Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 880 articles.

Affaire Seznec : l'emploi du temps de Pierre Quémeneur

I am not a has-been. I am a will be.
Lauren Bacall.

Maintenant...

Il nous faut avancer...

Et, pour ça, on va essayer de reprendre pas à pas l'emploi du temps de Pierre Quémeneur.

Et de démêler qui nous a dit quoi sur cet emploi du temps.

J'ai écrit 9 articles sur Pierrot...

Sans compter sa généalogie.

Histoire de mieux cerner le personnage, vous pouvez lire :

Portrait de Pierre Quémeneur

Et aussi :

Quand le fonds Gourvil nous en apprend un peu plus sur Pierre Quémeneur.

"Sans afficher de principes, en dépit de ses déplacements incessants, il menait une existence des plus régulières, sans qu'on sache pourquoi, il résista toujours doucement aux tentatives que firent des parents et certains amis pour le décider à se marier."

En dépit de ses déplacements incessants...

Je vais aller voir de plus près chez Rouz...

Parce que c'est quand même lui qui a balancé la primo-enquête de Jean Pouliquen.

"confiée par le successeur de Me Pouliquen.

(...) son texte non daté semble avoir été écrit à l'automne 1923..."

Automne 1923.

Donc, après l'arrestation de Guillaume Seznec.

Et alors que le notaire veut accabler Seznec.

C'est important, très important la date à laquelle un document est écrit.

Et la démarche qui a précédé à sa création...

Tiens, souvenez-vous...

Souvenez-vous de ce qu'écrivait Olijuseb sur Justice Affaires Criminelles, le 21 janvier 2015 :

"Si l'Ouest-Éclair n'avait pas signalé la perquisition de Ker-Abri la veille, pas sûr que Pouliquen et Louis Quémeneur se soient rués sur les docs persos de Pierre Quémeneur de la sorte. Donc non ce n'est pas normal de trouver le bureau dans cet état, avec les 2 lascars pris les mains dans le pot de confiture ! 

Et surtout l'étonnant P.V. de perquisition où l'on voit que "des membres de la famille Quémeneur." lui doivent de l'argent et que la police emporte (comme par hasard) le dossier de Jaegher. 

Rien ne dit que les 2 zigs n'étaient pas à la recherche de documents les compromettants tous les deux dans des affaires n'ayant rien à voir avec la disparition de Pierre Quémeneur."

Voir en pièce jointe L'Ouest Eclair du 29 juin 1923.

Où est annoncée la perquisition.

La perquisition à Ker Abri (Landerneau) a eu lieu le samedi 29 juin 1923.

Et Pouliquen, juste avant, avait "perquisitionné" le bureau de son beauf à sa façon !

On peut penser que c'est à ce moment précis que Pouliquen aurait pu saisir l'argent liquide et les dollars or de Pierre.

 

 

 La perquisition de Ker Abri, le 29 juin 1923

Vous trouverez le compte-rendu écrit de la perquisition en annexe ci-dessous.

"Nous avons remarqué tant sur le bureau de Monsieur Quémeneur que dans les casiers ou armoires diverses qui garnissaient le local, un désordre manifeste : des papiers, documents divers, registres, agendas, étaient, pêle mêle, répandus un peu partout."

C'était le boxon, quoi !

Le beauf et le frère Louis Quémeneur sont passés juste avant.

Et ont fait main basse sur les liquidités diverses et variées.

Cela dit, on peut quand même les comprendre, le fric aurait été saisi par les policiers.

Alors..

Mais c'est peut-être là qu'ont disparu les dollars or.

Lire : la première faute du notaire Pouliquen.

Revenons à la primo-enquête du sieur Pouliquen :

C'est LUI qui nous raconte le foutu week-end de Pentecôte 1923....

En page 80 chez Rouz :

 

Et oui, c'est encore Jean Pouliquen qui fait l'émeute à la Sûreté Générale dès le 27 juin 1923 :

 

 

Tout ça pour vous dire quoi ?

Pour vous dire que c'est Jean Pouliquen, notaire à Pont-L'Abbé, époux de la soeur de Pierre Quémeneur, Marie-Anne, qui a orienté l'enquête.

Et sans doute manipulé les dates.

A son avantage...

Il était roublard le notaire...

Et près de ses sous.

Reprenez les faits de la semaine du dimanche 20 mai au vendredi 25 mai 1923,

et relisez-le avec Pouliquen présent à la mémoire...

La promesse de vente ?

