Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec : Qu'est devenue la Cadillac de Guillaume ?

Le champignon le plus vénéneux, c'est celui qu'on trouve dans les voitures.
Coluche

Jean-Yves Seznec vient juste de me poser la question.

Je vais donc essayer de lui répondre le plus clairement possible.

La Cadillac a été officiellement saisie le 30 juin 1923. 

C'est chez Bernez Rouz...

La note 144 en bas de page qui nous informe :

« Lors de la saisie de la Cadillac, le 30 juin, le commissaire Cunat (ndlr Jean-Baptiste Cunat de la Police Mobile de Rennes) note que l’automobile avait été maquillée. Le numéro d’immatriculation a été gratté sur la plaque arrière, laquelle a été ensuite repeinte en noir. Le numéro effacé est 3579LH. Les numéros ne concordent pas, signale-t-il. »

Vous pouvez lire sur mon blog "La Piste de Lormaye" :

"Guest Star" La Cadillac

Et si vous écrivez "Cadillac" dans les "recherches" de La Piste de Lormaye,

vous trouverez 6 articles consacrés à la question.

Après son périple (? Lequel ?)...

Dès le mardi (ndlr le 29 mai 1923) Guillaume Seznec fait réparer la Cadillac par Pierre Lucas, mécanicien à Morlaix, qui témoigne de l'état de délabrement du véhicule :

"Elle était en mauvais état, les bielles étaient à refondre, les caoutchoucs étaient en mauvais état." 

On retrouve Lucas sous forme de salaires versés dans la liquidation judiciaire Seznec du 12 décembre 1924 :.

 

Qu'est-ce que Guillaume a bien pu faire de sa Torpédo pendant un mois, du Mardi 29 mai au samedi 30 juin 1923 ?

Dans la Dépêche de Brest du 29 juin 1923 :

"Et Mme Seznec nous présente la Cadillac qui fait aujourd'hui l'objet de tant de conversations. On répare en ce moment ses multiples avaries : coussinets fondus, etc. Comme elle a roulé à plat, depuis Le Ponthou jusqu'à Morlaix, la jante droite avant est complètement usée."

Et puis le témoignage de l'ouvrier Paul Baron dans Ouest-Eclair du 2 septembre 1923 :

"Dans l'après-midi, Seznec s'étant levé, vint au chantier, se rendit immédiatement près de la voiture, la fit remonter sur le terre-plein et la mit au garage. Dans ce dernier local, M. Baron aida à installer un palan pour soulever l'automobile. Seznec, avec l'aide de son chauffeur, se mit à démonter toute la voiture, capote comprise et à la nettoyer."

Et dans Le Petit Journal du 2 septembre 1923 :

"(...) Le 28 mai en arrivant au travail, il (ndlr Paul Baron) il a vu l'automobile de Seznec, qui était rentrée dans la nuit du 27 au 28 mai, garée près de la chaufferie, endroit où elle ne se trouvait pas habituellement. La capote était fermée.

Quand Seznec arriva, il se mit à démonter entièrement son automobile et à la nettoyer."

in Ouest-Eclair du 17 mai 1928 :

" (ndlr Le journaliste à la voisine) - Vous aviez remarqué quelques jours auparavant, la camionnette de Seznec, couverte de boue, entrant à la scierie. On l'avait immédiatement remisée au garage dont la porte fut aussitôt close..."

Dans la déposition de Yves Le Saout du 20 novembre 1998 :

"- à une dame de mon âge Madame POSTIC, née Yvonne LE NEN, que j'ai toujours connue mais avec laquelle je n'avais jamais parlé de l'affaire, je lui posais une question : crois-tu que SEZNEC était coupable ? Réponse spontanée : oh oui alors, QUEMENEUR a fini dans la chaudière ! ajoutant : je vais te dire quelque chose : quand j'étais fillette, je m'amusais souvent avec Jeanne SEZNEC et un jour que nous étions dans la voiture de son père, ce dernier est venu nous trouver (il était furieux) en disant : que faites-vous là, allez jouer ailleurs. En sortant de la voiture je lui ai dit en lui montrant du doigt un endroit à l'intérieur  il y a du sang là, et SEZNEC de répondre : oui je sais, je me suis coupé, mais ce n'est rien. Allez jouer ailleurs."

Lire toute la déposition de Le Saout sur mon article de décembre 2013 : "La piste de la chaudière".

Tout ça, ça fait partie de la légende dorée de l'affaire Seznec.

Avec la vengeance des langues de putes de voisins morlaisiens qui ne pouvaient pas blairer les Seznec.

Après l'arrestation de Seznec, la Cadillac a été expertisée au garage Huitric de Morlaix.

 

Huitric que vous pouvez aussi retrouver dans les créanciers de Guillaume Seznec.

 

Profitez-en pour faire un tour sur le blog de Jean Le Mécanicien de Morlaix.

Pour la suite...

