Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Anne-Sophie Martin et l'affaire Seznec chez Jacques Pradel.........

Quand le mensonge prend l'ascenseur, la vérité prend l'escalier, elle met plus de temps mais elle finit toujours par arriver.

Ouf !

Merci RTL !

Merci Jacques Pradel et L'Heure du crime du 19 septembre 2019...

Entre 20 heures et 21 heures.

Heureusement qu'on a eu Anne-Sophie Martin pour nous dénouer l'affaire Seznec !

Comment a-t-on pu vivre sans elle jusqu'à présent ?

"L'ultime rebondissement qui pourrait être à l'origine d'une quinzième demande de révision !"

Il ne sait pas, Jacques Pradel, que le procureur de la République de Brest n'a pas donné suite à la demande de Langlois ?

Allez on y va pour la découverte du grand secret par Anne-Sophie Martin !

Ben oui, c'est Denis Langlois qui dans son livre "Pour en finir avec l'affaire Seznec" a livré publiquement ce grand secret à la mi-février 2015....

Allez, on aligne les sottises de la grande journaliste.

 

1/ On n'a JAMAIS retrouvé de voitures de Seznec à Plomodiern.

Jamais.

La grange du cousin était à Locronan.

Et la voiture était cachée dans la grange d'un de ses cousins à la ferme de Kerlouëres/Ploéven.

 

in Bernez Rouz.

 

2/ Elle continue avec la cassette, Anne-Sophie Martin...

Ce n'était pas une cassette mais une bande magnétique.

Combien de fois faudra-t-il le répéter ???

Mail de Denis Langlois du 17 février 2015 :

"Le 25 janvier 1978, Bernard Le Her m'a fait écouter la bande magnétique (Il y avait encore très peu de cassettes)

et me l'a laissée quelques jours. J'ai donc transcrit sur papier son contenu exact."

 

 

3/ Usurpation

Pradel : "Ce sont des gens qui se sont tenus à l'écart des médias jusqu'à présent. Ils ont fait une exception pour vous, ils ont bien eu raison…."

Leur témoignage est sur mon blog Seznec Investigation, accessible à tous, depuis le 26 Mars 2018 !

Et Dieu m'est témoin qu'elle a pompé mon blog !

Voir en annexe le texte de mon projet de dépêche AFP e-mailé aux deux petits-fils le 26 Mars 2018.

 

4/ Non, Pradel... Le film d'ASM a été diffusé en mai 2018 et non "en mai dernier".

On n'est plus à ça près !

 

 

5/ "Guillaume Seznec, l'un des héros condamné au bagne en 1923"...

Nous pond ASM.

Comment dire ?

Quoiqu'il arrive, il est coupable, le héros !

Que ce soit uniquement de faux, de recel de cadavre, de faux témoignages, de dissimulation d'indices...

Il est coupable !

 

6/ "Leur père leur a fait, la veille de sa mort…" dit ASM.

Non, non, les confidences de Petit Guillaume auprès de Bernard Le Her datent de 1975.

Petit Guillaume est mort en 1981.

Et il a d'abord parlé à Bernard Le Her avant de parler à ses fils.

Et ça y est on a encore droit à l'appellation non contrôlée de "Guy Seznec" !

 

7/ "Il avait 11 ou 12 ans à l'époque des faits", dit Pradel.

Non, non !

Quand tu es né en mars 1911...

Tu as 12 ans en mai 1923.

 

………………………..

Et là on a le récit des deux frangins…………

 

S'il avait été un bon journaliste, ce sont ces deux petits-fils là que Pradel aurait du inviter !

…………………………..

 

8/ "C'est une révolution dans toutes les hypothèses qu'on a connues…"

Ben tu te mouches pas du pied, Anne-Sophie Martin.

 

9/ "ça peut paraître saugrenue, l'idée du type qui se promène avec sa promesse de vente !"

D'autant plus qu'on est (serait) le dimanche 27 mai 1923 et que les faux auraient été faits par Seznec en juin !

Après l'achat de la machine à écrire au Havre, le 13 juin 1923.

 

10/ "Effectivement, ils ont gagné des dollars or pendant la guerre… Avec la présence des troupes américaines…"

ça, on n'en sait strictement rien.

Personne n'a réussi à le prouver.

Lire chez Marc du Ryez : L'origine des pièces d'or des Seznec

Et "La cassette des dollars or" chez L'Affaire Seznec revisitée.

 

11/ "Le document est tâché de sang. Ce qui veut dire qu'il ne l'a pas donné à son notaire et donc qu'il n'est pas officiellement enregistré…"

Ce serait bien que quelqu'un fasse découvrir le conditionnel à ASM.

 

12/ "On sonde les étangs du coin près de Dreux…"

C'est entre Gambais et Houdan, mais c'est pas grave, on n'est plus à ça près !

 

13/ "Dès le lendemain du verdict, les faits sont condamnés et discutés…"

Par qui ?

Là, ce serait bien qu'elle parle de Marie-Jeanne Seznec !

