Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

De l'impossibilité pour Guillaume Seznec d'être passé par Nogent-le-Roi...

La plupart des hommes ne tiennent à avoir raison que pour donner tort aux autres.
Jean-Napoléon Vernier ;
Les fables, pensées et poésies (1865)

Et je ne vais pas ergoter pendant des heures, à longueur de commentaires, pour savoir si j'ai tort ou si j'ai raison...

Primo, je suis nogentaise.

Et, ce, depuis 1992.

Ce qui est, vous l'avouerez, une avance indéniable sur les autres blogueurs pour parler de ma ville.

J'ai travaillé "en locale" pour La République du Centre.

Où j'ai écrit de nombreux articles de fond sur ce canton.

A lire ici.

J'ai été membre actif du syndicat d'initiative.

Secundo, j'ai emprunté cette route Paris / Nogent-le-Roi via Gambais plus de 500 fois.

C'est quand même autre chose que de la lire sur une carte.

Même si les egos mâles doivent se sentir diminués...

Je suis celle qui peut le mieux vous parler de cette route.

Dont le tracé - je le rappelle - n'était pas du tout celui de la route actuelle.

Lire sur le blog "Sur ma route".

Encore que...

Vous pouvez voir, tout en haut, à côté des Quatre Piliers, la route Paris Brest.

Le village de Gambais n'est absolument pas sur cette route.

Mais à 3 kilomètres à l'intérieur des terres.

A l'intérieur de Gambais, la route de Nogent-le-Roi passe devant le château de Neuville...

Tourne à droite...

Puis s'élance vers Bourdonné, Condé-sur-Vesgre, Grandchamp, Faverolles, Coulombs et enfin Nogent-le-Roi..

Et là, c'est la même route qu'en 1923.

La départementale N° 983.

A Nogent-le-Roi, il faut faire très attention de tourner à droite devant la mairie...

Pour prendre la route de Chaudon.

Soit la D 929.

Pour aller à Chérisy...

Il faut prendre ce que l'on appelle ici "la route du bas"...

Car elle passe par le bas des villages...

Que seuls les habitants connaissent.

Et qui est en fait la Départementale 116.

Un tel trajet, de jour, c'est déjà très très compliqué...

Et totalement impensable de nuit pour un conducteur étranger au lieu.

Je rappelle ici que la Cadillac de Seznec n'était pas munie d'un GPS.

…...………………...……..

Après m'être renseignée auprès d'Yvon Loiselet, fils d'Henri Loiselet (fonderie Loiselet à Nogent-le-Roi depuis 1850) et de Jean-François Richer, petit-fils d'André Richer, mécanicien de la fonderie Foulon...

Je peux vous certifier que :

Pour l'histoire de la fonderie Scherdin...

Que l'on appelait ici la fonderie Foulon.

Et qui se trouvait au 9 rue du Valmorin (actuelle rue Henri Lemouettre)...

Elle consistait en de petits ateliers.

Qui, eux, ne donnaient pas du tout sur la rue principale.

Mais, derrière, avec sortie sur la ruelle de Montalochet.

Qui est une ruelle en cul de sac se terminant par un escalier.

La fonderie s'appelait :

 "Fontaine et Foulon, construction et vente de machines agricoles, de mécanismes des moulins, fonderie de fer et en général toutes les constructions mécaniques à Nogent-le-Roi (1893-1906)"

Personne ne peut préciser les dates.

 

La maison de maître, elle, abritait en général deux familles.

Et, elle, elle donnait bien sur la rue principale.

On arrête les délires...

Bror Oskar Scherdin - qui n'est pas un personnage de l'affaire Seznec à proprement parler -  n'a JAMAIS habité Nogent-le-Roi.

Et puis...

Chaque fois que Guillaume Seznec a été vu par un témoin...

C'était, soit sur la nationale Paris Brest, soit  juste à côté.

Témoignages Malet / Dectot

Vous imaginez le gars Seznec, avec sa Cadillac défaillante, roder de nuit dans les petites rues de Nogent-le-Roi ???

C'est totalement impossible.

Le sujet est clos.

Et, inutile de s'escrimer, je ne publierai aucuns commentaires.

C'est comme pour l'histoire du Vapeur "Verdun" Morlaix / Le Havre...

On se fout complètement de savoir s'il y a eu ou non des passagers sur cette ligne...

Que Guillaume Seznec aurait pu emprunter (conditionnel, très conditionnel)...

Car personne n'est capable de nous dire si oui ou non ce bateau fonctionnait en mai 1923.

Et que... 

Deux témoins ont vu Guillaume Seznec à la gare du Havre le 20 juin 1923.

Auguste Deknuydt et Jean Lesbats.

Ouest-Eclair du 12 août 1923

 

Le Petit Parisien du 19 août 1923

Même Petit-Guillaume, dans ses souvenirs confus, reconnaît les deux voyages au Havre de son père.

C'est dire !

Circulez...

Je suis un peu lasse que tous mes propos soient discutaillés pendant des heures et des heures.

Et qu'on vienne me bouffer la laine sur le dos...

J'ai beaucoup beaucoup mieux à faire.

 

Liliane Langellier

P.S.2 Mardi 12 mai 2020...

Merci à toutes et à tous pour m'avoir permis de dépasser hier les 80.000 visiteurs, depuis la création de ce blog, en mai 2015..

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article