C’est Denis Seznec qui nous annonce lui-même sa triste fin en page 570 de son ouvrage :

« Bref, la voiture sera vendue à l’enchère ainsi que les autres. »

Cette voiture, d'après les petits-fils, fonctionnait bien.

Et les nombreuses pannes étaient du pipeau.

Comme le témoigne Jules Verlingue, dans sa déposition du 16 janvier 1924 :

"Il (ndlr Pierre Quémeneur) m'offrit en vente une voiture Cadillac. Elle allait à une grande vitesse et avait fait le voyage de Paris en très peu de temps en compagnie d'un type de Morlaix. Cette auto se trouvait à Landerneau."

in Rouz en page 51.

Entre les fantasmes des voisins et les bobards de Seznec... 

Difficile d'y retrouver ses petits, hein ?

Liliane Langellier

P.S. Merci à toutes et à tous pour les 6.737 visiteurs...

Sur ce blog "Seznec Investigation".

Et les 15.609 pages vues depuis les 15 premiers jours de mai 💪💋💪💋💪💋

 

Et 4.442 visiteurs sur "La Piste de Lormaye" depuis le 1er mai.

Soit : 11.178 visiteurs dans les 15 premiers jours de mai.

La Cadillac de Seznec.

La Cadillac de Seznec.

Inventaire Liquidation Seznec 1.

Inventaire Liquidation Seznec 1.

Inventaire Liquidation Seznec 2.

Inventaire Liquidation Seznec 2.

Inventaire Liquidation Seznec 3.

Inventaire Liquidation Seznec 3.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour, chère Liliane.<br /> <br /> Très graves et malfaisants, en effet. Je ne sais pas ce qui peut se passer dans le cerveau d'une personne qui invente ces calomnies. C'est vraiment très petit.<br /> <br /> Je vous réitère mon soutien total et sincère.
Répondre
L
Merci Marc...<br /> C'est très courageux à vous de m'apporter quotidiennement votre soutien.
M
Et j'ai rêvé ou j'ai lu qu'elle était exposée au procès ?
Répondre
M
Bonjour, Liliane. Comme vous le disiez dans votre article de 2012, la Cadillac s'est retrouvée au garage Huitric. En septembre 1923, elle y était toujours recouverte d'une bâche et sous scellés. Elle est rentrée sale du voyage (ou des voyages, selon les versions) et était toujours sale au moment de la saisie.<br /> <br /> Selon les témoignages qui me semblent les plus fiables, elle est restée garée à l'extérieur le 28 mai, le garage étant encombré. Samson et Seznec l'ont rentrée dans le garage le lendemain, mais ils n'ont pas commencé les travaux dessus immédiatement. Ce n'est que plusieurs jours plus tard, ou beaucoup plus tard qu'ils s'y sont mis, car quand elle a été saisie, ils n'avaient pas fini.<br /> <br /> Seznec voulait changer la carrosserie. Je me demande bien pourquoi. Il n'y avait qu'un petit enfoncement sur la garde-boue. Le moteur cogne donc on change la carrosserie ?
Répondre
M
Chère Liliane, Cher Marc,<br /> <br /> Je crois que le témoignage de M. Baron était peu clair et a sans doute été mal retranscrit.<br /> Celui de Samson, le lendemain, met les choses au point.<br /> <br /> Tout d'abord, la localisation de la Cadillac, à une place inhabituelle.M. Baron se trompe, cela fait des mois que la Cadillac n'est plus là, elle est gagée. Le garage est plein (c'est en fait un hangar). Pour la rentrer, le lendemain, il faudra sortir deux voitures.<br /> <br /> La carrosserie : le 28, il y a une carrosserie prête, ce n'est pas une carrosserie de Cadillac, sans doute pour une autre voiture.<br /> <br /> Quand M. Baron parle de démonter toute la voiture, il dit exactement "démonter toute la voiture, capote comprise". La capote n'est pas la partie la plus difficile à démonter ! elle fut effectivement enlevée, le reste de la carrosserie était en place. Voici ce qui a été démonté, dixit Samson :<br /> <br /> "Ce n'est que quelques jours après qu'on installa un palan pour démonter une bielle dont le coussinet était fendu. Le travail dura une huitaine de jours, il n'était pas encore terminé lorsque la police vint prendre cette pièce pour conduire la voiture au garage Huitric. Le palan ne fut donc pas installé le 28 mai et lorsqu'il le fut, M. Baron ne prêta pas son concours. <br /> <br /> Ouest Eclair du 3 septembre.
M
Bonne soirée à vous aussi, chère Liliane. Je sais que rassembler toutes ces informations et faire des recoupements prend un temps fou (surtout que les témoignages se contredisent souvent). Bon courage.
L
Je n'ai toujours pas terminé, Marc.<br /> Bonne soirée.
M
Pardon, Liliane. Je pensais que vous nous renvoyiez principalement à votre article de 2012. Je vais donc lire la nouvelle version.
L
Marc, je n'ai même pas terminé mon article...<br /> Laissez-moi le temps d'écrire...