Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Les dates ? Mais quelles dates ?

Beaucoup d'hommes naissent aveugles et ils ne s'en aperçoivent que le jour où une bonne vérité leur crève les yeux.
Jean Cocteau

Je relisais tristement ce matin le blog Seznek qui a consacré ses 6 derniers articles à me descendre purement et simplement...

Six articles !

Mais c'est trop d'honneur, votre honneur !

Faut croire qu'il n'a rien d'autre à dire sur l'affaire Seznec ?

Mais, lui, il nous dit être ravi que Langlois ait enfin publié les révélations de Petit Guillaume à Bernard Le Her sur son site...

Mais, moi, je n'ai pas du tout le droit de l'ouvrir... 

Pour raconter ce que m'ont confié les fils de Petit Guillaume !

Et oui...

"La vieillesse est un naufrage" disait le Général de Gaulle en parlant de Pétain dans ses  Mémoires de guerre, tome I, L’Appel, 1940-1942 (1954).

Pour radio beaufs, je suis une une folle...

J'ai rêvé purement et simplement les nombreux appels téléphoniques de Jean-Yves Seznec...

Et les nombreux SMS de Gabriel Seznec.

Et, rappel toujours galant, parce que la galanterie et le monde de la beauferie...

J'ai 70 ans...

 

Pour Skeptikos, après avoir crié aux loups, dans son billet

"retour mouvementé" 

"Bonjour Madame Langelier

 

Hier, je débarque de l'avion

 

Et vlan, j'allume mon ordi

 

Et vlan, je lis ce que vous nous dites depuis lundi

 

Et vlan, pour moi qui rapportais dans mes bagages quelques petites histoires à ma façon, sur ma vision des choses,

 

Il nous faudrait tout repenser ?

Il nous faudrait adopter une autre chronologie ?

Il nous faudrait gommer tous ces témoins depuis le 20 mai ? Ou dire qu'ils se sont trompés dans les dates ?

 

(.......................................................................)

 

la foule se sort de sa torpeur.

 

Et vlan, vous nous donnez nouvelle pâture.

 

Mais pour moi, cette nouvelle pâture ne me va pas.

 

Elle ne mène à rien."

 

Il s'est empressé (et c'est rien de le dire) de reprendre exactement la même version que moi !

Pour Marc du Ryez, une femme ne peut pas avoir raison.

D'où d'interminables et soûlantes discussions sur le vrai prénom de Guillaume, ou sur l'heure exacte de la levée du jour à Morlaix le lundi 28 mai 1923.

Pour la première question, alors que je suis la seule à avoir copie de l'acte de naissance de Guillaume Seznec dans les registres de Plomodiern, il a fallu que je demande l'intervention d'un autre homme, à savoir Thierry Lefebvre, pour apporter du crédit à mes dires..

Pour l'heure du lever du jour, comme je n'en pouvais plus, moi, j'ai fait simple, et j'ai demandé à un Morlaisien de le guetter lundi prochain 28 mai ce foutu lever du jour (si, si...)

 

Pour l'avocat Langlois, après avoir écrit qu'il avait eu les mêmes confidences des petits-fils que moi...

Il s'est calmé.

Ben oui, hein, 64 pages de retranscription d'une conversation téléphonique du lundi 26 mars...

Sans compter ce que j'ai encore en stock...

L'avocat Langlois, il est prudent.

Parce que, lui, il a bien fallu le croire alors qu'il avait paumé la bande magnétique de l'enregistrement de Petit Guillaume...

Ce qui n'est pas mon cas.

M'enfin, avec les téléphones portables de nos jours...

Ce matin...

Je pense à la tirade des "Non merci" de Cyrano (Edmond Rostand) :

"Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !"

 

 

Voilà, voilà...

Et oui, quel joli monde de machos dans cette affaire Seznec !

Et puis, pourquoi m'ont-ils choisi, moi, pour leurs révélations, les petits-fils, hein  ?

Mais parce que moi, je ne suis pas un robot désincarné, et que je sais aller au-delà du petit morceau de papier plié en 4 pour les recherches aux archives... 

