Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Qu'est-ce qu'un marronnier ?

Nous étouffons parmi les gens qui pensent avoir absolument raison.
Albert Camus

Le compte Twitter de Thibaut Sardier, agrégé de géographie...

 

J'aurais pu ne pas répondre à la sottise récurrente et à la jalousie morbide de Loïc de Nantois, alias Skeptikos.

Seulement voilà...

A trop vouloir tout critiquer...

Une fois de plus, notre "brillant" blogueur se fout complètement le doigt dans l'oeil.

"Monsieur Thibaut Sardier, spécialiste du marronnier du mois d’août, homme à tout faire du journalisme, publie ces jours derniers un article dans Libération un interview de Michel Pierre.

Et ça me donne des boutons, mes enfants."

Le titre de son dernier article médiocre "Marronniers du mois d'août" est nul et non avenu.

Le terme "marronnier" en journalisme ne peut absolument pas s'appliquer à la critique du dernier livre paru sur l'affaire Seznec, avec l'interview par Thibaut Sardier de son auteur.

C'est sans doute aussi à savoir cela que servent des études au CFPJ de la rue du Louvre et 10 années passées dans un news magazine.

Puisque de "marronnier" on souhaite parler...

Je vous recopie ci-dessous la définition exacte du terme "marronnier" prise dans le "Dictionnaire amoureux du Journalisme" de Serge July. 

Que j'ai, of course, par-devers moi.

Serge July, justement l'un des co-fondateur fondateur de Libé...

Il n'y a pas de hasard !

 

...................................

Marronniers

Les marrons qui tuent

Dans les salles d'attente des médecins, on peut constater l'extrême proximité des "news magazines", qui semblent avoir mis en commun tous leurs dossiers marketing.

Ces sujets convenus, préparés à l'avance, répondant aux commandes des services publicitaires, ont reçu le nom de "marronniers", à l'image de ces arbres urbains qui refleurissent à date fixe.

La généralisation des marronniers trahit une forme de crépuscule des magazines.

Les news français subissent eux aussi les effets directs et indirects de la transformation brutale de l'ensemble du système d'information.

Les grands hebdos d'actualité français naissent dans les années 1950 et se transforment en news magazines, L'Express d'abord puis Le Nouvel Observateur. Le rêve politique de JJSS provoque une rupture au sein de journal qu'il avait créé avec Françoise Giroud : une partie de l'équipe en désaccord avec ses engagement part avec Claude Imbert pour créer Le Point en 1972.

Le succès de ces trois news magazines marque l'importance prise par les classes moyennes au cours des sixties. La société française est alors en pleine mutation. Et la presse a pris un tournant "sociologique" avec la mode des dossiers.

 

 

Fascination des sondages, des chiffres et des styles de vie : les journalistes découvrent les dossiers froids qui ont plusieurs vertus dans la gestion d'un hebdomadaire : ils sont faciles à concevoir, les thèmes choisis permettent d'aguicher la publicité, et un petit nombre de journalistes suffit à les écrire. Ils sont planifiables tout au long de l'année. Ces pages "froides" préparées à l'avance, facilitent la fabrication des news.

Les matelas d'abonnés sur lesquels vivent ces magazines atténuent les réactions du lectorat qui les consomme souvent en pilotage automatique sur le mode du feuilletage négligent. Les "abandonnistes", ce sont les lecteurs qui arrêtent de lire un titre. Lorsque des abonnés se lassent, on ne le voit pas, sauf s'ils se désabonnent, ce qui est une épreuve qui prend un certain temps, les services d'abonnements multipliant les embûches pour refroidir les fuyards.

Aux Etats-Unis, pendant des décennies, Time Magazine, qui paraît toujours, et Newsweek publiaient des enquêtes stupéfiantes, avec de fortes valeurs ajoutées par rapport aux quotidiens. Pour y parvenir, les investissements rédactionnels étaient considérables.

Dès que la pagination publicitaire a baissé en même temps que la diffusion, Newsweek par exemple n'était plus viable. Et réduire la rédaction a tué le journal. Il a disparu à la fin de l'année 2012.

Libération, cette année-là, a eu la bonne idée de créer un "hebdomator" défini comme un générateur de marronniers. Au registre francs-maçons, sur dix ans, c'est L'Express qui sort en tête avec douze dossiers, six pour L'Observateur, huit pour Le Point depuis 2007. Soit vingt-quatre dossiers en dix ans, ce qui ne correspond pas du tout à leur importance réelle.

Cette obsession pour les "frères" est naturellement très malsaine : elle entretient l'idée qu'ils seraient hyper-puissants, qu'ils gouverneraient la France en sous-main comme le disent et le croient les Le Pen, Jean-Marie et Marine, alors qu'ils ne dépassent pas 160.000 affiliés, et que ce réseau social est concurrencé par d'autres, nettement plus modernes.

