Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Le voyage au Havre

Le doute est un pas hors de l'ignorance.
Joseph Servan (Extrait d'un portefeuille)

Je n'avais rien prévu d'écrire aujourd'hui...

Car c'est mon anniversaire...

Mais...

Chaque fois que je communique avec Jean-Yves Seznec...

Me vient une nouvelle question...

Qui donne lieu à d'autres réflexions.

Nous venons juste d'aborder le voyage au Havre.

"Le Havre, il n'y est pas allé !" me dit-il.

Oui, mais...

Le télégramme envoyé de la poste du Havre, on en fait quoi ?

La machine à écrire rapportée à Plouaret, on en fait quoi ?

La valise de Pierre Quémeneur retrouvée à la gare du Havre, on en fait quoi ?

Car...

Sans télégramme, sans machine à écrire et sans valise......

L'affaire Quémeneur est une simple disparition.

Pas un assassinat.

Il a donc bien fallu que le grand père Seznec s'organise pour que cette foutue valise soit retrouvée au Havre.

Loin de Morlaix.

Deux possibilités :

 

1/ Soit il a délégué à Kerné 

Et oui, s'il avait délégué ?

Et si c'est à ce moment précis que serait entré en scène Kerné ?

Mais oui, souvenez-vous : Alphonse Kerné.

Qui correspond pile poil à la description de l'homme qui a été vu la dernière fois en possession de cette valise...

Alphonse Kerné...

Lire :

Alphonse Kerné, l'âme damnée de l'affaire Seznec

 

"Selon l’ancien juge Hervé, Alphonse Querné est l’homme qui a signé le faux télégramme, qui a abandonné la valise de Quéméneur au Havre : « C’est un individu taré, vicieux, capable de tout affirment tous ceux qui l’ont connu, que l’on retrouve au Havre, lors de l’abandon de la valise de Pierre Quéméneur ». (La Province, 3 juin 1931). Ce serait encore lui qui voyage le 20 juin entre Paris et Landerneau, grimé de fausses cicatrices pour faire croire qu’il s’agit de Seznec. Le témoin qui a vu cet homme grimé, Mme Lamarque de Brest, ne sera jamais entendu."

in Bernez Rouz en page 135.

 

"Arrivé au Havre ce matin (ndlr 4 juillet) vers 11 heures, après une dure journée passée dans les bois et sur la route de Houdan. M.Vidal, décidément infatigable, commença son enquête dès sa descente du train. MM. Jaubourg, chef de la Sûreté havraise, et Bauchamp, sous-chef, et l'inspecteur Royère de la Sûreté, l'accompagnèrent."

Le Journal du 5 juillet 1923

 

2/ Soit c'est une machination policière

Ainsi, Achille Vidal, qui s'est déplacé lui-même sur place, aurait "un peu aidé" les témoins à reconnaître Seznec...

Souvenez-vous...

Lire :

Le 20 juin 1923 à la gare du Havre

 

Oui, notre Vidal aurait surtout aidé les témoins de l'achat de la foutue machine à écrire.

Donc...

On aurait en faux témoignages de la journée du 13 juin 1923 :  

Pour l'avoir vu. Pour lui avoir parlé : Georges de Hainault et Georges Le Grand pour l'aller en train et le magasin.

Chenouard, Héranval, Feuilloley, dans la boutique.

Et Le Coz, Brûlard et Gadois pour le retour.

Que des gens qui ne l'avaient jamais vu auparavant. Et qui le reconnaissent sur une photo présentée par des policiers.

Oui, souvenez-vous...

Notre ami Chenouard est en délicatesse avec le fisc....

Et là, surprise surprise, je vais reprendre Catherine Clausse.

Elle a fait de vraies recherches mais elle en tire de mauvaises conclusions.

 

"L'honorable Joseph Chenouard, tout comme les autres, n'a servi que pour le procès !!!

Le 5 juillet 1923 il était non pas en procédure contre un de ses employés, comme il l'a prétendu, mais avait une lourde dette envers un fournisseur. A ce moment où il dit avoir eu un entretien avec un juge, ce n'est certainement pas pour l'affaire Seznec. Jugé par le Tribunal de Commerce du Havre, il était en liquidation judiciaire.