(NDLR Ah tiens Pradel ne retient plus la thèse de la grâce de Seznec par le Général de Gaulle, on progresse…)

 

14/ "Quand Guillaume Seznec rentre du bagne, en 1947, il est hébergé par son fils…"

Ah mais pas du tout, Anne-Sophie, dès son arrivé en juillet 1947, il va vivre chez sa fille Jeanne Le Her.

A Plourin-Ploudalmézeau.

Puis, après d'être engueulé avec son gendre, près de chez Mme Bosser, à Riec-sur-Belon.

Après l'assassinat du gendre, en octobre 1948, il revient à Plourin.

Il n'est allé passer que quelques temps bien plus tard chez Petit Guillaume.

Lire sur ce blog : Le séjour de Guillaume Seznec à Estréez.

C'est quoi ce raccourci débile ?

 

15/ "Il y a plusieurs hypothèses pour savoir ce qui est survenu au corps, et cela vous a mené sur le terrain, avec une caméra, mais surtout une pelle et une pioche."

dixit Pradel à la grande journaliste.

No comment.

Je la visualise bien avec une pelle et une pioche.

Elle ne nomme pas Bertrand Vilain (je savoure…)

Arrive l'histoire du cellier de Traon-Ar-Velin...….

Et celle des fouilles……….

 

16/ "Après la découverte de cet os, un juge est nommé ?"

Nous dit Pradel.

Ah oui, quel juge ???

(extrait d'un reportage sur RTL avec la voix nasillarde de Bertrand Vilain)

 

17/  Vilain : "Il a vu que Pierre Quémeneur aurait tenté d'abuser sa mère…"

Je croyais que Petit Guillaume n'avait pas été témoin de l'agression….

Oui, juste entendu sa mère crier et vu le cadavre de Quémeneur par terre.

"Et sa mère pour se défendre aurait donné un coup de candélabre."

Le revoilà, le revoili le candélabre Louis XV, il est têtu le bougre !

 

18/ "Si, si elle a avoué Marie-Jeanne Seznec…"

On passe et rapasse….

 

19/ "Pas d'enquête à Morlaix…."

Comment dire ?

Elle ne va pas nous rejouer l'air connu de "Il n'y a jamais eu de fouilles à Morlaix" ?

Lire les fouilles de Morlaix en 1923.

 

20/ "Autant toutes les autres pistes n'arrivent pas à aboutir, et sont bloquées (…)  autant cette piste pourrait expliquer de façon plausible…"

Ah dis chérie, ah joue moins en d'la trompette, dla trompette……...

………………………..

 

 

"A la fin du mois, il y a un autre livre qui va sortir, qui n'est pas du tout sur le même terrain que le vôtre, si, il parle de l'affaire Seznec, mais c'est le livre d'un agrégé d'Histoire, spécialiste d'histoire pénale, et en particulier spécialiste du bagne - et que j'avais eu l'occasion, moi, de rencontrer pour parler du bagne de Cayenne - Michel Pierre, il va publier le 26 septembre prochain, dans très peu de temps, "L'impossible innocence" chez Tallandier…

"L'impossible innocence", on a compris son point de vue.

On va le retrouver dans un instant………"

Yesssssssssssssssss !

(NDLR Au téléphone)

"Et le sous-titre c'est : "Histoire de l'affaire Seznec." Ce livre va paraître chez Tallandier.

(NDLR Il ne reste plus que 5 minutes d'émission).

"On va en parler très rapidement, j'espère que lors de la parution de votre livre, on aura l'occasion d'en parler beaucoup plus longuement…….."

"Bien sûr, vous parlez du bagne, car vous êtes un spécialiste du bagne, mais vous ne parlez pas de Seznec au bagne pendant tout… dans ce livre…

Vous reprenez l'histoire, et en gros est-ce que je me trompe si je dis, vous dîtes : "la justice a parlé, elle ne s'est pas trompée, Seznec était coupable et le dossier policier et judiciaire le prouvent."

Michel Pierre :

"Oui, je suis reparti de l'enquête, de l'instruction, du procès, des différentes archives que j'ai pu consulter, et, en fait, ben y'a pas de trafic de Cadillacs, y'a pas de machination policière, y'a pas d'affaire d'Etat, et, moi, ce que je trouve fascinant comme historien, c'est qu'on a là un banal fait divers, quelque peu crapuleux, et qui devient une histoire extravagante, et une folie médiatique, et par rebondissements successifs depuis bientôt un siècle, puisqu'on en parle ce soir, c'est ça qui m'a aussi intéressé. J'ai repris vraiment les pièces du dossier, tant l'enquête, que le procès, que l'instruction, par des gens extrêmement scrupuleux. A l'époque et en travaillant sur la presse de l'époque, le chroniqueur judiciaire du Figaro dit qu'il a rarement vu un procès aussi équitable."

Pradel : "Evidemment certains disent que dans l'affaire Seznec, il y a eu un poids énorme de l'opinion publique parce qu'il y a une certaine opinion publique qui se laisse abuser facilement, qui aime  bien la théorie du complot, etc.. Mais il faut constater que dans les 14 demandes de révision, en-dehors de la famille Seznec, il y a eu des magistrats, des avocats, enfin un certain nombre de gens qui n'avaient pas la réputation d'être des plaisantins et qui, en conscience, ont pensé qu'il y avait eu erreur judiciaire,..."

