Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Personne n'est descendu de voiture en gare de Houdan le 25 mai 1923 à 22 h 30...

Je suis fatiguée de lire les délires de notre mauvaise, très mauvaise romancière, la psy Claudine Jourdan, alias Christine Gérard, alias Breizh et encore tout un tas d'autres......

(Rappel utile : Cette femme a niqué, par sa diarrhée verbale, le forum Justice Affaires Criminelles consacré à l'affaire Seznec fin 2015)

Comme si l'affaire Seznec n'était pas assez compliquée comme ça !

Je ne passe pas sous silence les commentaires dithyrambiques sur les articles de la donzelle écrits par Marc du Ryez, notre nobliau normand...

Qui n'a toujours pas appris à résumer sa pensée (il y a des cours pour ça !)

Je vous joins ici un extrait de La Province du 2 septembre 1931.

Comme vous le savez, La Province a pris fait et cause pour la thèse du juge Hervé.

Cet extrait-là est personnel et m'a été envoyé par un ami cher.

On ne trouve pas La Province sur Gallica.

"Cependant, si l'on en croit, non pas la Sûreté Générale qui n'a pas encore dit son mot, mais seulement le commissaire Vidal et les inspecteurs placés sous ses ordres, Quémeneur fut aperçu pour la dernière fois à Houdan par des employés de cette gare, le 25 mai 1923, vers 22 h 30.

A cette date et à cette heure, affirmaient les policiers, la Cadillac est venue heurter légèrement une barrière de la gare de marchandises de Houdan. Les occupants de la voiture demandèrent la route de Paris... Les personnes présentes renseignèrent les automobilistes, mais virent avec surprise ceux-ci, au lieu de prendre à gauche, tourner à droite, prendre la route de Saint-Lubin , c'est-à-dire une direction opposée à celle de Paris.

Quémeneur, on l'a nié en vain, était au volant. A ses côtés Seznec, accablé par la fatigue, sommeillait. Parti de Rennes avec une voiture très lourde, aux pneus complètement usés, il dut réparer à maintes reprises et sa fatigue était telle à Houdan que les servantes du restaurant "Au Plat d'Etain" remarquèrent son état d'abattement.

"Il mangea très peu" dirent-elles... "Les deux voyageurs se disaient pressés d'arriver à Paris, le compagnon de Seznec surtout..."

Incontestablement la voiture ne s'est pas arrêtée au départ de la gare de Houdan en direction de Dreux. Elle emmenait ses deux occupants.

Quel a été le parcours suivi par la Cadillac ? Nul ne le sait pas même Seznec qui, endormi, se souvient seulement de deux choses "Je sais que nous sommes revenus" (...)

(...) les vues de l'accusation, car, si l'on admet la séparation en gare de Houdan, à l'heure fixée par la police, il n'y avait plus de train en direction de Paris."

(NDLR Je me tiens encore les côtes de rire quand je lis sur le blog de Claudine Jourdan que notre ami Pierre Quémeneur aurait couru le long du quai pour sauter dans le wagon du train de marchandises de 22 h 40 à Houdan...

Il s'entraînait sans doute pour une future piste aux étoiles...)

 

Lookez un peu la hauteur de la marche...

 

"Mais les témoins d'Houdan affirment avec raison : "Personne n'est descendu de l'auto qui a filé en direction de Saint-Lubin, direction opposée à la route de Paris".

Ce qui s'est passé est très simple. Au départ de la gare de Houdan, où ils ont heurté une barrière, Quémeneur qui conduit, alors que Seznec assommé de fatigue dort, se rend compte que l'état mécanique de l'auto est défectueux et décide de prendre le train."

..............................

Je m'arrête là....

Car l'article de La Province continue avec le supposé coup de téléphone passé par Quémeneur au restaurant Le Plat d'Etain.

Et que je suis fatiguée de lire des containers de sottises concernant cette pauvre affaire Seznec.

Qui n'en a guère besoin.

Les romans Harlequin sur une affaire aussi importante devraient être strictement interdits.

Car ils ne contribuent qu'à l'embrouiller encore un peu plus.

La grande romancière peut me représenter sur son blog sous forme de vipère avec sa langue sortie...

Cela ne change et ne changera rien à l'affaire.

As time goes on...

Je penche de plus en plus pour la version d'une colère de Seznec, alors que Quémeneur lui reprochait une énième panne, juste après Houdan...

Un simple coup de cric.

Dessin Gilles Pascal

Un crime non prémédité, en fait.

Et un assassin bien trop défendu à tort par sa famille et par ses proches.

J'apprécie l'ouvrage d'historien de Michel Pierre.

Comme j'ai apprécié auparavant ceux de Denis Langlois et de Bernez Rouz.

Je dis.

 

Liliane Langellier

 

P.S. 7 octobre 2020...

28 ans que je travaille sur l'affaire Seznec...

Lire ci-dessous : La première interview du mercredi 7 octobre 1992...

P.S. 2 Le 5 Novembre 2020...

Merci à toutes et à tous pour avoir dépassé les 90.000 visiteurs sur ce blog...

Pour 405 articles.

Avec le 271 articles de La Piste de Lormaye = 476 articles.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article