Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Pour en finir avec Léon George Turrou

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dîtes, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.
Evelyn Beatrice Hall
The friends of Voltaire

Cet article est le 14ème article..

Depuis la publication sur Kindle...

Du nouveau mauvais roman.

Soit en une petite semaine.

Réactive, la Jessica B. Fletcher de l'affaire Seznec, non ?

Et puis, pas des articles de 4 lignes, sans queue ni tête, et bourrés de fautes comme sur le dernier blog ouvert par la psy briochine (n'est pas blogueuse qui veut).

Qui nous chante une ode journalière à l'ouvrage de l'auteur franco-américain.

Sur son blog spécialement ouvert pour la discussion, et, où personne ne discute.

Des vrais articles, convenablement illustrés.

Mais revenons à notre Léon George Turrou… 

Le fameux Charly de notre dernier auteur….

Qui nous bassine avec lui depuis des lustres.

Je me demande bien ce que Léon vient foutre dans notre affaire Seznec ?

C'est, en plus, le syndrome Bonny.

Là aussi, la partie "intéressante" de la vie d'espion de Léon a eu lieu bien après 1923.

"He attained notoriety in 1938"

Oui, bien après l'affaire Seznec.

Avec Thierry Lefebvre (je le cite, même si c'est l'exposer à la vindicte du méchant broc), on a beaucoup bossé...

Et...

Après avoir beaucoup lu...

En anglais et en français...

Il se trouve que c'est encore sur "Find a grave" que le résumé de la vie de Léon est le meilleur.

Pour la période qui nous intéresse.

On y va donc...

Et là, j'ai tout traduit.

A tout hasard, Google Traduction peut être d'une grande aide en cas de perdition dans la langue de Shakespeare.

Au fait "tic" de langage, ça s'écrit avec un c. 

La "tique", c'est l'ixodes ricinus, vecteur de la maladie de Lyme.

Et toc !

…………………………..

"Leon George Turrou (Turovsky), a Polish-born naturalized American citizen, attained notoriety in 1938 with his surprise resignation from the Federal Bureau of Investigation (FBI). The circumstances of his resignation, the angry response of FBI Director J. Edgar Hoover, and Turrou’s involvement in a sensational espionage case were front page news for months. Turrou went on to write a series of newspaper articles and a book about the case. Warner Brothers Studios hired him as technical advisor on a major motion picture adapted from his book. This became the first movie to depict Nazi Germany as America’s enemy. It is credited with helping turn public opinion against Hitler and neutrality. Turrou enjoyed a period of celebrity as a lecturer and writer but Hoover actively blocked his return to Government service. He answered all inquiries from prospective employers with derogatory comments. FBI agents filed reports on Turrou’s activities. In 1943 Turrou enlisted in the U. S. Army as a private soldier, eventually achieving the rank of Lieutenant Colonel. After WWII Turrou settled in France and became a leader in the American veteran expatriate community. He also was employed by J. Paul Getty as his personal security chief. In 1965 Hoover ended his vendetta by removing the dismissal “with prejudice” entry from Turrou’s records. However, the FBI continues to describe Turrou as a bungler and oath-breaker in its official history."

 

Leon George Turrou (Turovsky), citoyen américain naturalisé d'origine polonaise, a atteint la notoriété en 1938 avec sa démission surprise du Federal Bureau of Investigation (FBI). Les circonstances de sa démission, la réaction de colère du directeur du FBI, J. Edgar Hoover, et la participation de Turrou dans une affaire d'espionnage sensationnelle ont fait la une des journaux pendant des mois. Turrou a ensuite écrit une série d'articles de journaux et un livre sur l'affaire. Warner Brothers Studios l'a embauché comme conseiller technique sur un film majeur adapté de son livre. (NDLR De quoi en faire rêver certains…) Ce fut le premier film à dépeindre l'Allemagne nazie comme l'ennemi de l'Amérique. Il est reconnu pour avoir contribué à tourner l'opinion publique contre Hitler et la neutralité. Turrou a connu une période de célébrité en tant que conférencier et écrivain, mais Hoover a activement bloqué son retour à la fonction publique. Il a répondu à toutes les demandes des employeurs potentiels avec des commentaires désobligeants. Des agents du FBI ont déposé des rapports sur les activités de Turrou. En 1943, Turrou s'enrôla dans l'armée américaine en tant que soldat privé, atteignant finalement le grade de lieutenant-colonel. Après la Seconde Guerre mondiale, Turrou s'est installé en France et est devenu un leader dans la communauté des expatriés vétérans américains. Il était également employé par J. Paul Getty comme chef de la sécurité personnelle. En 1965, Hoover a mis fin à sa vendetta en supprimant l'inscription «avec préjudice» du dossier de Turrou. Cependant, le FBI continue de décrire Turrou comme un saboteur et un briseur de serment dans son histoire officielle.
 

