Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Me Denis Langlois persiste et signe...

"Errare humanum est,

perseverare diabolicum"

Sénèque

 

Je ne connais toujours pas le nom du membre de la famille Seznec qui a soi-disant donné son accord pour les fouilles de Traon ar Velin !

Je ne connais pas non plus le nom du membre de la famille Seznec qui aurait récupéré les foutues bobines d'enregistrement de Petit Guillaume par Bernard Le Her !

Les archéologues du dimanche non plus d'ailleurs...

Mais ils ne sont plus à un mensonge près !

Voilà la dernière interview du jour...

Que c'est triste l'entêtement !

Presse Océan du 2 mars 2018
La fin de l'Affaire Seznec ?

L'expertise en anthropologie médico-légale, confiée au CHU de Nantes, a confirmé officiellement, ce jeudi, l'origine des bouts d'os découverts : des restes de bovidé correspondant à deux animaux d'âge différent. Denis Langlois, à l'origine des fouilles avec Bertrand Vilain, ne désespère pas de retrouver le corps de Pierre Quéméneur dans l'ex-maison des Seznec, à Morlaix (Finistère).

Interview 

Denis Langlois avec Bertrand Vilain ne désespère pas de retrouver le corps de Pierre Quéméneur dans l'ex-maison des Seznec à Morlaix (29)

Presse Océan : Dans votre livre "Pour en finir avec l'affaire Seznec", paru en 2015, vous apportez une version inédite ?

Denis Langlois : "Petit Guillaume" le fils Seznec a raconté, en 1978, dans un enregistrement audio que le jour supposé du drame, il avait entendu sa mère repousser les avances d'un certain Pierre et qu'il avait vu Quéméneur (ndlr conseiller général du Finistère disparu sans laisser de traces dans la nuit du 25 au 26 mai 1923 au cours d'un voyage avec Seznec) étendu au sol devant sa mère. Selon lui, elle l'aurait frappé, pour se défendre, avec l'un des deux chandeliers posés sur la cheminée. Il parle également de travaux effectués ensuite par son père dans le cellier."

P.O. :Pourquoi ces fouilles privées maintenant ? 

D.L. : "Depuis la sortie du livre, il y a eu beaucoup de découvertes. Bertrand Vilain qui a également écrit sur l'affaire, a trouvé les archives de l'huissier qui a mené l'inventaire des biens de Seznec après sa condamnation. Cet inventaire comporte deux chandeliers. Nous avons aussi un plan dressé par un policier en 1923 qui atteste de la présence d'un petit bâtiment extérieur, sans doute le cellier. Mais aucune fouille n'avait été faite jusqu'à présent à Morlaix."

P.O. : L'os retrouvé le week-end dernier est celui d'un bovidé. Déçu ?

D.L. : "Quand le médecin légiste nommé par le parquet de Brest a considéré qu'il s'agissait d'un os humain, nous avons ressenti une énorme satisfaction. Quand l'anthropologue nommé par le même procureur, a dit que c'était un os animal, la déception a pris le pas."

P.O. : Votre détermination en est-elle affectée ?

D.L. : "Non. Les bénévoles vont pouvoir reprendre les recherches interrompues par la police et la justice après la découverte de l'os. Les fouilles ont été faites sur 1 m de profondeur. Ce n'est pas assez, Petit Guillaume affirme avoir vu son père creuser profondément."

P.O. : Si vous retrouvez des ossements humains, disposez-vous de l'ADN de Quéméneur pour demander une expertise ?

D.L. : "Il faut que les os ne soient pas trop altérés pour faire une expertise ADN. Quéméneur n'avait pas de descendance, mais il avait des frères et des soeurs. Un membre de la famille nous a dit qu'il était prêt à fournir son ADN, si besoin."

P.O. : Vous pensez approcher la vérité ?

D.L. : "Après ce premier raté, je suis prudent. Mais la version de Petit Guillaume est celle qui entre le moins en contradiction avec les éléments du dossier. Nous espérons trouver des éléments qui permettent d'obtenir la révision du procès et prouver la semi-innocence de Seznec."

P.O. : Semi-innocence ?

D.L. : "Pour tous les experts qui se sont penchés sur l'affaire, Seznec a participé aux faux en écriture. Pour le meurtre, il aurait dû bénéficier du doute car la justice n'a pas pu prouver sa culpabilité. On sent, un siècle après, que les gens veulent connaître la fin de l'histoire."

Recueilli par Dominique Bloyet.

Affaire Seznec : Me Denis Langlois persiste et signe...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article