Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

L'affaire Seznec en Nouvelle Zélande...

Thierry Lefebvre vient juste de trouver cet article dans "The Alexandra Herald And Central Otago Gazette" du 14 novembre 1923...

Et oui, l'affaire Seznec, on en a parlé jusqu'en Nouvelle-Zélande.

Sous le titre de :

"La victime disparue. Un mystère de chasse à l'homme."

 

C'est un papier plein d'humour et de clins d'œil !

Qui fleure bon le style d'Agatha Christie et de ses consoeurs du "Golden Age" du polar anglo-saxon.

L'attaque du papier est géniale :

"You murdered M. Quemeneur" cried the examining magistrate to Seznec.

"You think so ? Well show me the corpse of my victim !"

In these two sayings, (says The Sunday Chronicle) may be summed up all that we know at present of one of the most mysterious and exciting romances ever reported from that country of dramatic adventures, France."

"Vous avez tué M. Quémeneur" hurla le juge d'instruction à Seznec.

"Vous croyez ça ? Et bien montrez-moi le corps de ma victime !"

En ces deux phrases, (écrit le "Sunday Chronicle"), peut être résumé tout ce que nous savons à présent de l'une des romances les plus mystérieuses et excitantes reportée de ce pays d'aventures qu'est la France !"

"All these facts were disquieting, also they gave little clue. The French police searched out M. Czerdin but found he had taken a trip in Austria. He had given en some trouble to the French authorities and has been expelled during the war. He was supposed to be mixen up in some Bolshevik agitation, and the question arose as to whether M. Quemeneur's disappearance had any political signification. The wife of Czerdin then came forward and declared that she had never before heard the name either of Quemeneur or Seznec."

"Tous ces faits étaient dérangeants, mais ils donnaient une petite piste. La police française rechercha M. Czerdin mais s'aperçurent qu'il était parti en voyage en Autriche. Il a causé des ennuis aux autorités françaises et a été chassé pendant la guerre. On le pensait mêlé à quelque agitation bolchevique, et la question fut soulevé de savoir si la disparition de M. Quemeneur avait une signification politique. L'épouse de Czerdin vint plus tard déclarer qu'elle n'avait jamais entendu auparavant le nom de Quemeneur ou celui de Seznec."

La chute du papier est géniale aussi :

"All France is Following the development of the drama with intense interest."

"Toute la France suit le développement de ce drame avec grand intérêt."

L'opinion des Néo-Zélandais sur la France, c'est quelque chose ! 

Ce n'est pas sans me rappeler ma roommate australienne et matheuse de U.C.L.A. (fille du plus grand ophtalmo de Sydney) qui m'avait déclaré, un jour de l'été 1989 :

"Ce que j'aime surtout de la France, c'est l'idée romantique du crime passionnel !!!!"

Dont acte.

Liliane Langellier

P.S. Google Alerts me prévient d'un Article sur L'Echo belge du 23 janvier 2020 concernant le non livre d'Anne-Sophie Martin.

Qui devrait s'intituler : "Bridget Jones raconte ses fouilles à Morlaix"...

Lire ici mes articles sur Anne-Sophie Martin.

Dans cet article belge...

Même radotage.

Avec le délai nécessaire pour que les Belges se réveillent.

Les petits-fils passés à la trappe.

Tout pour la grande reporter qui ne connaît rien de rien à l'affaire Seznec..

J'adore "à la lumière de"...

Ils en ont bien besoin d'un "Fiat Lux" la bande à Vilain...

Avec leurs "à peu près" et leurs non recherches historiques.

"La piste était déjà passée relativement inaperçue"

Merci pour Denis Langlois.

Dont le livre a fait date dans l'affaire Seznec...

 

L'affaire Seznec en Nouvelle Zélande...
La distance à vol d'oiseau entre Paris et Nouvelle-Zélande est de 18 981 kilomètres.

La distance à vol d'oiseau entre Paris et Nouvelle-Zélande est de 18 981 kilomètres.

Otago. New Zealand.

Otago. New Zealand.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article