 

 

Turrou was born in Kobryn, Russia (later Poland, now Belarus). He was orphaned as an infant and adopted by a wealthy tradesman. He spent much of his youth travelling around the world living in Egypt, India, China, Japan and Australia. He attended schools in Warsaw, Cairo, St. Petersburg, Vladivostok, Berlin and London. On March 12, 1913 Turrou arrived at Ellis Island aboard the SS Bremen. In New York he sold newspapers and did various odd jobs. In 1916 he left for France and joined a Polish unit of the French Foreign Legion. While recovering from battle wounds in a Paris hospital he met Teresa Zakrzewski, from Zahacie, Poland (now Belarus). He followed her to China, where she, at that time, lived with her parents, and married. They had a son, Edward, in 1918. Turrou was hired by the Chinese Eastern Railway as a translator and Theresa, whose parents had gone to Siberia, went there to give birth to their second child, Victor (1919). Turrou remained in China.

Turrou est né à Kobryn, en Russie (plus tard en Pologne, aujourd'hui en Biélorussie). Il est devenu orphelin étant enfant et adopté par un riche commerçant. Il a passé une grande partie de sa jeunesse à voyager à travers le monde en Égypte, en Inde, en Chine, au Japon et en Australie. Il a fréquenté des écoles à Varsovie, au Caire, à Saint-Pétersbourg, à Vladivostok, à Berlin et à Londres. Le 12 mars 1913, Turrou arrive à Ellis Island à bord du SS Bremen. À New York, il a vendu des journaux et fait divers petits boulots. En 1916, il part pour la France et rejoint une unité polonaise de la Légion étrangère française. Alors qu'il se remettait de blessures de combat dans un hôpital de Paris, il a rencontré Teresa Zakrzewski, de Zahacie, en Pologne (aujourd'hui Biélorussie). Il l'a suivie en Chine, où elle vivait à l'époque avec ses parents et s'est mariée. Ils ont eu un fils, Edward, en 1918. Turrou a été embauché par le chemin de fer chinois de l'Est en tant que traducteur et Theresa, dont les parents étaient allés en Sibérie, y est allée pour donner naissance à leur deuxième enfant, Victor (1919). Turrou est resté en Chine.

Le 17 novembre 1919, Léon Turowsky débarquait du Lafayette à New-York en provenance du Havre.

 

In the chaos of the Russian civil war, Turrou became separated from his family. With the border closed he was unable to communicate with Theresa. His inquiries at the American Counsel indicated everyone in the little village where she was living had been massacred by the Bolsheviks. Turrou gave his family up for dead. He decided to return to the United States. For a time he worked as a salesman but on April 20, 1920 enlisted in the US Marine Corps. While a Marine he petitioned to become a naturalized US citizen (April 29, 1921), at the same time changing his name from Turovsky to Turrou. He was assigned to USMC HQ in Washington, DC where he translated documents for the Historical Section. Later he was selected for a special mission in France and Belgium to map battlefields where Marines had fought. One of the officers he worked for in Europe, Captain Lemuel C. Shepherd, Jr. wrote him a testimonial. (Shepherd later became USMC Commandant, 1952- 1955.) Turrou was discharged in May 1921 for disability, “not in the line of duty and not as result of misconduct, character excellent”. He returned to Europe and joined the American Relief Administration (ARA) serving in Soviet Russia as a translator (chiefly in Moscow) from October 1921 until February 1923.
 

Dans le chaos de la guerre civile russe, Turrou s'est séparé de sa famille. La frontière fermée, il n'a pas pu communiquer avec Theresa. Ses enquêtes auprès du conseil américain ont indiqué que tout le monde dans le petit village où elle vivait avait été massacré par les bolcheviks. Turrou a rendu sa famille morte. Il a décidé de retourner aux États-Unis. Pendant un certain temps, il a travaillé comme vendeur, mais le 20 avril 1920, il s'est enrôlé dans l'US Marine Corps. Alors qu'il était un marin, il a demandé à devenir un citoyen américain naturalisé (29 avril 1921), changeant en même temps son nom de Turovsky en Turrou. Il a été affecté au siège de l'USMC à Washington, DC, où il a traduit des documents pour la section historique. Plus tard, il a été sélectionné pour une mission spéciale en France et en Belgique pour cartographier les champs de bataille où les Marines avaient combattu. L'un des officiers pour lesquels il a travaillé en Europe, le capitaine Lemuel C. Shepherd, Jr. lui a écrit un témoignage. (Shepherd est devenu plus tard commandant de l'USMC, 1952-1955.) Turrou a été libéré en mai 1921 pour invalidité, «pas dans l'exercice de ses fonctions et non par suite d'une faute, caractère excellent». Il est retourné en Europe et a rejoint l'American Relief Administration (ARA) servant en Russie soviétique en tant que traducteur (principalement à Moscou) d'octobre 1921 à février 1923.