...Oui, je suis humaine, terriblement humaine.

Et sensible, terriblement sensible.

Et que, surtout, dès le printemps 2015, je me suis souciée d'eux et de leur ressenti...

Oui, oui, après que Denis Langlois m'ait envoyée, en mars 2015, pour avoir la paix, faire mu-muse sur la piste de Lencloître et sur Madame Bataille, j'ai joint Claudie Neyret et Gabriel Seznec.

Parce que je me demandais tout simplement ce que ça pouvait faire d'avoir un beau-père et un grand-père condamné à tort au bagne.

Denis Langlois, lui, s'est contenté d'envoyer un exemplaire de son ouvrage terminé (et dédicacé, quand même, hein !) à l'aîné des enfants de Petit Guillaume : Jean-Yves.

Mais, il paraît que c'est normal car je crois bien avoir lu quelque part qu'il ne faut pas, dans ce genre d'affaires, prêter trop d'attention à la famille...

Oui, bien sûr...

C'est tellement bon de grenouiller juste entre avocats et magistrats...

Et en tant que gens de robe d'ignorer le commun des mortels.

Cela étant dit...

On va parler des dates...

Ou plutôt de la difficulté d'avoir des dates dans l'affaire Seznec.

Puisque, et je le rappelle une fois encore, Guillaume Seznec a embrouillé tout le monde.

Les journalistes, les témoins et les policiers...

C'est si difficile pour vous d'abandonner vos certitudes et de cesser de gloser sans fin sur les minutes du déplacement de Guillaume à Paris ?

Puisqu'il a TOUT inventé.

Puisque ce ne sont que des mensonges délibérés....

On est aujourd'hui le jeudi 24 mai, oui, juste comme en 1923.

 

Lire sur mon blog "La Piste de Lormaye" :

Spécial 90ème anniversaire : le jeudi 24 mai 1923

Ou aussi :

Affaire Seznec : Terminus Rennes

 

Où je demandais déjà si quelqu'un avait vu copie du télégramme de Quémeneur à son beau-frère Pouliquen...

Comme je me sens d'humeur rigolarde, ce matin, je vais vous reproduire ci-dessous la version de Momo Privat :

 

"Après avoir fait enregistrer l'avis que recevra Jean Pouliquen, le lendemain matin, les deux associés, ne voulant pas se coucher tout de suite, vont boire un verre près de leur hôtel à La Source.

C'est un ancien café-concert. Avant le décret Clémenceau, qui interdit aux artistes de faire la quête en public et d'inciter à boire, les gommeuses et les réalistes, qui n'avaient pas le droit de refuser l'amoureux de passage, déambulaient dans la salle, aguichant le chaland. Il y avait même, pour ces dames, des chaises spéciales au siège largement échancré, afin de permettre aux amateurs de tâter leurs agréments. La Source a replâtré son visage. C'est aujourd'hui un dancing à attractions : salle de café, chaises et tables, une estrade au fond. Il est morne. Si de lointains étudiants en rêvent ils pleurent leur jeunesse, non ce décor banal. Pierre Quémeneur et Guillaume Seznec s'y ennuient et en partent, au bout d'une heure. Ils se couchent. A cinq heures du matin ils partiront pour Paris.

(...) Il fait un temps délicieux.... "

in Maurice Privat "Seznec est innocent" (documents secrets, 1931), page 90.

.........................

 

Soyons un peu sérieux...

On commence par Gabriel Seznec :

"Pour moi, les dates exactes ne changent rien à ce que mon père a vu et vécu. Un témoin direct, qui est mon père, et qui plus est, fait tomber la merveilleuse histoire du complot, etc..., tout en impliquant sa mère et ne dégageant pas complètement son père d'une responsabilité, ne peut dire que la vérité.

Quel intérêt aurait eu mon père à nous raconter ça alors que tout le monde était persuadé de l'innocence de mon grand-père ?

Il faut partir du principe que toutes les dates sont fausses et faire en sorte que ça colle avec la vérité et peut-être que des évidences apparaîtront."

