Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : 6 Mai 2018 : La fin du secret chez Laurent Delahousse

Quand la jalousie est là, la raison s'en va.
Proverbe tunisien.

J'ai lu, sur un torchon de blog haineux, que j'avais tort de publier les chiffres des visiteurs de mes blogs.

Et pourquoi donc ?

Parce que, sans doute, on n'écrit pas pour être lu ?

Les journaux brandissent tous leurs chiffres de diffusion.

Comptabilisés anciennement dans l'OJD (Office de Justification de la Diffusion), et actuellement dans la ACPM (Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias).

Et c'est grâce à ces chiffres que les publicitaires vont plutôt choisir tel ou tel média.

Ils ont même un book qui s'appelle le"Tarif Media" qui raconte tout ça.

Idem pour les radios et pour les chaînes de télévision.

Il est vrai que ce blog haineux, très confidentiel, n'aurait jamais été lu sans l'aide de mon blog à moi..

Je le laisse donc retomber dans son néant.

Et je garde l'être.

Et je commence ma journée par vous publier joyeusement les chiffres d'hier 6 Mai 2018 :

Seznec Investigation : 1.175 visiteurs uniques.

Pour 2.361 pages vues.

Près de 31.000 visiteurs depuis sa création en mai 2015.

La Piste de Lormaye : 676 visiteurs uniques.

Soit un total de 1.851 visiteurs hier sur mes deux blogs.

Trop contente !

Merci à toutes et à tous.

 

Bon, ça c'est fait.

Je vais régler un autre problème qui, comme une mauvaise carie, m'agace un tantinet les dents.

1/ La collusion France 2 TV / Le Télégramme

Je savais que la journaliste Anne-Sophie Martin avait largement copiné avec Langlois/Vilain/Maillot.

Mais je n'avais pas pensé à Hervé Chambonnière du Télégramme.

Le grand pote du Vilain !

Le journaliste qui s'est ridiculisé sur Twitter avec sa retransmission seconde/seconde des fouilles de Morlaix, le 24 février dernier.

Et j'apprends, hier soir, que le dénommé Chambonnière a accompagné Anne-Sophie Martin chez Jean-Yves Seznec.

Jean-Yves le savait-il ?

Ou a-t-il été mis devant le fait accompli ?

Ou Chambo s'est-il fait passer pour un membre de l'équipe de France 2 ?

Toujours est-il que Chambo avait tout prévu pour se la faire en lousdé son exclu à lui.

Quelques heures avant la diffusion du document sur France 2.

Sauf que son journal, à petite diffusion, a balancé son article en "payant" sur Internet.

Article, qui, du coup, a été très peu lu.

Alors que Ouest-France était ouvert à tous.

 

 

C'est-y pas bête, hein ?

Le dénommé Chambonnière m'a fait une véritable crise de nerfs hier soir en DM (Direct Messages ou Messages Privés) sur Twitter.

Dommage pour lui...

Qui avait prévu de me passer à la trappe et de glorifier uniquement ses potes des fouilles : Langlois/Vilain/Maillot.

Mais je ne vais pas en rester là.

Car les petits-fils m'ont bien dit, de façon différente et coordonnée, qu'ils avaient cité mon nom à plusieurs reprises devant Anne-Sophie Martin de France 2, jeudi dernier.

Pour bien lui expliquer la vérité suivante : c'est à moi qu'ils se sont confiés la première fois et c'est moi qui les ai poussés à accepter son interview.

Jean-Yves lui a même expliqué comment il avait connu mon blog.

Gabriel, lui, le connaissait depuis le printemps 2015.

Et oui, on était dans l'urgence, il fallait parler tout de suite...

Car le plat ne se présenterait pas deux fois.

Laurent Delahousse n'allait pas une autre fois s'intéresser à l'affaire Seznec.

Oui, c'était le moment ou jamais.

Pas grave.