Ou plutôt les promesses de vente...

Tout le monde sait que la date est sujette à caution !

Cherchez les témoignages écrits des journées du mardi 22 mai au jeudi 24 mai 1923...

Je n'en ai pas trouvés.

Dans la primo-enquête, chez Rouz, des pages 80 à 90, il  faut surtout lire les N.B.,les notes de bas de pages.

Et reprenez comme ça le voyage des deux lascars.

Quels sont les témoins qui nous disent avoir rencontré Pierre Quémeneur lors du voyage avec GuillaumeSeznec le 25 mai 1923 ?

- Les deux inconnus de Rennes le jeudi soir 24 mai ?

Comme leurs noms l'indiquent, ils sont demeurés inconnus...

- Le garagiste drouais Hodey...

Que connaissait soit disant Pierre.

Et qui a dit tout et son contraire...

- A Houdan, Jeangirard et les serveuses du Plat d'Etain...

Qui se mélangent aussi les dates.

(ndlr Relire la plaidoirie de Me Philippe Lamour).

- Les employés de la gare et leurs tomates gelées, pas gelées, eux, ils ont vraiment été confusionnels.

Et un peu aidés par la police.

Si on relit tout ça en gardant à l'esprit deux faits :

Guillaume Seznec a fait deux voyages Paris/Morlaix...

L'un avec Pierre Quémeneur,

l'autre, seul, sans Pierre Quémeneur.

Et.....

Ce ne serait pas à la date connue et reconnue de sa disparition, dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 mai 1923 que Pierre Quémeneur aurait disparu,

mais une semaine avant !

Et bien, si on relit tout ça comme ça, ça le fait !

Je ne crois pas un seul instant que Pierre ait pu être vu vivant après le samedi 26 mai.

Je ne l'ai jamais cru.

Mais, moi, je ne pense pas que Pierre soit revenu en lousdé à Morlaix le dimanche 27 mai,

Riche des confidences des petits-fils Seznec, je pense désormais qu'il est revenu une semaine avant.

Et qu'il a trouvé la mort dans le salon des Seznec le dimanche 20 mai 1923.

..........

Bien sûr que je manipule faits et dates.

Pour coller avec la vérité que je veux vous démontrer.

Je le reconnais.

Mais je ne suis pas la seule...

Quand Denis Langlois a écrit son second bouquin sur l'affaire, il a aussi manipulé les dates et les témoins qui auraient vu Pierre Quémeneur après la date officielle de sa disparition.

Alors ?

Alors pourquoi pas moi ?

Liliane Langellier

P.S. 1 Pour ceux qui croient encore que Pierre Quémeneur a survécu au 25 mai,

et pour les thèses toutes plus abracadabrantes les unes que les autres,

lire sur ce blog:

Au fait il est devenu quoi Pierre Quémeneur.

P.S.2 Si l'un d'entre vous peut passer à Ker Abri (Landerneau) pour prendre une photo, je lui serais reconnaissante.

Car la seule photo actuellement sur le net appartient à Bertrand Vilain.

Et je ne veux pas de crises de nerfs !

Ker Abri se trouve rue des Primevères à Landerneau, pas très loin, au dessus de la gare 
:wink:

 

P.S. 3 Que Maître Denis Langlois soit ici remercié.

C'est grâce à lui que j'ai pu publier sur ce blog les documents officiels de la perquisition de Ker Abri.

 

Pierre Quémeneur.

Pierre Quémeneur.

Jean Pouliquen. 38 ans au moment des faits.

Jean Pouliquen. 38 ans au moment des faits.

Jean Pouliquen. Notaire assermenté.

Jean Pouliquen. Notaire assermenté.

Ker Abri. Perquisition 1.

Ker Abri. Perquisition 1.

Ker Abri. Perquisition 2.

Ker Abri. Perquisition 2.

Ker Abri. Perquisition 3.

Ker Abri. Perquisition 3.

Pouliquen / Cunat 29 juin 1923.

Pouliquen / Cunat 29 juin 1923.

Pouliquen / Cunat 29 juin 1923.