Maintenant que nous dit Jean-Yves Seznec sur les dates de l'affaire ?

"Donc vous êtes en train de me dire, vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27…

Ces dates-là ont été fournies par mon grand père !

Donc, tout le monde s’est polarisé à chercher des choses…

Et les témoins se sont fiés à ces dates-là pour resituer dans l’espace-temps leurs témoignages.

Mais oui, parce qu’on essaye tous, on s’est polarisé sur le voyage…

Oui, mais le voyage, le voyage, le voyage, la date du voyage a été fixée par mon grand-père.

Les enquêteurs, c’est eux qui ont bafouillé après, ils se sont acharnés sur cette date-là qui était considérée comme réelle.

Jamais personne a pensé…

Tous les témoins, par exemple, même les banquiers, les machins qui ont dit « J’ai vu Quémeneur trois ou quatre fois.. » en fonction de ce que j’ai lu, hein !

(...)

Une fois de plus, l’affaire elle est ailleurs parce que maintenant on en est dans le combat des deux Denis.

Plus personne ne se soucie de savoir ce qui s’est passé ou non.

Exactement, c’est pour ça qu’en fait ça commence à me titiller et que je dis voilà, je vous dis : le point de départ des enquêteurs a été faussé.

Et tous les témoins après, vous vous rendez compte quand on vous demande l’enquête que vous avez fait il y a un mois, le 24 Machin, etc…

Et puis on dit « Ah oui je me souviens, j’ai vu Monsieur Untel et je l’ai vu deux jours avant qu’il fasse ça ! »

Et si on vous dit : il  fait ça telle date, il a fait ça le 25 Mai, vous dites, je l’ai vu deux jours avant, donc ce que je suis en train de vous dire ça s’est passé le 22 !

Et puis vous écrivez ça, et puis c’est entériné, et puis longtemps après, on se fie toujours à ces dates-là...

Je rigole, parce que je repense à ce qui s’est passé ici en Eure-et-Loir, les anciens disaient « Si c’est écrit dans le journal, c’est que c’est vrai ! »

Mais même pour un enquêteur, après c’est figé dans le marbre…

Après il le dira pas…

Vous en dérogez pas de ces dates-là…

Et si ça correspond pas à la réalité au départ que ça avait été des faits réels qui ne se sont pas passés à ces dates-là !

(...)

J’en sais un peu plus dans le sens où je sais que c’est le début de l’enquête et les dates que tout le monde s’acharne à garder…

C’est pas les bonnes dates…

Ce sont pas les bonnes dates.

Mais moi j’ai pas le courage de faire des recherches et de pouvoir prouver certaines choses mais…

Regardez les dates.

Regardez la météo.

Regardez les dires…

Par exemple j’ai lu, mais c’est peut-être vous qui l’avez écrit, j’ai lu ah bah oui ce jour-là Guillaume dit qu’il y avait plein de soleil mais en fait le temps était gris.

Oui, c’est un garçon qui m’a fait ce travail, c’est Thierry Lefebre.

Certainement.

Bah oui, c’est pas le même jour.

Et dans les témoignages des gens au niveau de la gare, quand il y en a un qui dit, bah ce jour là…

C’est la gare de Houdan…

Il dit : j’ai mis des trucs sur mes tomates et puis l’autre …

Bah oui c’est pas le même jour !

Et quand vous réfléchissez, vous pouvez passer à un endroit à une semaine d’écart deux fois…

Vous voyez ce que je veux dire…

Ah mais ça je l’avais repéré. Je l’avais repéré, à un moment il y a une semaine d’écart.

Il y a une semaine d’écart.

Il y a une semaine les gens sont passés là et une autre semaine la même voiture est passée là.

Volontairement."

(...)

Mon père m’a parlé du chauffeur mais le chauffeur n’a pas participé à ça.

Il a participé justement à la date du 25 qui n’était pas le bon voyage.

D’accord.

C’est pour ça que les gens, vous voyez, quand au départ, l’enquête a pris comme date une date qui n’est pas la bonne date.

