Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 680 articles.

Affaire Seznec : Le voyage mystère New York / Cherbourg de Léon Turrou le 21 mai 1923

Dans la mare des mensonges, il ne nage que des poissons morts.
Proverbe russe

C'est quand même incroyable.

Ainsi la liberté de la presse, selon notre dernier auteur, se résume à "Achetez mon livre et fermez votre gueule !"

Il est surtout très très vexé qu'une femme - qui ne met pas un genou à terre comme la psy briochine quand elle lui parle - ose critiquer son dernier chef d'œuvre.

Mais il n'est pas encore né celui qui me la fera boucler.

Même s'il m'injurie sur son blog en me traitant de folle...

Même s'il insiste lourdement (ça pour être lourd, il est lourd…) sur mon âge...

Dès fois que je sois atteinte d'Alzheimer...

Même s'il critique ma photo d'avatar de petite lectrice sexy (il a pas compris le clin d'oeil, faut pas trop lui en demander) lui qui ose se choisir, pour le sien d'avatar, une photo où il est planté face à la journaliste de France 2 qui l'interviewe...

Mais oui, vous savez, "Il est cité dans des centaines d'articles de journaux" !

Quel prétentieux !

Même s'il m'attaque personnellement, alors que, moi, j'attaque son oeuvre...

Oui, même s'il fait tout...

Pour décrédibiliser mes dires.

Parce que c'est ça le but, ne vous y trompez pas : décrédibiliser mes dires.

Car Monsieur ne supporte pas qu'on vienne critiquer son oeuvre.

Parce que, si je suis reconnue folle, ma critique n'est plus valable.

Oui, même si je viens de recevoir de sa part, à l'instant même, plus de 20 signalements d'abus de mon blog à Overblog.

Où il demande que, depuis le 13 février 2020, tous les articles de ce blog soient supprimés parce qu'ils parlent de son livre.

Une conception très très personnelle de la liberté de la presse.

Tiens, by the way, au sujet d'Overblog, Webedia a bien reçu ma lettre recommandée A.R. mais je n'ai toujours pas de réponse de leur part.

Même si...

Nous, on continue...

Dans le vent et dans la tempête.

13 avril 1923

………...……………...

On vous avait donc laissé avec Thierry sur un point d'interrogation concernant la date exacte du retour de ce brave Léon à Cherbourg.

On a cherché partout...

Ancestry, Family Search, etc...

On a demandé de l'aide à des potes...

On a épluché toutes les listes de passagers.

A l'endroit.

A l'envers.

Tout ça pour relire dans son roman de gare que l'auteur lui-même ne sait pas si Léon Turrou a oui ou non pris le bateau.

Qui l'aurait déposé vers le 20/21 mai 1923 à Cherbourg en venant de New York via Southampton.

Et oui...

Vous ne saurez...

Ni le jour.

Ni l'heure.

Parce que l'auteur lui même ne le sait pas.

 

"Le planning de Turrou est assez serré car il repart en France.  En effet il a réservé une place à bord du transatlantique Berengaria opéré par la Cunard Line qui assure des rotations entre Southampton et New York avec une escale à Cherbourg. Le prochain départ de New York est situé vers le 15 mai avec une arrivée à Cherbourg le 21 mai. Nous n'avons pas retrouvé la liste des passagers sur la liaison New York Cherbourg. Par contre il est bien sur la liste des passagers de retour vers les Etats-Unis au départ de Cherbourg, le 7 juillet 1923."

 

Il s'agit d'une pure spéculation !

"Le planning de Turrou est assez serré car il repart en France."

Il est surtout serré pour l'auteur, qui a absolument besoin que Turrou soit en France pour le 21 mai !

Il le fait donc partir par le premier transatlantique après l'entrevue avec Hoover.

 

Et bien voilà pourquoi on ne trouvait pas trace de l'arrivée de Turrou sur notre belle terre de France !

 

 

Et hop !

Pas vu, pas pris, je t'embrouille !

On passe illico presto prompto au 7 juillet 1923.

Et le lecteur de base n'y voit rien...

Surtout les membres abêtis de sa secte.

Mais pas nous, pas nous.

Et une supercherie de plus découverte...

Une !

Je sais pour l'avoir lu dans ses sources qu'il a zoné sur Ancestry.

Moi aussi.

C'est pas compliqué.

Là aussi, tout le monde peut y aller.

Mais je ne retrouvais pas trace de ce foutu voyage de Léon Turrou avec arrivée à Cherbourg en date du 20/21 mai 1923 .

Et pour cause.

Aucune liste de passagers du paquebot Le Berengeria accostant à Cherbourg, le 21 mai 1923, n'est disponible à ce jour.

On ne peut pas baser une ixième version de résolution d'une affaire criminelle, comme l'affaire Seznec, sur de telles hypothèses farfelues.