Vous ne le savez peut-être pas mais il y a un médiateur dans chaque chaîne de télévision.

Il s'agit de Nicolas Jacob pour France 2.

Ils ont une adresse Twitter "@MediateurFTV".

Et une page Facebook : "Médiateur des programmes France Télévision".

Et on peut, directement, lui soumettre nos réclamations.

Je vais donc le faire en dénonçant cette collusion de potes.

Et en rapportant que le terme "exclusivité" pour le document sur 19 heures le dimanche, n'est plus une exclusivité puisque partagée avec Le Télégramme.

Hervé Chambonnière a publié l'exclu en question sur son site et sur Twitter dès 16 heures.

Donc largement 3 heures avant l'émission de Laurent Delahousse.

Ils avaient tout prévu ces crabos (cf "Ach, crabo", in Papy fait de la résistance)

Sauf que bim bam boum...

Pierrick Baudais, Ouest-France, qui suit assidûment mon blog, décide de m'interviewer et d'écrire un article ailleurs et autrement..

Maillot, le plus sot d'entre eux, en était déjà malade hier soir.

Et c'est lui qui m'a mis la puce à l'oreille dans son commentaire méchant et stupide.

Que j'ai supprimé immédiatement mais que j'ai gardé par-devers moi.

Et j'ai tout de suite rapproché ça de la gêne du directeur de la rédaction du Télégramme, hier matin, quand je lui ai parlé d'exclu.

Pas beau tout ça, pas beau.

Ce genre de magouilles n'est pas du tout ma tasse de thé.

Mais je ne vais pas en rester là.

Et, là, pour le coup, je vais me servir de mon carnet d'adresses pour la dénoncer.

Capisce ?

........................

Mais, venons-en à l'émission chez Laurent Delahousse hier soir...

1/ Je n'ai pas du tout aimé qu'on appelle Petit Guillaume "Guy"...

Alors que, pour l'affaire, il est pour l'éternité "Petit Guillaume".

Sa photo avec son petit chapeau, tout seul, dans un champ, était bien tristounette.

Et il eut mieux fallu montrer des photos de Petit Guillaume âgé de 12 ans.

L'âge auquel il a vu ce qu'il a vu par la fenêtre du salon.

Oui, finalement, on en a fait là un petit Monsieur Tout Le Monde.

On nous l'a démystifié.

Loin de ce que nous avions tous imaginé.

2/ Les promesses de vente

Oui, on a bien compris que la promesse de vente existait et qu'elle avait été tâchée de sang.

Mais, là, je pense comme Marc D : si Quémeneur n'avait, selon Petit Guillaume, que deux petites tâches de sang au front...

"- Il baignait dans son sang ? demande Bernard.

- Non, il y avait du sang qui coulait, mais pas énormément à mon point de vue.

- De quel endroit ?

- Du front. Je ne sais plus si c'était à droite ou à gauche, ça je ne sais plus. C'est vague. Il était recroquevillé sur lui, il n'était pas allongé."

in Langlois en page 212.

Comment expliquer du sang dans sa poche ?

Quelle poche ?

La poche intérieure du veston ?

Là, par contre, l'illustration était toute à fait parlante.

3/ Le serment devant un ecclésiastique

Alors, là...

Je connais très très bien le milieu catholique.

Puisque je suis tombée dedans quand j'étais petite.

Mon grand père maternel était sacristain.

Et ma mère m'a collée dans l'un des plus chics pensionnats catholiques parisiens : Saint Joseph du Parchamp à Boulogne sur Seine.

Et je pense que si un prêtre avait été au courant de ce décès, il aurait vite, très vite, dit aux Seznec de se dénoncer à la police.

Quitte à les seconder ensuite pour tout.

Les petits-fils voulaient-ils parler là du sacrement de la confession ?

Ce qui serait plus vraisemblable.

Et, là, oui, un prêtre ne peut pas trahir ce qui lui est avoué en confession.

