Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Conférence. Denis Seznec était au Gros Chêne à Pontivy.

Si tu es obligé de parler, dis la vérité ; car l'équivoque mène au mensonge, comme le mensonge mène à l'enfer.
William Penn ; Les fruits de l'amour d'un père (1790)

Je trouve, à l'instant même, l'article de Christiane Guarch sur Le Télégramme d'hier...

Je vous le reproduis tel quel et juste après je réponds aux allégations de Petit Fils Premier pendant cette conférence....

...................

Vendredi soir, à l’amphithéâtre du lycée « Le gros Chêne », Denis Seznec est venu donner une conférence pour laquelle le public était nombreux. Durant plus de trois heures, le petit-fils de l’ancien bagnard, Guillaume Seznec, a parlé de la vie au bagne, et bien entendu de ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Seznec », d’abord appelée « Affaire Quémeneur ».

Avant de démarrer la conférence, il a indiqué que, la veille au soir, il était présent à Lorient, dans le cadre de la nuit du droit, où a eu lieu une reconstitution du procès de son grand-père. Pour le public présent et invité à se prononcer, Guillaume Seznec était innocent. Notons, soulignait Denis Seznec, que ce procès qui, à l’origine, a duré 10 jours, a été refait en 2 h. Et d’ajouter, que, près d’un siècle plus tard, l’affaire de ce crime sans cadavre, passionne toujours l’opinion publique.

 

La vie au bagne

Illustrant ses propos d’images très fortes du bagne de Guyane, Denis Seznec, disait encore : « Il faut savoir, qu’on envoyait facilement quelqu’un au bagne. Ainsi, un vol de brouettes était passible de cinq années.

 

Là-bas, il n’y avait pas d’évasion possible, on y mourait. Ceux qui avaient une chance de revenir étaient rares. Mon grand-père en est revenu. À son retour, il a témoigné de ce qui s’y passait. Toutefois, il était complètement perdu, désorienté, il avait même peur de traverser la rue.

Et puis, un peu fataliste, il dit  encore : Après moi, il n’y aura plus personne pour parler de mon grand-père, plus personne pour le réhabiliter. Cette affaire a brisé ma famille et j’en ai fait le combat de toute une vie. Tout ça, parce que mon grand-père, s’est trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment.

 

Puis ce fut le temps des questions : Pourquoi, l’Évêque de Quimper avait-il demandé à la famille de se taire ? Qui, en Normandie, était ce tueur de prêtre, porteur de la carte d’identité de Quemeneur ? Quemeneur faisait de la politique, est-ce que c’est lié à l’affaire ? Qui était derrière tout ça ?

 

Enfin, Christophe Janiczak, professeur d’histoire, est intervenu pour donner son sentiment sur l’affaire et sur l’éventuelle disparition de Quéméneur au Canada, tout en faisant un comparatif avec l’affaire Cadiou, qui s’est déroulée juste avant la grande guerre et qui présente des similitudes avec celle de Guillaume Seznec.

 

.........................

 

Interview Denis Seznec dans Ouest-France, lire :

Mon grand-père sera réhabilité un jour

........................

Toujours les mêmes erreurs...

1. Denis Le Her Seznec venait d'avoir 6 ans quand son grand-père est mort (26 décembre 1946/13 Février 1954) et non pas 8 ans !

2. Le grand père Seznec n'a jamais été gracié par De Gaulle...

Lire sur ce sujet mon papier sur le blog La Piste de Lormaye...

"... Il n'est pas une intervention publique de l'auteur sans qu'il soit question de la grâce de De Gaulle, cependant, il s'agit bien d'une remise de peine collective accordée par Félix Gouin en février 1946, Charles de Gaulle ayant démissionné quelques semaines plus tôt - le décret était-il dans les tuyaux ? probable - On est, à cette date, dans le cadre de la fermeture effective du bagne de Guyane, en conséquence les remises de peine sont courantes et conduisent à des rapatriements en nombre."

3. La révision du procès Seznec n'a jamais été retoquée par la Cour de révision à 1 voix près....

"La révision du procès de Guillaume Seznec ne s'est pas jouée à quelques voix près. Selon nos informations, sur les trente conseillers de la Cour de révision, 25 se sont prononcés pour le rejet de la demande."

Lire sur Le Télégramme.

4. Pour le bagne et l'évasion de Seznec avec le docteur Bougrat

Lire Michel Pierre, historien du bagne, dans L'Histoire de Septembre 2001 :

"Ainsi, en affirmant que Guillaume Seznec aurait été un moment compagnon d’évasion du docteur Bougrat, héros d’une des affaires les plus célèbres des années 1930. Ce dernier, ensuite réfugié au Venezuela, en aurait certainement fait mention dans les entretiens qu’il a accordés de son vivant et les archives en conserveraient également la trace."

5. Et on trempe toujours dans l'affectif pleurnichard : 

"Guillaume était le parrain de Denis, baptisé à l’âge de six mois, au retour du bagne du grand-père. « Je l’appelais Pépé, il m’appelait Nini, se souvient le petit-fils. Il est décédé alors que je venais de fêter mes huit ans. Mais on m’a caché sa mort jusqu’à l’âge de 12 ans :  J’étais en colère… J’ai donné un coup de poing à ma mère et j’ai cassé tous mes petits soldats en plastique…" 

6. « J’aimerais voir la réhabilitation de mon grand-père gravée dans le marbre. »

 

Si la version de Petit Guillaume, relayée par son neveu Bernard Le Her et par ses fils Jean-Yves et Gabriel Seznec, est vraie (ce que j'ai furieusement tendance à penser...)