Michel Pierre : "Oui, ça, ça peut être normal pour des avocats qui défendent la cause de la famille bien évidemment, mais il faut regarder, ne serait-ce que dans le détail, puisqu'on parle de magistrats, ceux de la Chambre criminelle de la Cour de Cassation de décembre 2006, pour regarder vraiment, ils sont un petit peu comme je suis comme historien, en considérant qu'il n'y a rien à reprendre dans cette affaire…"

Pradel : "Il n'y a pas de faits nouveaux dans tout ce qu'on nous annonce, y'a pas motif à introduire un doute sur la culpabilité ?"

Michel Pierre : "Personnellement, c'est ce que je pense, y'a pas eu motif de révision et c'est ça qui finit par être intrigant au bout d'un siècle, s'il y avait eu quelque chose, on aurait bien fini par trouver un bout d'esquisse, d'ébauche de quelque chose, pouvant laisser penser que ce soit justement une affaire d'Etat, ou je ne sais quelle machination, ce qui n'est pas du tout le cas.

Par contre, ce qui m'a vraiment passionné, c'est de voir comment s'enclenche cette affaire, c'est-à-dire, on ne va pas en parler ce soir, avec ce personnage qu'est le juge Hervé, comment la Ligue des Droits de l'Homme rebondit sur cette affaire avec de très forts débats, moi je sais que je suis allé travailler sur les archives de la Ligue des Droits de l'Homme aux archives nationales, et on voit bien que c'est pas tout le monde…."

Pradel : "Vous dites en fait que la Ligue des Droits de l'Homme a instrumentalisé les anciens jurés pour les faire revenir sur leur décision en leur âme et conscience."

Michel Pierre : Non, non les jurés, faut voir comment ça a été manipulé. Oui, c'est ce que j'explique dans le livre, comment l'institutrice de la Ligue des Droits de l'Homme, c'est pas la ligue en elle-même, et l'ancien juge convoquent, c'est le mot, convoquent des jurés……..

Pradel : "Ben y'en a 5 qui vont venir sur les 12..."

Michel Pierre : "Qui sont tétanisés parce que voir une institutrice plus un ancien magistrat leur expliquer qu'ils se sont trompés, ils n'osent rien dire et ils vont signer un document préparé à l'avance."

Pradel : "Ecoutez, en tout cas, ça montre que l'affaire Seznec est toujours là, qu'on plaide, si j'ose dire, comme Anne-Sophie Martin pour peut-être cette nouvelle… On va revenir sur cette histoire de grand secret, bon, on pense ce qu'on veut, ou je peux me permettre un petit réquisitoire bien senti, que j'ai senti en lisant votre livre.

En tout cas, on continue à en parler….

Je rappelle "L'impossible innocence. Histoire de l'affaire Seznec" paraît chez Tallandier, le 26 septembre."

………………..

Là, c'est rien de dire que tu la sens la grande différence entre un historien, connu sur la place, qui travaille sur l'affaire Seznec depuis longtemps et qui a fait de nombreuses recherches...

Et une journaliste de télévision désoeuvrée qui a sauté sur l'occase des fouilles de Morlaix pour se faire du pognon.

A vous de choisir.

Je dis.

Liliane Langellier

 

 

P.S. Merci à toutes et à tous pour les 55.000 visiteurs dépassés hier.🙏🙏🙏

 

Mon projet de dépêche A.F.P. envoyé par mail (donc, j'en ai la preuve) à Jean-Yves et Gabriel Seznec le 26 Mars 2018 :

 

DEPECHE AFP JEAN-YVES ET GABRIEL SEZNEC

Suite à la mort de notre maman, Madame Claudie Neyret-Seznec, nous avons décidé de rendre publique la version de l’affaire Seznec que notre père, Petit Guillaume, fils aîné de Guillaume Seznec,  nous a toujours racontée.

Notre grand père Guillaume n’a pas tué Pierre Quémeneur.

Mais c’est notre grand-mère, Marie Jeanne, qui, suite à des gestes déplacés de Pierre Quémeneur, s’est rebellée.

Elle a eu un geste brusque.

Quémeneur a reculé

Il n’a pas vu la petite marche entre les deux pièces.

Il a été déséquilibré et est tombé sur le bras d’un gros fauteuil breton.

Il s’y est fracassé le crâne.

Cela se déroulait le dimanche 20 mai 1923.

A Traon ar Velin.

Morlaix.

Quand Guillaume Seznec est rentré.

Il a du faire face au corps du disparu et aux risques de perdre l’argent qu’il avait avancé pour l’acquisition de la maison de Plourivo.

Ils ont donc décidé d’aller ensevelir le corps du conseiller général loin de Morlaix.

A partir de ce moment-là, notre grand père a menti pour inventer une histoire plausible qui se serait déroulée dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 mai 1923.

Ce qui a donné lieu à « l’affaire Seznec ».

Plus amples renseignements seront donnés dans les jours qui suivent.

 

 Jean-Yves Seznec                                                                                       Gabriel Seznec

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article