 

 

Upon his arrival in Moscow Turrou made inquiries about the fate of his family. He learned that they were alive and well. They were reunited and on July 13, 1922, Teresa was issued an emergency U.S. Passport in Warsaw, Poland. Turrou and his family returned to America in March 1923 where they settled in Westbury, Long Island, New York. He found work as a salesman and later as a Postal Inspector in New York City.

À son arrivée à Moscou, Turrou a demandé des informations sur le sort de sa famille. Il a appris qu'ils étaient bien vivants. Ils ont été réunis et le 13 juillet 1922, Teresa a obtenu un passeport américain d'urgence à Varsovie, en Pologne. Turrou et sa famille sont revenus en Amérique en mars 1923 où ils se sont installés à Westbury, Long Island, New York. Il a trouvé du travail comme vendeur et plus tard comme inspecteur des postes à New York.

 

Turrou applied for a position in the Bureau of Investigation, U.S. Department of Justice, four times during the 1920s. In March 1921 J. Edgar Hoover (then Assistant to the Attorney General) personally interviewed Turrou and strongly recommended him for a translator position, after having him evaluated in 5 languages (English, French, German, Russian and Polish). However, no positions were then available. In July 1923, after his return from Russia, Turrou requested his earlier application be reconsidered. But he was notified in August 1923 that Bureau applicants must be graduate lawyers; Turrou did not have a law degree. In June 1926 he tried again. But in July 1926 was notified that positions were still unavailable. In November 1928 he tried once more. He called on Director Hoover who provided him with new application forms. On December 1, 1928 Turrou was notified that there were no vacancies. Regardless, Hoover ordered a "very complete and thorough investigation" be made of the applicant. This included a records check, interviews with Turrou, his acquaintances and referrals, a visit to his home in Westbury, and an examination of his personal history. Although the investigation was favorable the recommendation was not; Turrou did not have a law degree and no linguists were required. The case was closed on December 28, 1928. However additional recommendations continued to arrive. These included letters from Congressmen John Q. Tilson, the House Majority Leader and Robert L. Bacon, Member House Committee on Appropriations. Alan Fox, Herbert Hoover’s New York campaign manager, also sent a letter extolling Turrou’s volunteer work during the 1928 election. Herbert Hoover was inaugurated President on March 4, 1929. On March 16 Director Hoover notified Turrou of his appointment as a Special Agent.

Turrou a postulé quatre fois au Bureau of Investigation du département américain de la Justice au cours des années 1920. En mars 1921, J. Edgar Hoover (alors adjoint au procureur général) a personnellement interviewé Turrou et l'a fortement recommandé pour un poste de traducteur, après l'avoir évalué en 5 langues (anglais, français, allemand, russe et polonais). Cependant, aucun poste n'était alors disponible. En juillet 1923, après son retour de Russie, Turrou a demandé que sa demande antérieure soit réexaminée. Mais il a été informé en août 1923 que les candidats au Bureau devaient être des avocats diplômés; Turrou n'avait pas de diplôme en droit. En juin 1926, il recommence. Mais en juillet 1926, il a été informé que les postes n'étaient toujours pas disponibles. En novembre 1928, il essaya une fois de plus. Il a fait appel au directeur Hoover qui lui a fourni de nouveaux formulaires de demande. Le 1er décembre 1928, Turrou a été avisé qu'il n'y avait pas de postes vacants. Quoi qu'il en soit, Hoover a ordonné une "enquête très complète et approfondie" sur le requérant. Cela comprenait une vérification des dossiers, des entretiens avec Turrou, ses connaissances et références, une visite à son domicile de Westbury et un examen de ses antécédents personnels. Bien que l'enquête ait été favorable, la recommandation ne l'a pas été; Turrou n'avait pas de diplôme en droit et aucun linguiste n'était requis. L'affaire fut close le 28 décembre 1928. Cependant, d'autres recommandations continuèrent d'arriver. Il s'agissait notamment de lettres des membres du Congrès John Q. Tilson, du leader de la majorité à la Chambre et de Robert L. Bacon, membre du comité des crédits de la Chambre des députés. Alan Fox, directeur de campagne d'Herbert Hoover à New York, a également envoyé une lettre vantant le travail bénévole de Turrou lors des élections de 1928. Herbert Hoover a été nommé président le 4 mars 1929. Le 16 mars, le directeur Hoover a informé Turrou de sa nomination comme agent spécial.

