Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : L'impossibilité pour Pierre Quémeneur d'avoir rencontré Léon Turrou.

Ces derniers temps sur l'affaire Seznec….

On nous fait vraiment prendre des vessies pour des lanternes...

Voilà maintenant qu'un espion ricain aurait vidé la bourse du landernéen Pierre Quémeneur.

Léon George Turrou, je vous en ai parlé là le 15 février dernier :

Léon George Turrou serait-il Charly ?

Sur quelles preuves matérielles peut-on justifier de cette improbable rencontre entre Pierre Quémeneur et Léon Turrou...

Je vous le demande.

……………………….

Reprenons.

Si on en croit le dernier auteur...

Tout cela serait basé sur une présence de Léon Turrou en France...

"Léon Turrou est l'Américain du nom de Charly qui avait rendez-vous avec Pierre Quéméneur car c'est le seul possible et c'est la seule explication logique et rationnelle. La possibilité que Seznec ait inventé cette histoire ne peut être justifié au regard des faits."

Ne rigolez pas...

C'est ce qu'on appelle de l'auto-persuasion.

 

1/ La présence de Pierre Quémeneur en Bretagne

On reprend La Dépêche de Brest du 18 mars 1923 :

 

Cette coupure de presse est là uniquement pour prouver que le conseiller général Quémeneur  était très investi et très occupé dans son canton de Sizun.

Et puis, vous imaginez bien que la sœur de Pierre, Jenny, était quoditiennement au fait de l'emploi du temps de son frère.

Rien n'a été trouvé, dans la perquisition de Ker Abri, fin juin 1923, qui puisse laisser supposer un éventuel voyage de notre conseiller général à Paris en mars 1923.

Enfin, au début de sa disparition, sa sœur aurait immédiatement signalé à la police que Pierre avait l'habitude de fréquents déplacements à Paris.

La Cadillac est mise en gage par Guillaume Seznec, le 25 octobre 1922, moyennant un prêt de Pierre Quémeneur de 15000 francs...

Si dans 3 mois le prêt n'est pas remboursé, la voiture est propriété du conseiller, ça nous mène au 25 janvier 1923.

Pierre n'aurait donc pas traîné à essayer de s'en séparer...

Mais comment sait-on qu'il a cherché à s'en séparer justement début février ?

Petit rappel : au printemps 1923, d'après sa famille, ce n'était pas tant les bagnoles à Paris qui le préoccupait que les poteaux de mines à Cardiff.

La Presse du 27 juin 1923

Par contre, c'est plutôt Guillaume Seznec qui allait beaucoup à Paris.

Avec Thierry, on a dans les tuyaux de vous écrire un petit article avec les lieux que l'ami Seznec fréquentait à Paris.

 

2/ La présence de Léon Turrou en France au printemps 1923

Turrou est engagé par L'A.R.A.

Il serait arrivé à Moscou début octobre 1921 pour occuper le job de traducteur/interprète.

En juillet 1922, il quitte la Russie pour la Pologne.

Et oui, souvenez-vous...

On est en plein (mauvais) roman.

Mais il démissionne de l'A.R.A. en février 1923.

Là aussi, plans sur la comète pour nous raconter ce qu'il a bien pu faire à l'A.R.A.

Et les dates exactes de son séjour en France.

Avec pour sources basiques, les listes de passagers publiées sur Ancestry.

Rappelez-vous ce que j'écrivais :

Il est passé par la France...

Puisqu'on le retrouve sur les listes de passagers à partir du Havre pour Ellis Island (et oui, souvenez-vous les fameuses listes de passagers de notre brocanteur) le 24 mars 1923 :

Mais on le retrouve aussi sur une liste de passagers en date du 13 juillet 1923 from Cherbourg :


Comment peut-on en déduire les dates exactes de son séjour en France ???

Et les lieux qu'il aurait pu visiter ???

Je demande.

"Nous savons avec certitude que Turrou est en France entre février et mars 1923. S'il est bien l'auteur de l'annonce parue le 9 et le 11 février 1923, il a pu se rendre sur place au journal à Paris ou plus simplement, envoyer un courrier pour paiement par mandat ou bon de poste."

Mon papa disait : "Avec des Si, on mettrait Paris en bouteille !"

D'autre part, on n'a aucunes preuves que c'est bien Turrou qui lisait L'Auto...

Qui était derrière le curieux libellé de l'annonce de ventes de Cadillacs des 9 et 11 février 1923. 

Et qui demandait d'écrire à l'O.I.R.

Il ré-embarque avec femme et enfants, pour Ellis Islanc, le 24 mars 1923...

Puisqu'on le retrouve sur les listes de passagers à partir du Havre (et oui, souvenez-vous les fameuses listes de passagers cachées puis retrouvées…) :

Elles sont accessibles à toutes et à tous sur Ancestry.

C'est par ici.

Et, au fait, elle est passée où, dans cete nouvelle saga, The American Chamber of Commerce ???

…………………………………………..

L'affaire Seznec…

Cette histoire toute simple de faits divers a déjà été assez compliquée comme ça...

Pourquoi y ajouter maintenant des espions du KGB...

Et des Russkoffs de Bololand.

Qui n'ont strictement rien à y voir.

Qui, mais qui peut croire à de telles âneries ???

Qui ??????????????????

Je demande.

Liliane Langellier,

avec Thierry Lefebvre.

P.S. Et si...

Me dit Thierry dans l'oreillette gauche...

Et si on voyait mal les trois lettres O.I.R. en bas de l'annonce de L'auto de février 1923...

Comme on lit mal Marcel sur celle qui suit :

Et qu'elles étaient en fait C.I.R.

Oui, comme Congrès International de la Route ???

 

 

P.S. 2 Je ne suis, bien sûr, pas du tout "déférencée" de Google...

Et oui, notre brillant auteur n'a que trop tendance à prendre ses désirs pour des réalités.

Il devrait moins se vanter (impossible pour cet être en besoin de reconnaissance perpétuel) car, là, pour le coup, il va être vraiment puni par où il a péché. 

Je sais donner des moyens à ma colère.

Petit rappel utile à assimiler rapidement : Monsieur Vilain est totalement responsable des commentaires qu'il laisse publier sur son blog.

Quel intérêt de devenir un déversoir de la haine d'une vieille femme aigrie ???

Elle s'était déjà éclatée contre moi sur le blog de Skeptikos : Breizh, Anonymous, Pied Nickelé, une seule et même personne qui ose citer mon nickname :

 Et qui, comme à son habitude, ne fait avancer en rien l'affaire Seznec.Et qui,

En rien.

Affaire Seznec : L'impossibilité pour Pierre Quémeneur d'avoir rencontré Léon Turrou.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article