Je m'en suis rendue compte, mais, un autre lecteur aussi avisé que moi aurait très bien pu s'en rendre compte, un jour ou l'autre.

Maintenant...

J'attends les réactions de Marc et d'Alain.

Ce pauvre cher Marc qui vient de se ramasser une bordée d'injures sur le dernier billet du John Wayne de la brocante.

Ah oui, je rigole...

Rien que de penser que Jean-Yves Seznec a donné sa confiance à un pareil zig.

Et, qu'à cause de sa bêtise, notre Garde des Sceaux, "une mammy âgée de 65 ans" (selon les critères de notre crêpier texan) va être sensibilisée "en direct" à l'affaire.

Bien avant que ne soit déposée une nouvelle demande de révision.

Il faut assumer ses fréquentations !

 

Le Berengaria à New York

En fait...

Reprenons...

Avec l'aide de nos chères archives...

En clair, on est sûr de l'arrivée du paquebot "Le Berengaria" à Cherbourg mais personne ne peut nous dire si Léon Turrou était ou non à bord.

"MAIS PERSONNE NE PEUT NOUS DIRE SI LEON TURROU ETAIT BIEN A BORD"

Personne.

On n'en a aucunes preuves.

On a cherché et Thierry nous a découvert que...

Le Berengaria était bien prévu initialement à un accostage à Cherbourg le 22 mai 1923 :

The Chicago Tribune And The Daily News, New York, 14 mai 1923

The Chicago Tribune And The Daily News, New York, 20 mai 1923

The Chicago Tribune And The Daily News, New York, 22 mai 1923

 

Le 21 mai 1923, 425 passagers en provenance de New-York ont débarqué à Cherbourg...

On ne sait toujours pas si Turrou était du nombre.

Il était à Monte-Carlo quand ?

Si ça se trouve il n'est arrivé en Europe qu'en juin, et même pas à Cherbourg.

 

The Chicago Tribune and The Daily News, New-York du 20 Mai 1923

…………………………...

Pour clore...

Le Berengaria a bien accosté à Cherbourg le 21 mai 1923 à 16 heures... 

Grâce à une météo favorable.

Car il était initialement prévu pour une arrivée le 22 mai.

Comme il n'y a aucunes listes de passagers consultables pour ces dates...

(Nous cherchons encore).

Personne ne peut nous dire, à ce jour, si oui ou non Léon Turrou était bien parmi les passagers...

Je suis obligée de répéter une fois encore car le son ne porte pas jusqu'à Saint-Eloy.

A moins qu'on ait oublié de lui renouveler sa perfusion de chouchen...

Mais j'attends vos commentaires éclairés.

...............................

Maintenant, c'est pas tout...

Parce qu'il faut, pour notre auteur, raccorder tout ça (le paquebot avec son passager fantôme) avec notre histoire Seznec de Morlaix/Landerneau...

Lundi de Pentecôte 21 mai 1923...

20 heures.

Seznec appelait Quémeneur à Landerneau.

Soit 4 heures après l'arrivée du bateau dans le port de Cherbourg. 

Juste le temps de débarquer...

En comptant les diverses formalités à accomplir avec les nombreux autres passagers...

Et notre Turrou aurait foncé sur le téléphone.

Sans prendre le temps de respirer.

Mais compter quand même le temps que Seznec comprenne son français avec l'accent russo-ricain...

Et qu'il récupère les exemplaires du courrier de l'American Chamber of Commerce...

Dont les restes ont brûlé plus tard chez Davidowisky, souvenez-vous...

Il a dit comment déjà mon copain ?

"Quelle pantalonnade !

Je crois que nous ne comprenons pas la démonstration implacable parce que nous n'avons pas le niveau atteint par cet Einstein-Flaubert."

 

 

Liliane Langellier

P.S. Je critique ce livre, comme j'ai critiqué auparavant les livres de Denis Langlois, Anne-Sophie Martin et Michel Pierre.

C'est le but de ce blog.

Parler de TOUT ce qui paraît sur l'affaire Seznec.

Le bon comme le mauvais.

Sauf que là, on est très très loin d'un futur prix Interallié ! 

 Donc sur4 ouvrages : 2 mauvais et 2 excellents.

Après Anne-Sophie Martin et avec le broc, on tombe de Charybde en Scylla !

Et plus dure sera la chute.

 

 

P.S. 2 Merci à toutes et à tous...

Pour les 5.314 visiteurs en ce mois de février 2020.

Pour 50 articles publiés...

Champagne !

 

P.S. 3 Pour changer un peu d'horizon...

Et vous rafraîchir les neurones...

Allez donc vous lire ma dernière critique "Chez Jeannette Fleurs"...

Sur un roman que l'on consomme comme une friandise.

En ces vacances neigeuses de février..

Entre deux remonte-pentes.

Affaire Seznec : Le voyage mystère New York / Cherbourg de Léon Turrou le 21 mai 1923
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article