Pour la période qui nous intéresse...

En mars 1923 il effectue la traversée Le-Havre - New-York sur le Paris, un cousin du France...

C'était 7 jours minimum...

Pour débarquer aux U.S.A. le 24 mars 1923,

Turrou a embarqué au Havre avec femme et enfants dont le plus jeune avait un peu plus de 3 ans (né 9 décembre 1919 en Sibérie) le 17 mars.

Parti au plus tôt de Paris le 16 mars 1923 ?

Quémener signale à Seznec qu'il est en relation d'affaires avec un américain en avril.

Un peu plus d'un mois s'est écoulé entre la publication de l'annonce du 7/9 février 1923.

et le départ de Turrou,

une quinzaine de jours entre le départ de l'américain et la mise dans la combine de Seznec...

Si c'est toutefois bien Turrou le Charly de l'affaire, mais on peut en douter.

…...…………………...

Fin du trip...

Le 13 juillet 1923, il arrive à New York à bord du Berengaria :

 

Le brocanteur à l'international nous écrit  :

"Selon Davidowsky, son ami de longue date, Turrou avait mis en place une arnaque en France lors de son voyage à Paris.

Ce voyage a lieu de mai à juillet."

Au fait, l'annonce dans l'Auto, c'est bien le 7 et le 9 février 1923 qu'elle parait, non ?

Et, pas de soucis, on n'en apprendra pas plus sur le fameux Davidowski...

Qui, dans ses dires, est au moins aussi fiable que Petit Guillaume.

……………………...…...

Je le dis et je le répète...

On ne peut pas prendre un personnage du F.B.I., comme ça, au hasard...

Pour le rapatrier dans notre affaire Seznec.

Et délirer de longues pages ensuite sur l'A.R.A., le K.G.B. et le F.B.I.

Si vous enlevez du livre du broc, les pages de délire sur ces trois organismes...

Qu'est-ce qu'il reste ?

Restons simple.

Je lis, à l'instant même, que, sur les commentaires du blog de ce cher Marc du Ryez...

On en est toujours à prendre pour sûr, certain, voire plus, la venue de Pierre Quémeneur le dimanche 27 mai 1923 à Morlaix.

Faut avancer un peu, les gars, là...

Faut avancer.

Faut pas rester figés dans une hypothèse adoptée de toutes pièces par un auteur.

Et qui ne colle à aucuns moments avec notre affaire.

Faut avancer...

Liliane Langellier

P.S. Ah oui, pourquoi Pierre Quémeneur aurait-il laissé sa valise à Guillaume Seznec ?

Le train de 23 h 08 à Versailles Chantier le vendredi 25 mai 1923...

Il ne prenait que des voyageurs de 1ère classe sans bagages.

Mais le guichetier qui lui a vendu le billet se serait sans doute signalé,

et à moins de voyager enfermé dans les chiottes du train, Pierre Quémeneur ne serait pas passé inaperçu.

Rappel : Sur mon Michelin 1922 : Houdan/Versailles : 41 km.

Faisables par la Torpédo du Breton, non ?

(Ceci est la réponse à une question posée chez Marc du Ryez.)

 Pour suivre la discussion chez Marc du Ryez...

C'est par là.

P.S. 2 Malgré ma lettre Recommandée A.R.

Toujours aucunes nouvelles d'Overblog.

Alors que l'autre prétentieux continue à nous faire la roue du paon sur son blog...

Mais, s'ils ont bien viré les trois articles incriminés par le grand auteur, sans me prévenir auparavant.

Là, ça va vraiment chauffer pour eux.

Petite précision : mon blog n'est absolument pas "déférencé" de Google. 

Je vous le dis et vous le redis que notre texan, il prend ses désirs pour des réalités.

Je viens de relire le C.V. qu'il nous colle dans son bouquin.

Encore 4 pages inutiles.

Il est malin, le bougre, il ne nous cite aucun nom d'université ou de société où il a bossé.

Et, ça, ça vient vomir sur ma carrière transparente à moi ?

Too bad !

 

Affaire Seznec : Pour en finir avec Léon George Turrou
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article