2/ D'où nous sort-il que Kerné est son principal accusateur ???

Kerné ne devait pas d'argent à Quemeneur, c'est de Jaegher qui en devait !

Kerné ne s'est jamais occupé de Traou Nez. Il a été comptable chez de Jaegher, puis représentant en charbon chez Barrelier et Francastel.

Parti de Morlaix le 13 juin au soir, il arrive le 14 au matin chez sa mère. Où il est alité du 16 au 18. Il repart le matin du 20 juin et arrive le soir à Morlaix (sources : rapport Camard).

Kerné ne s'est jamais pendu quand il a été question de réviser le procès Seznec....

Il est mort à son domicile de Morlaix, le 17 mai 1931, des suites d'une longue maladie.

Il n'a même pas été cité au procès car il avait un alibi dans la personne du docteur Ducasse qui l'a soigné chez sa mère à Paris. Et par son patron qui est venu le visiter lors de cet arrêt.

Les délires de Mme Claudine Jourdan, la psy de Priziac, ne changeront rien à l'affaire.

Fuyez son blog, ses menteries ne servent qu'à embrouiller un peu plus l'affaire Seznec.

D'autant plus que sa haine jalouse à mon égard l'aveugle.

 

3/ Et voilà qu'il nous accuse Bonny....

Et qu'il nous mélange Jo-La-Terreur avec Georges de Hainaut.

Ces deux derniers mensonges sont encore repris sans aucune pudeur par Denis Seznec aujourd'hui dans son livre " Nous, les Seznec".

 

Mais c'est pas tout, mais c'est pas tout..

"On m'accuse d'avoir tué M. Quemeneur dans la nuit du 25 mai. Que l'on dise le 26 mai au soir, et j'accepte bien volontiers d'être au bagne. Mais le 25 !

Le 26, ma femme et moi nous avons vu Quemeneur assis à la terrasse du café de Versailles, à Morlaix."

 

Celle là, il fallait oser la faire !!!!

Pierre Quemeneur en terrasse du café de Versailles à Morlaix le 26 mai !!!!!

Il n'est pas délirant, Seznec, et, à ce moment là, il n'a que 60 ans.

Voilà donc une des bases des mensonges qui seront rabâchés par Marie Jeanne, puis Jeanne Seznec et, finalement Denis Seznec qui en a rajouté une vaste couche.

Je vous le dis tout de go...

C'est clair, la famille Seznec, ils ont le mensonge dans leur ADN.

Et ils n'ont jamais hésité à salir toutes les familles qui ont témoigné contre leur bagnard.

Et, surtout, surtout, ne pas oublier que pour les pervers narcissiques (comme Denis Seznec ou Bertrand Vilain) tout mensonge réussi est une vérité.

 

Liliane Langellier

N.B. Henri Danjou est un très grand journaliste en 1937.

Il a une très belle carrière derrière lui, tant à Détective qu'à Paris Soir.

En 1934, Paris Soir tirait à 1 million d'exemplaires.

L'historien Michel Pierre cite d'ailleurs Danjou à plusieurs reprises dans son livre sur l'affaire Seznec.

Denis Langlois le cite également en page 132 de son livre.

 

P.S. Dans le Paris Soir du 10 juin 1937 :

 

P.S.2 Le pire des mensonges a été atteint avec le livre de Claude Sylvane, publié en 1950.

Rien que le titre " Notre bagne", fallait oser quand même ! 

Claude Sylvane était laide, méchante et menteuse.

Je connais sa réincarnation actuelle dans l'affaire Seznec.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article