Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Le marquis de Lescoët.

Lan-Baol ar c'herniel,
Sant Thegonek ar bombansou,
Gimilio ar gwall deodou,
Plouneour baour, Komana gaez,
E Pleber-Krist ema ar furnez.
À Lampaul les cornes,
À Saint-Thégonnec les bombances,
À Guimiliau les mauvaises langues,
Plounéour la pauvre
Commana la misérable
À Pleyber-Christ est la sagesse.
Dicton

"Quelques jours avant la Toussaint 1922, M. Seznec est venu me trouver pour me demander un prêt de 15.000 francs pour régler un procès qu'il avait perdu contre M. de Lescoët. Pour garantie de cette avance, M. Seznec m'a offert une voiture Cadillac et si ce n'était pas suffisant, un camion en plus. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas lui donner satisfaction, mais je lui ai conseillé de s'adresser à M. Quémeneur."

Déposition de Julien Legrand (in Bernez Rouz en page 56)

Ce papier est écrit à la demande de l'un de mes lecteurs : Guy Maro (Yargumo).

Guy est un aficionado Seznec de la toute première heure.

Qui s'est largement exprimé dans la discussion sur le forum de Mme Lebranchu fin 2006, début 2007.

Ce qui n'est le cas ni de Bertrand Vilain, ni de Laurent Maillot et que très très tardivement et très brièvement celui de Skeptikos.

Il a beaucoup participé aussi aux discussions sur le forum Justice Affaires Criminelles.

Je réponds donc aimablement à sa question.

Thierry m'a of course aidée pour les recherches que vous retrouverez ci-dessous...

Le Petit Parisien du 4 août 1924

"L'auto de Seznec

Seznec avait, en 1920, acheté au marquis de Lescoet une auto de 15.000 fr. qu'il confia, pour la revendre, à M. Bon, garagiste. Celui-ci, n'ayant pas trouvé preneur pour l'auto, la renvoya, en juillet 1923, à Seznec qui demanda aussitôt et obtint qu'un expert fut désigné pour constater les détériorations subies par la limousine. Mais le garagiste interjeta appel et, dans l'intervalle, Seznec fut arrêté en septembre dernier pour le crime qui lui est reproché. L'instance s'en trouva retardée. Elle vient d'être reprise par Me Belz, avoué à Morlaix, nommé liquidateur du fonds de commerce de Seznec et, hier, à sa requête, la 5e chambre de la cour, après plaidoiries de Mes Marcel Kahn et Rosenthal, a confirmé l'ordonnance d'expertise."

On parle là non d'une Cadillac mais d'une limousine Westinghouse.

 

 

Qui est le marquis de Lescoët ???

"Lorsqu'il se marie le 13 janvier 1920 à Paris 7è, Alain Jonathas Marie Anne Martin Auguste Barbier est comte de Lescoet. C'est son père, Jonathas Erasme Marie Anne Barbier (1852-1930) qui est marquis de Lescoet.

Je pense que c'est contre lui que Seznec perd 23000 francs dans un procès le 30 septembre 1922, à la suite de quoi il va chercher à emprunter 15000 francs à Legrand lequel l'envoie auprès de Quémeneur."

Il habite le château de Lesquiffiou à Pleyber-Christ.

Description historique

Le château de Lesquiffiou a été construit au 17e siècle, probablement sur l'emplacement d'un manoir plus ancien dont subsiste le pigeonnier du 16e siècle. Le corps central rectangulaire, daté de 1698, a été flanqué dans la première moitié du 18e siècle de deux pavillons carrés prolongés vers l'est par deux ailes en retour d'équerre. Ces deux ailes ont été détruites entre 1890 et 1897, et la largeur du corps central a été doublée par la création d'une nouvelle façade d'inspiration Louis XV. Outre le château et le pigeonnier, le domaine comprend une ferme, construite de 1861 à 1863 par le marquis de Lescoët pour faire une ferme modèle pour une école d'agriculture. La guerre de 1870 a fait avorter le projet.

D'après l'Ouest-Éclair du 4 août 1923, Guillaume Seznec devait encore du pognon au marquis...

L'huissier Le Bars était venu lui signifier un acte le 20 juin.

Car Guillaume Seznec lui devait de l'argent sur un achat de bois.

Et il risquait (une fois de plus) la saisie de ses biens.

On y va pour l'état civil du marquis :

Jonathas Erasme Aimé Marie Anne  Barbier de Lescoët, est né à Pleyber-Christ le 21 septembre 1852.

Au château de Lesquiffiou.

Il est de la Classe 1872.

Dispensé car fils unique de veuve.

Il a trois sœurs.