Et, oui, une confession se déroule à l'église dans un confessionnal.

C'était d'ailleurs un peu trop l'illustration avec les 4 témoins recueillis devant l'autel et le prêtre les bras ouverts, derrière l'autel, qui les bénissait.

Un peu trop...

Et puis un évêque ?

Pourquoi pas le pape pendant qu'on y est ?

.............

A part ça, je ne vais pas me taper la retranscription des dires de Jean-Yves et Gabriel à France 2, dires que je connais maintenant par coeur.

Car j'ai déjà décrypté 60 pages de leurs appels téléphoniques.

Et puis, j'en ai plus que marre...

C'est toujours moi qui me tape tout le boulot.

Dont les autres profitent.

Et les autres, eux, ils m'apportent quoi ?

Hein ?

A part critiquer mon boulot...

#jedemande

Liliane Langellier

 

P.S. Lundi 7 Mai, 9 heures.

Grand Merci à Ronan Le Flécher (@Breizhwecan), grand manitou des Bretons sur Twitter, qui vient de publier "ça" :

La vérité sur l’affaire ! Elle avait tout raconté sur son blog. Bien avant les autres. Quel travail, ! 👏🏻

 

P.S. 2 Je lis dans l'article du Monde du jour via dépêche AFP. Illustration 15 :

(que vous trouverez en annexe) :

La découverte d’un os potentiellement humain et d’un morceau de pipe, lors de fouilles menées dans la maison où vivait la famille Seznec à Morlaix, samedi 24 février 2018, pourrait relancer l’affaire et justifier une quinzième procédure de révision du procès Seznec.
 

"un os potentiellement humain" c'est quoi c't'affaire ?

 

P.S. 3 Il est 12 h 45.

Je suis plantée devant M 6...

Mais c'est "une chaîne à beaufs", ça, non ? (ben oui, je regarde jamais)

Ils commencent leurs émissions en retard et ils nous saoulent avec leurs pubs.

Ah mais c'est "le 12.45"....

Bon. J'ai pas entendu énoncer le sujet...

Mais c'est peut-être leur mode de fonctionnement ?

Ah, il est 13 heures.

Voilà l'affaire...

Ah bah on voit Langlois pendant 1 minute quand même et...

Devinez ? Qui ?

Le Vilain...

Moins d'une minute.

Oui, le "chercheur et écrivain".

Le tout a duré 3 minutes.

Next...

P.S. 4 On vient de me prévenir que mon blog était cité sur France 3 Bretagne :

"Tout dernièrement, le 20 avril dernier, sur son blog "Affaire Seznec Investigation" consacré à cette affaire criminelle, la journaliste Liliane Langellier relatait les révélations de Gabriel et Jean-Yves Seznec après les avoir interviewés." 

 

P.S. 5 Mes amis de la Breizh Connexion s'agitent pour qu'on parle de mon blog et de moi.

Yessssssssssssssss !

Un vrai travail journalistique sur l’affaire 👍🏼 Une enquête de longue haleine, effectuée avec méthode, rigueur et sérieux. Loin du et des (faux) scoops. , c’est par là 👉🏻

 

Ronan, c'est quand même 16,2 k de followers sur Twitter.

Et, toute la Breizh derrière lui.

Enfin, la Bretagne qui compte, hein  !