Pouliquen / Cunat 29 juin 1923.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Dans le film d'Yves Boisset, la scène où le juge d'instruction débarque et trouve la famille en train de tout retourner dans le bureau de Pierrot est, à mon sens, l'une des meilleures
Répondre
M
En soutien à votre théorie, je peux vous apporter ceci :<br /> <br /> 1) La mention manuscrite des promesses de vente ayant été décalquée sur un document considéré comme authentique de la même date (22 mai, c'est l'accord avec Le Verge, si je me souviens bien), on peut supposer que cet autre document est un faux également, et que Le Verge s'est trompé sur la date concernant la visite des deux hommes (ou le compagnon de Seznec n'était pas Quéméner).<br /> <br /> 2) On peut supposer que Legrand, ami des deux hommes, est un faux témoin et qu'il n'a pas rencontré Quéméner le 23 mai.<br /> <br /> 3) Pouliquen et Jeanne Quéméner ont pu se tromper sur les dates en essayant de reconstituer les événements, influencés par les éléments plus ou moins établis de l'affaire.<br /> <br /> 4) Saleun a pu se tromper sur la date (a-t-il vérifié la date du retrait de 10.000 francs ?) et Vérant n'a pas vu Quéméner (Saleun n'a pas vu Seznec non plus quand il a retrouvé Quéméner, d'ailleurs), donc plus de Brest le 22.<br /> <br /> 5) Lettres et télégrammes envoyés par Quéméner ces jours-là sont tous des faux, etc.<br /> <br /> Remettre tout en cause me semble malgré tout une tâche immense. Ce que j'ai suggéré n'est qu'un début et il peut exister des documents difficiles à contredire.
Répondre
M
Bonjour, Liliane,<br /> <br /> Je ne comprends vraiment pas l'acharnement hystérique de M. Maillot, le découvreur d'un os de veau et d'une pipe des années 30. Si on n'avait pas le droit de publier des âneries sur l'affaire, il n'y aurait pratiquement rien eu entre les articles du procès Seznec en 1924 et le livre de Bernez Rouz en 2006 !<br /> <br /> Il faut laisser les gens sérieux s'exprimer ? Que M. Maillot s'applique alors cette règle à lui-même et qu'il se taise, pour commencer. Et si moi, je trouve que la théorie de M. Langlois est farfelue, suis-je autorisé à l'inonder de messages injurieux lui demandant de supprimer son site, de brûler ses livres et de ne plus jamais parler publiquement de l'affaire ? On nage en plein délire.<br /> <br /> Continuez à défendre votre théorie et toute autre théorie qu'il vous plaira, chère Liliane. Au moins, vous la soutenez par une argumentation, et vous autorisez la contradiction constructive et également argumentée.<br /> <br /> Pour ce qui est de la maison Seznec, aujourd'hui divisée, il y avait en effet un bureau communiquant avec la salle à manger. Le bureau était en quelque sorte le "salon" de votre version et il permettait d'accéder à la salle-à-manger par l'intérieur de la maison, comme quand Jean Pouliquen et Louis Quéméner ont rendu visite à Seznec le 10 juin au matin et qu'Angèle Labigou les a fait patienter dans la salle à manger : s'étant présentés à l'entrée de la maison, ils sont probablement passés par le couloir et le bureau pour y accéder.<br /> <br /> Je ne crois pas que M. Maillot ait été en mesure de vérifier la présence ou non d'une marche, puisque l'ouverture est aujourd'hui murée. La hauteur de la marche importe peu, puisque quelques centimètres suffisent à vous faire perdre l'équilibre si vous ne l'avez pas vue. C'est pour ça que, partout où il y a une marche dans un lieu public ou un magasin, il est écrit en gros : ATTENTION À LA MARCHE. De plus, ce ne serait pas en tombant de tout son long sur le sol que Pierre Quéméner se serait tué, donc les expériences prétendument menées par M. Vilain n'ont aucun intérêt. Ce serait le choc de sa tête contre un objet dur et contondant qui aurait provoqué une hémorragie cérébrale. Rien d'extraordinaire en cela.<br /> <br /> Je ne crois pas à votre théorie, mais je trouve ridicule de vouloir la contredire avec des arguments à deux balles. Libre à vous d'essayer d'en apporter la démonstration, ou au moins la démonstration de sa faisabilité. Vous ne comptez envoyer personne au bagne, donc la possibilité suffira.<br /> <br /> En ce qui me concerne, j'ai commencé il y a quelques semaines la construction d'un site sur l'affaire, qui est également un blog. J'espère pouvoir apporter des éléments de réflexion, mais je me tiendrai loin des polémiques, si possible. Mon but est de présenter les choses d'une façon ordonnée et objective. Je publierai donc essentiellement mes transcriptions verbatim de documents et d'articles d'époque. C'est ici : https://affaire-quemener-seznec.blogspot.fr/
Répondre