Tout le monde a tourné autour d’une fausse date.

Qui était la date fixée par mon grand père.

Parce qu’il pensait certainement à un alibi,je sais pas moi…

Oui…

C’est un truc très simple qui s’est compliqué par…

Par les mensonges, je le dis, moi !

Comment ?

Par ses mensonges pour s’en sortir.

Pour que sa femme ne soit pas inculpée.

Exactement.

Pour éloigner tout ça de Morlaix."

(...)

Parce que mon père, à ce qu’il m’a dit…

Mon grand père, pas à cette date-là, mais à une autre date, était arrivé à Paris au rendez-vous, sauf qu’il n’y avait personne…

Votre grand père serait allé jusqu’à Paris ?

Sauf qu’il n’y avait personne au rendez-vous, il n’y avait pas Quémeneur, il n’y avait personne.

Parce qu’il était reparti à Morlaix ?

Parce que le rendez-vous, il n’était pas là, il n’y avait pas de rendez-vous en fait…

C’était un faux truc imaginé par Quémeneur ?

Je ne peux pas vous dire, mais il y est allé, il est revenu…

C’est ce que je pense aussi… Parce que moi je dis, il y a eu trop d’essence consommé quand il a été trouvé à Gambais, là ?

Oui, mais on ne parle pas du même jour…

Ah Merde ! Encore !

Non, mais on ne parle pas du même jour…

Le jour où Quémeneur a disparu, c’est le bon jour mais ce n’est pas la date que tout le monde connaît, c’est une autre date…

Bah c’est le dimanche quand même ?

Il y a un écart d’une semaine…

Ah bon ?

C’est ce que je vous dis depuis tout à l’heure…

Ah bah je n’ai pas compris alors ?

Il y a un écart d’une semaine…

Vous voulez dire qu’il est mort plus tôt ?

D’après ce que j’ai compris, moi, oui…

Il  ne serait jamais parti avec Guillaume ?

Et que tout le monde s’est référé à cette date-là et que tout le monde a enregistré des dates « Oui, j’ai vu Quémeneur deux jours avant qu’il ne parte, mais ces deux jours-là, c’est pas forcément par rapport à la date qui a été… »

En fait, il serait mort, il serait mort plus tôt ?

Ah bah voilà !

Y’a quelqu’un qui me l’avait dit ça…

Comment ?

Il y a quelqu’un qui m’avait dit, pas quelqu’un de chez vous, quelqu’un qui m’avait dit et si c’était une semaine plus tôt ?

Et puis après quand vous regardez tout ce qui  météo et tout ça vous trouvez des concordances…

Ah oui…

Donc c’est la date…

Ah j’avais pas tout compris, heureusement que vous insistez…

Parce qu’effectivement, donc, c’est une semaine avant…

Ça serait une semaine avant.

Moi j’affirme rien, je n’étais pas là…

Ça serait le 17, par là, j’ai regardé…

Le 16…

Le 16 mai.

Et vous regardez maintenant..

Alors, à la lumière de ça, on ré-éxamine les faits…

Vous regardez la météo et puis vous voyez que les témoins n’ont pas menti.

Sauf qu’il y a des témoins, ils parlent du 16 et il y en a d’autres, ils parlent d’une semaine après, parce que, effectivement, ils ont vu deux fois la même voiture…

Au même endroit…

Donc, ça veut dire qu’il a créé de toutes pièces…

Le deuxième parcours."

....................

Voilà.

RAJ.

Rien à Ajouter.

Liliane Langellier

 

P.S. Pour l'émission de France 2 du dimanche 13 mai dernier...

Je suis du même avis que Jean-Yves Seznec qui me rappelle, ce matin, que cette émission avait dû être structurée en fonction des fouilles et uniquement des fouilles...

Car, lui, au début, il ne voulait pas faire des révélations publiques.

Et c'est aussi dans ma logique. 

Quand je vous ai dit que c'était étrange qu'une équipe de Laurent Delahousse se soit déplacée dès le début des fouilles.