Jean-Yves et Gabriel Seznec

Jean-Yves et Gabriel Seznec

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Bonjour à tous

Je fais mon pédant : non, ce n'est qu'un fauteuil style Louis XV façon Napoléon III et puis zut!!!, j'aurai du lire ces commentaires avant de publier mon billet, qui du coup, fait un peu réchauffé.
Répondre
A
Cher Marc, chère Liliane,

Oui, Liliane, votre blog et vous-même êtes cités sur France 3 Bretagne, ès qualités de journaliste, et non de "blogueuse" et autres appellation incontrôlées.
Ce n'est pas rien...
Et, "en même temps", France 3 Bretagne nous "balance" une page de transcription du récit par la voie Petit-Guillaume/Bernard Le Her/Denis Langlois...
"Un partout, balle au centre" ?
Pour l'émission d'Anne-Sophie Martin, je suis plutôt d'accord avec Marc.
Notamment sur les "illustrations kitsch", qui, depuis quelques années, semblent "incontournables" pour de nombreuses émissions télévisées à visée historique.
Pour la première à (7'35), le commentaire indique que, selon l'accusation, Seznec aurait tué Quémeneur "à l'aide d'un cric", mais "y a un malheur" : on nous montre une manivelle...
Pour celle censée illustrer Quémeneur "au pied d'un fauteuil", on nous montre un confortable fauteuil "Voltaire", et non le "canapé ancien avec des rebords en bois" dont parle Petit-Guillaume (Langlois, p. 211).
Quant au "serment devant un prêtre, ça fait un peu beaucoup, oui. Et l'illustration encore plus."
D"autant que le personnage vu de dos ne porte pas une soutane, ni une aube, mais... une robe qui pourrait être celle d'un avocat... ou d'un pasteur protestant, robe qui symbolise le fait que tous deux sont "maîtres" (en droit ou en théologie).
Marc ajoute : "On ne pouvait rien y comprendre si on ne connaissait pas déjà tout de l'affaire".
Oui. A l'inverse, mon épouse, avec qui j'ai regardé l'émission hier soir, qui m'a vu passer nombre d'heures sur Bernez Rouz et sur Denis Langlois, et qui sait que je fréquente ce blog régulièrement, m'a dit : "mais, en fin de compte, toi, tu n'as rien appris ?"
Eh non !
Répondre
L
Bonjour Alain...
Mais évidemment qu'Anne Sophie Martin montre un "fauteuil Voltaire"...
C'est la grande pote du Vilain...
Et ce brocanteur par correspondance nous a servi toute une mauvaise leçon sur les fauteuils.
Et oui, une preuve de plus de leur collusion !
Pour le prêtre,c'est juste de l'inculture.
Je l'ai écrit : "Pourquoi pas le Pape pendant qu'on y est ?"
M
Bonjour, Liliane.

Oui, la tache de sang sur la promesse de vente, c'est surprenant. Mais finalement, l'illustration qu'ils ont donnée, aussi ridicule soit-elle, permet une explication : du sang aurait coulé de son front sur sa poitrine, traversant son costume pour souiller la promesse de vente pliée en quatre dans la poche intérieure de sa veste.

Pour le serment devant un prêtre, ça fait un peu beaucoup, oui. Et l'illustration encore plus. Donc quatre personnes savent ce qui est arrivé. Que fait-on ? On met au courant deux autres personnes : le copain qui aide à transporter le corps et un prêtre. Et le copain, on ne le fait pas jurer.

Enfin, voilà ce qui arrive quand la télévision s'empare d'un sujet. Musique angoissante, voix off à vous donner des frissons, illustrations kitsch, photos en deux dimensions auxquelles on en ajoute une troisième (c'est la mode en ce moment, mais ça rend "fake" un document authentique)... Espérons que la version longue la semaine prochaine sera plus intéressante. Nous n'avons eu là qu'un résumé très obscur. On ne pouvait rien y comprendre si on ne connaissait pas déjà tout de l'affaire.
Répondre
L
Bien qu'elle m'ignore totalement, je dois dire qu'Anne Sophie Martin n'avait que fort peu de temps pour mettre dans la boîte les révélations que les petits-fils lui ont faites jeudi dernier.
Elle voulait obtenir sans doute "quelque chose de plus" par rapport aux confidences qui m'avaient été faites.
D'où la tâche de sang et le prêtre.
La tâche de sang, passe encore, mais le prêtre ça le fait vraiment pas.