Mais son commerce restera cependant quelques mois en sursis, très probablement jusque pour le procès, car pour être témoin, il ne faut avoir subi aucune condamnation. La sienne était en attente...

Mais sa dette fut, en majeure partie, réglée, comme par magie...

Monsieur Joseph Chenouard dira adieu à son commerce au Havre le 7 novembre 1924, soit 3 jours après la condamnation de Guillaume Seznec...

Quel rapport avec l'affaire Seznec nous direz-vous ?

Mais le fichier des condamnations qui est en relation directe avec la Sûreté. Ils s'en servent pour trouver des indics, des témoins de dernière heure, et des coupables aussi. Guillaume Seznec devait être lui aussi fiché parce qu'ayant subi des petites condamnations. 

Intéressant, non ?

On retrouve donc notre marchand de machines à écrire du Havre dans le 18ème arrondissement à Paris, 4 ans après le procès de Quimper....

Ses amis : un garagiste non loin de chez Gherdi et un pharmacien réputé...

Il finira sa vie dans un asile psychiatrique.

Comme quoi le mensonge peut rendre fou."

 

Joseph Chenouard est né à Nantes le 5 janvier 1896.

Il a fait son service - Classe 1916 - à Paris 12ème sous le Registre Matricule 2377.

(ndlr non consultable pour l'instant)

Son frère, Elie, habitait 6 Cours de Vincennes,Paris 12ème.

Il témoignera au procès Seznec à Quimper le jeudi 30 octobre 1924 avec 84 autres témoins du Havre.

"Le président s'est tourné vers Chenouard.

- Moi, a dit Chenouard, je l'ai reconnu d'abord sur une photo parue dans le journal. Il avait un chapeau et fumait une cigarette. J'en ai parlé au juge d'instruction. Il m'a conseillé d'aller tout de suite à la police.

- Ce n'est donc pas la police qui a suscité votre témoignage ?

- Non, c'est moi qui suis allé trouver les policiers. Ce n'est que plus tard qu'ils m'ont montré la photo anthropométrique." in Langlois.

La photo de Guillaume Seznec

dans L'Excelsior du 1er juillet 1923

 

Joseph Chenouard  se marie le 5 avril 1928 à Paris 18ème avec Adèle Ollivier, une femme divorcée de 9 ans son aînée, gérante commerciale. 

Il habite alors à Paris 18ème, 10, rue Stephenson (Quartier de la Goutte-d'Or).

Ses témoins de mariage sont : Léon Comar, pharmacien et Jean Cordier, garagiste.

Et la promise, elle, est domiciliée à Clamart, 26, rue Condorcet.

Il est décédé à Paris 16ème le 5 février 1962.

 

Souvenez-vous aussi de ce que nous a écrit sur son blog SaintOp/Kadiyak/Seznek :

"Arrêtons-nous un instant sur cette visite de Chenouard à Joly. On nous dit que Chenouard, était en procédure avec un (ancien) employé commercial. A ce jour, rien de plus sur le sujet, strictement aucune précision d'où... le doute. Au point que je mets au défi quiconque d'apporter des éclaircissements sur la question. L'argument évoqué par Chenouard ne tient pas, des recherches effectuées aux Archives Départementales de Rouen se sont révélées vaines. Quelques semaines après l'entretien Chenouard/Joly, le tribunal de commerce du Havre accède à la demande de Chenouard de convertir son dépôt de bilan en liquidation judiciaire. Or, si litige il y avait, et surtout procédure engagée, le dossier de liquidation judiciaire comporterait obligatoirement des pièces s'y rapportant. En l'absence de tout témoignage, de tout élément concret, on peut légitimement penser que cette histoire de litige ne tient pas la route et que Chenouard se déplace chez le juge Joly pour un tout autre motif que celui invoqué. 