Même avant la première pelletée de terre !

La journaliste était sur place pour faire une émission qui parlait des fouilles.

Le 24 février dernier.

Et uniquement des fouilles.

Et puis bim bam boum, le 26 Mars, révélations sur mon blog.

Donc, Maillot/Vilain affolés préviennent la journaliste.

(Le Maillot, c'est une véritable sangsue, il campe jour et nuit sur mon blog)

Journaliste qui débarque sans prévenir chez Jean-Yves Seznec.

Jean-Yves refuse de lui révéler quoi que ce soit.

Et quand il me le dit, le 11 avril, je le supplie d'accepter car le plat ne passera pas deux fois.

Après consultation de Gabriel, il accepte donc tardivement.

Puisqu'il ne recevra l'équipe pour l'enregistrement que le jeudi 3 mai dernier.

Et qu'ils doivent insérer leur témoignage au milieu des héros des fouilles.

Avantage : Jean-Yves et Gabriel n'ont pas été coupés dans leurs dires.

Et l'important c'est bien le quart d'heure de 19 heures le dimanche, le 6 mai.

Où tout le monde a été touché par la sincérité de leur émotion.

Le reste de l'émission du 13 mai était nul et non avenu.

Juste le résultat de très grossiers copinages.

 

P.S. 2 Demain, c'est le vendredi 25 mai...

La date anniversaire de la date officielle de la disparition de Pierre Quémeneur.

95 ans, déjà !

Et je sais qu'il y a des aficionados qui refont chaque année le parcours Seznec : Morlaix / Paris.

Mais, là, je rigole, car, je ne sais pas pourquoi, mais je pense que je leur ai gâché un chouïa leur plaisir.

 

P.S. 3 Eric Maurel Procureur de Nîmes :

24 mai = 5e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du canard.


il y a 5 heure

Le calendrier 1923 envoyé par Godoc.

Le calendrier 1923 envoyé par Godoc.

Rennes. Le Grand Hôtel Parisien.

Rennes. Le Grand Hôtel Parisien.

Guide Michelin 1922.

Guide Michelin 1922.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour, Liliane.

"Pour Marc du Ryez, une femme ne peut pas avoir raison." Je pourrais être peiné de lire ça, mais je préfère en sourire, car c'est tellement éloigné de la vérité. Je suis féministe. Je préfère très largement les femmes aux hommes. Une femme peut avoir raison, bien entendu, mais elle peut aussi avoir tort, comme tout le monde.

Concernant le premier point, il ne s'agissait pas du prénom de Guillaume (c'était un débat périphérique). Je m'étonnais de certaines contradictions qui existaient entre les actes relevés par Thierry et l'arbre établi par Skeptikos (deux hommes, si je ne m'abuse). Tout le problème venait d'une erreur dans l'arbre de Skeptikos, et non de ce que vous me répondiez. C'est Thierry qui est venu m'apporter l'explication : Hervé et Joseph Seznec étaient une seule et même personne. Ce n'était visible nulle part. Il se trouve que c'est un homme qui a apporté cette information. J'aurais réagi de la même façon s'il s'était agi d'une femme, car je ne fais pas la différence dans une discussion.

Concernant l'heure du lever du soleil à Morlaix le 28 mai 1923, on peut la connaître avec exactitude sur certains sites. Maintenant, la notion de "plein jour" est très subjective, mais il serait en effet très intéressant d'avoir l'avis d'un Morlaisien le 28 mai à ce sujet. J'attends cet avis.

Enfin, vous ne risquez pas de voir un seul billet destiné à vous "descendre" sur mon blog. Je peux être en désaccord sur certaines analyses ou théories, mais je garde mon respect pour votre immense travail sur cette affaire, et pour moi il n'y a pas de doute : les confidences de Jean-Yves et Gabriel Seznec, ce n'est pas à la pauvre émission d'Anne-Sophie Martin ni au pauvre article du Télégramme que nous les devons, mais uniquement à vous, dès la fin mars. J'espère que l'article de Wikipédia sera corrigé sur ce point.
Répondre