 

 

Le salaire des cadres. Les grandes fortunes. Les cliniques. Les lycées. Le baccalauréat. Les universités. Les diplômes. Les Français expatriés. L'école est-elle foutue ? Est-elle sauvée ? Les banlieues s'en sortent ou ne s'en sortent pas. Les progrès stupéfiants de la médecine. Les maladies du coeur. La guérison du cancer du sein. SOS stress au travail. Les nouvelles pandémies. La sécurité routière fait-elle fausse route ?

Vivre vieux. Le sexe, le Viagra et le troisième âge. Vivre jeune : le sexe et les adolescents, la première fois. Le sexe au travail. Le point G a-t-il changé de place ? Pourquoi la misère sexuelle n'a pas disparu. Les nouvelles prostituées. La prostitution : un métier d'avenir ? Les neuroleptiques rendent-ils impuissants ? La paranoïa est-elle en train de gagner ? Le danger des régimes minceur? D'où viennent les aliens ? Quel avenir pour Dieu ? Le succès des méthodistes.

Le beaujolais nouveau : buvable ou imbuvable. les impôts : comment en payer plus ? Honneur à Jean-François Kahn qui, dans le genre, avait innové à Marianne avec des dossiers inspirés de Hara-Kiri sur les Cons, les Salauds, les Traîtres, les Tricheurs...

A ce rythme-là, le journalisme des magazines d'actualité risque de devenir un énorme marronnier pour les lecteurs. Il perd ses feuilles avec l'épuisement de son modèle économique : lorsque les abonnés coûtent de plus en plus cher à recruter, que les ventes en kiosque s'affaissent et que les recettes publicitaires se détournent, il y a le feu au lac, ce qui ferait un beau sujet de dossier...

.......................................

Voilà...

Capisce ???

En aucun cas, la dernière interview de Michel Pierre par Thibaut Sardier dans Libération ne peut être taxée de "marronnier" !!!!

Je ne connais aucun service marketing de news magazine qui parierait aujourd'hui sur l'affaire Seznec pour se faire du beurre...

L'affaire Seznec n'a jamais été, n'est pas, ne sera pas un marronnier.

Car tout marronnier implique une cover et un dossier important à l'intérieur du journal (plus de 10 pages).

Et l'affaire Seznec n'a seulement jamais fait l'objet d'une cover de news magazine.

Et oui, tant qu'à critiquer toujours et partout encore faut-il soi-même employer les mots justes...

Sous peine de se ridiculiser.

Pour Skeptikos....

Une fois de plus...

C'est chose faite.

Avant de se permettre de dénoncer les erreurs des autres, Loïc de Nantois ferait bien de commencer par corriger les siennes.

Comme se rappeler que le mot interview est du genre féminin...

On écrit "une interview" !

Comme critiquer un jeune journaliste, agrégé, qui pourrait, sans aucuns doutes, lui en remontrer.

Ultime précision : si tout le monde a pu lire, in extenso sur mon blog, les écrits de Thibaut Sardier, c'est que je suis abonnée à Libé...

Ne me remerciez surtout pas.

 

Liliane Langellier

 

P.S.  15 août 2020...

Après lui avoir signalé le dernier article de blog de Skeptikos...

Et, à sa demande, j'ai transmis à Michel Pierre l'adresse mail de Skeptikos/de Nantois...

Michel ne savait même pas qui était ce monsieur laughlaughlaughlaughlaughlaugh

Il n'avait d'ailleurs pas cité les coordonnées de ce blog dans la bibliographie de son livre.

Michel Pierre règlera lui-même ces attaques infondées.

A suivre...

 

P.S. 2 La grande élégance de la réponse de Michel Pierre à Skeptikos :

Bonjour,
Je serais heureux de vous fournir quelques éléments supplémentaires sur le juge Hervé (et l’invention de son rôle dans le contre espionnage français) et son dossier conservé aux Archives Nationales et sur la raison pour laquelle je parle de « bricolage » pour les promesses de vente.
Par contre, vous avez tout à fait raison de noter l’erreur de référence commise entre Chassé et Gourvil qui sera corrigé. Ayant eu l’occasion à Morlaix de rencontrer récemment le fils de ce dernier , je lui ai aussi mentionné cette erreur dont je suis seul responsable.
Je peux aussi mieux expliquer pourquoi je parle, sur la longue durée, d’Affaire Dreyfus à la bretonne.
Peut-être est-ce possible de parler de tout cela avec une forme de courtoisie et de débat serein, d’autant que vous connaissez bien cette histoire ?
Vous pouvez tout à fait me joindre par courriel à (adresse email rendu invisible par Skeptikos )
Bien cordialement.
Michel PIERRE

 

 

P.S. 3 Pour le juge Charles-Victor Hervé...

Rien à ajouter à mon article très complet du 22 octobre 2019.

Le juge Charles-Victor Hervé

 

P.S. 4 .............17 août 2020.

Le cap des 87.000 visiteurs dépassé avec plus de 198.000 pages vues...

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article