Alors, vous me direz, quel lien avec le juge Halléguen, voilà plus de dix ans qu'il a quitté les lieux ? Certes, mais la magistrature est une grande maison qui oeuvre derrière des portes capitonnées et qui a un esprit de corps non démenti à ce jour. Soit Guillaume Seznec s'est déplacé au Havre, soit il s'agit d'un savant montage pour le piéger. La visite de Chenouard chez Joly, sur la base d'un motif inexistant, sème le doute, d'autant qu'il semble plus naturel de s'entretenir de la chose avec un enquêteur ou un commissaire. Le doute nourrit l'imagination et peut conduire à de nouvelles hypothèses. Ainsi, qu'aurait-on dit si Chenouard s'était trompé de porte et s'était adressé au voisin du juge Joly, le juge Jan de la Houssay, ancien président du tribunal de Châteaulin (de 1903 à 1923 - juge au Havre en 1913 en même temps qu'Halléguen (et témoin de son mariage) ?...

Nota Bene : Je tiens à disposition le dossier de liquidation Chenouard en pdf.

Et encore :

"Nous l'avons vu, Binet (ndlr le juge) et Guilmard (ndlr le procureur) ont quelques années professionnelles communes. Il est un autre point qui les lie et qui n'est pas sans intérêt, car il nous ramène... au Havre.

Guilmard y passe quelques années de retraire et y décède.

Pourquoi Le Havre ? 

Pour se rapprocher de sa fille qui y habite et qui partage sa vie avec son tendre époux : le fils Binet. Le couple est installé au Havre, le fils du juge Binet occupant un poste dans le négoce de coton.

En conclusion, si Seznec, comme il l'assure, n'a jamais mis les pieds au Havre, il y a bien des gens à Brest, à même de lui organiser le voyage."

 

Thierry Lefebvre ajoute sur Justice Affaires Criminelles :

"Autre bizarrerie, l'un des fils du juge Binet, André Marie Binet, était en décembre 1921 courtier, domicilié au 21 rue Jules Ancel au Havre... à 700 mètres de la boutique Chenouard et 850 mètres de la Balkan Express d'Azzopardi.

En 1936, au décès de son père, il est qualifié d'industriel au Havre."

 

Pour l'influence de la police sur les témoins, lire sur ce blog :

Et les témoins dans tout ça ?

.....................

Alors....

C'est l'un ou c'est l'autre...

Je penche personnellement pour la seconde hypothèse.

1er juillet 1947...........

"Deux remorqueurs prennent en charge le paquebot pour le guider à travers les bassins et les écluses. De chaque côté, des hangars effondrés, des quais défoncés, des ferrailles tordues. Les traces de la guerre.

- Vous devez penser que Le Havre a bien changé ? lui glisse un journaliste.

Seznec flaire le piège.

- Je ne sais pas, je n'y ai jamais mis les pieds." (Langlois page 138)

A suivre...

Liliane Langellier

 

 

P.S.  Aujourd'hui  18 août 2018 : 8 ans qu'existe le blog La Piste de Lormaye.

Lors des récentes fouilles, le 25 février dernier, il est monté jusqu'à 3.836 visiteurs.

Au total 89.130 visiteurs pour 225.019 pages vues.

269 articles écrits (et 176 articles sur Seznec Investigation = 445 articles au compteur).

Qui dit mieux ?

 

 

P.S. 2 Sur la fiche Affaire Seznec de Wikipedia, la bande à Vilain continue ses méfaits.

En ne signalant, pour les révélations des petits-fils, que les articles du Télégramme.

Comme si ce pauvre Hervé Chambonnière, après avoir été la risée de tous les médias avec ses "fouilles en direct" sur Twitter, était un spécialiste de l'affaire....

Quelle bande de minables frustrés....

 

La gare du Havre

La gare du Havre

Joseph Chenouard. Acte de Naissance avec mentions mariage et décès.

Joseph Chenouard. Acte de Naissance avec mentions mariage et décès.

Classe 1916. Paris 12ème. Joseph Chenouard. R.M. 2377.

Classe 1916. Paris 12ème. Joseph Chenouard. R.M. 2377.

Joseph Chenouard. Mariage. Paris 18ème. 5 avril 1928.

Joseph Chenouard. Mariage. Paris 18ème. 5 avril 1928.

Chenouard. Liquidation du 7 novembre 1924.

Chenouard. Liquidation du 7 novembre 1924.

Chenouard. Liquidation judiciaire.

Chenouard. Liquidation judiciaire.

Chenouard. Liquidation.

Chenouard. Liquidation.

Chenouard. Liquidation judiciaire. Passif.

Chenouard. Liquidation judiciaire. Passif.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article