Si Guillaume Seznec n'est pas coupable de ce crime, car il s'agirait d'un accident....

En ne le relatant pas aux autorités policières la mort de Pierre Quémeneur chez lui,  il s'est rendu coupable de :

- faux témoignages,

- dissimulation de preuves,

- recel et dissimulation de cadavre,

- entrave à la justice...

Sans compter la confection des faux pour les promesses de vente.

 

Alors, le marbre, hein, c'est pas pour tout de suite !

 

Liliane Langellier

 

 

P.S. Cet article est le 180ème article sur ce blog...

Qui totalise, à ce jour 15 octobre, 45.389 visiteurs uniques (*)...

Pour 107.185 pages vues.

 

(*) Visiteur unique signifie qu'un seul de vos passages est comptabilisé par jour.

Capisce ?

 

 

P.S. 2 Pour l'affaire Cadiou, lire mon article du 10 juillet 2013 :

Le crime de la Grande-Palud sur mon blog La Piste de Lormaye.

 

P.S.3 Monsieur Janiczak...

Je vous ai bloqué partout où vous avez tenté de me harceler : Facebook, Messenger, Overblog, Orange...

Economisez donc vos forces et créez votre propre blog.

 

Photo CHRISTIANE GUARCH.

Photo CHRISTIANE GUARCH.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Et pourquoi ne pas retrourner la question et inverser les rôles ?:
Et si Guillaume Seznec avait été victime d'une machination étendue sur deux générations ?

Le scénario possible (c'est aussi la thèse de Jean-Pierre du blog "Affaire Seznec" que je cite:) :

"- Au départ il s’agit d’une banale escroquerie que Quéméneur aurait montée (avec la complicité de son beau-frère) pour s’approprier les dollars-or que Seznec possède. 

- Sil devient l’ami de Seznec c’est uniquement dans ce but. 

- Les promesses de vente que Quéméneur a fait préparer et qu’il présente à la signature de Seznec sont déjà des faux (entendez par là que les mentions manuscrites et la signature de Quéméneur ne sont pas de lui mais du complice qui les a décalquées). 

- Le trafic des cadillac vers la Russie n’est qu’un prétexte trouvé par Quéméneur pour appâter Seznec et l’entraîner dans le voyage à Paris au cours duquel il s’éclipsera. 

- C’est un complice grimé à la ressemblance de Seznec qui se montrera (ostensiblement) au Havre le 13 juin. 

- La machine à écrire achetée chez Chénouard n’est pas celle avec laquelle les promesses ont été tapées (le vendeur avait donné un numéro différent de celle qu’on retrouvera chez Seznec) elle disparaîtra une fois son rôle rempli. 

- Par contre c’est bien la machine avec laquelle les promesses ont été tapées que l’on trouvera le 6 juillet dans la chaufferie. 

- La valise de Quéméneur a été placée dans la salle d’attente de la gare du Havre pour d’une part, accréditer sa disparition tragique et d’autre part, pour mettre en évidence la promesse de vente (qui comporte la signature authentique de Seznec et le modèle (l’acte Le Verge) sur la quelle les mentions manuscrites de Quémeneur ont été décalquées."

"Si Seznec n’est pas coupable, il y a forcément machination et donc complicité. De Quémeneur et Pouliquen, cela me paraît évident et de quelques comparses, Alphonse Kerné, vraisemblablement, plus celui qui se fera passer pour Seznec au Havre les 13 et 20 juin et qui devra avoir approximativement la même morphologie. Pour ce rôle il y a deux candidats : le cousin Jules Jestin et Louis Bourgeois dit Nenoeil (il se seraient tous deux suicidés en 1924). Le but : s’approprier les dollars-or. "

"l’intention de Quémeneur était bien de s’approprier les dollars de Seznec et d’émigrer, mais sans pour autant vouloir le faire accuser de sa disparition, ce qui n’était d’ailleurs pas nécessaire. Par contre, il était de l’intérêt des héritiers, s’ils savaient que Quémeneur ne reviendrait pas, de le faire considérer comme mort. Quémeneur ignorait peut-être que son beau-frère utiliserait les fausses promesses de vente et la machine à écrire pour faire accuser Seznec de meurtre. Peut-être aussi, cela n’était-il pas envisagé au départ et que des événements fortuits (le meurtre de Quémeneur par exemple) ont conduit Pouliquen à exploiter la situation ?"

"Pouliquen a voulu faire condamner à mort Seznec, c’était indispensable. Il n’y est pas parvenu tout à fait, c’est un demi-échec. S’il avait réussi il n’y aurait plus actuellement d’affaire Seznec. La complicité de Quémeneur et Pouliquen se limitait peut-être à la confection des fausses promesses de vente de Traou-Nez, ce qui permettait à Quémeneur d’obtenir immédiatement les dollars et lui laissait la possibilité, au cas ou son émigration serait un échec, de revenir et de récupérer son bien en faisant accuser Seznec de faux en écritures."
Répondre
L
Monsieur Janiczak...
J'ai une solution...
Plutôt que d'encombrer mon blog des longues pages de vos commentaires, pourquoi ne pas ouvrir votre propre blog ?
L
Monsieur Janiczak...
J'accepte de publier ce matin votre trop long délire...
Mais c'est bien la dernière fois.