 

 

Il se marie à Paris 8e, le 18 juin 1881, avec Lucy De Goddes De Varenne.

 

En 1923, quand il fréquente Guillaume Seznec, il a déjà 70 ans.

Pleyber-Christ. Recensement 1921.

 

Il meurt à 77 ans le 15 janvier 1930.

Ouest-Eclair du 16 janvier 1930.

Il a un fils Alain Jonathas qui naît le 20 février 1886.

 

Remarquable Grande Guerre avec port de l'insigne "Italien".

Jonathas de Lescoët, dit le marquis de, a été maire de Pleyber-Christ de 1896 à 1902.

Et a été suspendu de la mairie par le préfet - pour s'être opposé aux expulsions - le 5 octobre 1902.

En pleine querelle des inventaires.

« Mercredi, M. Fougerole, sous-inspecteur de l'enregistrement à Morlaix, s'est présenté à l'église paroissiale de Pleyber-Christ pour procéder à l'inventaire. Dès la première heure, presque toute la population du bourg s'était rendue à la basilique. À neuf heures et demie, M. Fougerole a été reçu par le recteur, entouré du Conseil de fabrique. Après lecture d'une courte et énergique protestation, M. le Recteur a déclaré que lui et les membres du Conseil de fabrique ne serviraient pas de témoins et, qu'en outre, la sacristie serait fermée. M. Fougerole est alors allé chercher les deux cantonniers qui devaient lui servir de témoins. Un quart d'heure après, il revient et procède immédiatement à l'inventaire de l'église, qui est absolument comble. Au bout d'une demi-heure, il se retire sans essayer de pénétrer dans la sacristie. Pendant toute la durée de la présence de l'agent du gouvernement, les fidèles n'ont cessé de prier, puis M. le recteur a donné sa bénédiction. Ajoutons que la grande majorité des fidèles était absolument décidée à fermer les portes, mais le recteur a désiré se conformer à ce qui s'est passé à Morlaix, Saint-Thégonnec, Guimiliau et Plourin. Les fidèles ont écouté les conseils du recteur. »

Mariage d'une de ses filles dans La Résistance du 13 août 1921 :

En présence du maréchal Foch...

Le père de Jonathas Barbier de Lescoët était un humaniste qui avait, sur ses terres, construit une ferme (1861/1863) pour y établir une école d'agriculture.

Projet qui avorta en 1870.

En ce qui concerne l'affaire Seznec...

Il n'y a en tout et pour tout que deux faits concernant le marquis de Lescoët.

La dette sur du bois (23.000 F) et la vente de la limousine.

Voiture achetée par Seznec en 1920 et qu'il a confiée à un certain Bon garagiste à la Goutte d'Or à Paris.

Bon lui a renvoyé la bagnole en juillet 1923.

Et Seznec a osé l'attaquer pour dépréciation de biens.

Une fois de plus c'est Guillaume Seznec le seul et unique fauteur de troubles.

Pas le marquis.

De Lescoët lui vend du bois qu'il ne paye pas.

Sa méthode habituelle.

Il lui doit 23.000 Francs.

Il ne paye pas mais il attaque.

Et il perd le 30 septembre 1922.

Rouz écrit en page 55 de son livre :

"Seznec multiplie les rapports d'affaires conflictuels. Il vit au jour le jour, règle ses dettes quand il peut, fait traîner ses créances. Hilaire Métais, son ami brestois, confie aux policiers : "J'ai travaillé comme entrepreneur à sa blanchisserie de Trémilliau, à sa scierie de Morlaix, travaux pour lesquels je n'ai pas été payé". Il ne règle jamais complètement ses achats d'où une kyrielle d'affaires judiciaires, et pour de petites dettes impayées beaucoup d'ennemis."

Pour la liste des créanciers de Seznec lire ici mon article sur La Piste de Lormaye.

Et, curieusement de Lescoët n'y figure pas.

Pas de traces du marquis non plus chez Denis Langlois.

Ni chez Denis Seznec.

Quelques phrases chez Guy Penaud (qui a totalement recopié le livre de Rouz).

Que le marquis de Lescoët ait acheté une limousine Westinghouse....

Ne fait pas de lui un trafiquant de voitures...

Loin s'en faut.

Ils étaient nombreux dans ce cas en Bretagne en 1920.

Lire sur la piste de Lormaye : Cadillac 1919/1920 le trafic bat son plein.

Et puis, il est évident que Pierre Quémeneur, conseiller général, connaissait le marquis.

Landerneau / Pleyber-Christ = moins de 40 kilomètres.

Marquis qui n'aurait donc pu être en aucun cas le mystérieux troisième convive du repas Charly.

 

Liliane Langellier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article