Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Un peu de généalogie...

"Et les shadoks pompaient,

pompaient..."

Pendant que certains creusent à nouveau la terre de Traon ar Velin,

Je vais creuser à ma façon...

Et profiter de ces nouvelles fouilles du jour pour vous rappeler un peu de généalogie dans l'affaire Seznec.

Lire l'étymologie du nom Seznec.

Guillaume Seznec a eu quatre enfants.

1. Marie l'aînée est morte le 2 août 1930. Sans enfants.

2. Petit Guillaume, le deuxième, est mort le 29 juillet 1981.

Il a eu quatre enfants avec Claudie Neyret : 

Jean-Yves (60 ans), Ghislaine (57 ans), Thierry (55 ans)  et Gabriel (50 ans).

3. Jeanne aura quatre enfants avec François Le Her :

Jean-Claude (1934), Francette (1937), Bernard (1943) et Denis (1946).

Jean-Claude est mort le 11 septembre 2009. 

Bernard est mort le 30 décembre 1994.

Restent donc Francette et Denis.

4. Albert est mort le 6 avril 1965.

Son unique fille Anne Thérèse (de sa liaison avec Juliette Le Her) jamais reconnue et ne portant donc pas le nom de Seznec, serait encore en vie (dans une abbaye à Ploërmel ?)

Ils sont donc six petits enfants directs encore en vie : Francine, Denis, Jean-Yves, Ghislaine, Thierry et Gabriel.

Six petits-enfants qui peuvent demander un procès en révision.

Lire sur ce blog :

Que sont les enfants devenus ?

Et aussi :

Généalogie. La famille de Guillaume.

Pour ce qui est des descendants de Pierre Quemeneur (recherche ADN) :

Ils étaient dix enfants chez les Quemeneur :

Il restait 7 enfants en 1925 :

"Je vous aide un peu et vous les dévoile au travers du jugement déclaratif de décès du tribunal civil de Brest du 8 avril 1925 :

Louis Quéméner, négociant en bois, demeurant à Landerneau
Melle Jeanne Quéméner, célibataire majeure, demeurant à Landerneau
Marianne Marie Yvonne Quéméner épouse de François Péron à Guiclan
Madame Philomène Quéméner épouse de Yves Péron, à Guiclan
Mr Henri Quéméner, religieux à la Trappe de Thimadeuc
Mr Yves Quémener demeurant à Paris
Mme Marie Anne Quéméner épouse Pouliquen à Pont l’Abbé."

Lire :

Généalogie des familles Quéméner et Pouliquen

Louis Quéméner ne s'est jamais marié.

Jeanne Quémener rentrera dans les ordres et n'aura donc pas d'enfants.

Henri Quémener était religieux.

Le deux fils du notaire Pouliquen avec Marie Anne Quéméner sont décédés.

Restent donc encore 3 possibilités de descendance :

Les enfants de Marie-Yvonne Quéméner-Péron,

ceux de Philomène Quéméner-Péron,

et ceux éventuels d'Yves Quéméner.

Pour les Péron:  

Les frangins Péron et leurs épouses Quéméner vivaient tous sous le même toit. Et chaque couple avait trois enfants.

Alors...

Alors bonnes recherches !

Avec juste un petit rappel de "notre ami de Plomodiern" sur la généalogie Seznec.

Liliane Langellier 

Pendant ce temps-là du côte de Traon ar Velin :

Bertrand Vilain communique :

Reprise des fouilles ce week-end

Le procureur de la République de Brest a ordonné la levée des scellés. Nous allons reprendre les fouilles. Il reste à vérifier les 2/3 de la superficie.

En cas de découverte d'ossements, Jean-François Tournepiche, paléontologue et  conservateur du musée d'Angoulème procédera à une première expertise sur photos. Sauf certitude de la découverte d'objets liés à la disparition de Quéméneur, nous procéderons à la totalité des fouilles.

Le procureur nous a indiqué de porter des gants pour ne pas corrompre d'éventuelles traces ADN.

Il est conseillé de ne pas se rendre sur site pour ne pas géner le travail des bénévoles. Une communication sera faite en fin d'après-midi.

 

Et toujours aucune intervention d'un huissier de justice prévue...

 

Pour voir le lieu des fouilles, cliquez ici.

 

Et puis pour le cgf (Les Généalogistes du Finistère) :

 

 

Le 8/12/2017

Bonjour à tous, 
Il y a 2 jours, la propriétaire de la Maison SEZNEC , de Morlaix ( qui n'est plus habitée depuis 4 Mois)
vient de donner son accord ( elle est veuve) , pour que les fouilles se fassent . 
Maintenant , il ne manque plus que l'accord de la justice , je pense ...
Affaire à suivre. 
Bien cordialement. 
Yvonne PRIGENT

Hier soir, samedi 3 mars 2018, l'affaire Seznec figure dans "On n'est pas couché" rubrique "Les portraits qui font l'actualité" (voir vidéo en dessous)

 

Décryptage :

 

Laurent Ruquier : Votre choix Samuel Benchétrit ?

 

S.B. : Ah je sais pas trop, je sais pas... Ah si comment il s'appelle le mec dont on a pas retrouvé ses os ?

....Seznec...

L.R. : Ah vous êtes intéressé par les affaires judiciaires ?

S.B. : Oui, il a vraiment un beau visage...

L.R. : Oui, on a lu partout en début de semaine que l'affaire avait été relancée parce qu'on avait découvert un os, un fémur pour être précis, dans le cellier de la maison de Seznec... Et puis et puis évidemment 24 heures après ou même 48 heures après finalement PAF ! Rien du tout. Hélas on a appris que c'était un fémur de bovin !

En résumé, 

On s'est emballé autour de cette affaire pendant 48 heures pour pas grand chose...

D'ailleurs l'excellent hebdo VSD est tombé dans le panneau puisqu'ils ont sorti, publié et imprimé plusieurs pages avant qu'on ait le démenti. Pas de chance !

Ce sont des bénévoles passionnés par cette affaire qui avaient lancé des recherches...

La semaine prochaine, ils vont aller interroger les truites de la Vologne pour faire avancer le dossier de l'affaire Grégory...

Il faut dire quand même aux bénévoles qu'il y a assez d'affaires criminelles récentes chez nous en France en ce moment pour pas relancer les anciennes affaires pour rien.

D'autant que ça fait du travail en plus pour une émission "Faites entrer l'accusé" qui n'a pas besoin de ça !

 

S'ensuit une parodie de la dite émission :

 

"En 1924, Guillaume Seznec est condamné au bagne à perpétuité pour le meurtre de Pierre Quemeneur. Le corps de la victime n'a jamais été retrouvé et Guillaume Seznec a toujours clamé son innocence mais après 90 ans d'enquête l'affaire est sur le point d'être résolue grâce à la découverte d'un os dans la maison des Seznec....

Un os de bovin...

Mais que faisait une vache dans le cellier ?

Guillaume Seznec avait-il une liaison cachée avec la noiraude ?

La noiraude le trompait-il avec Pierre Quemeneur ?

Et si tout simplement Pierre Que Meuhhhhhhhhhhhhh neur était une vache ?

Le bagne n'est-ce pas sévère pour avoir fait un pot au feu ?

Vous le saurez en regardant ce nouveau numéro de "Faites entrer l'accusé !"

 

L.R. : ça vous passionne les affaires criminelles Yann (ndlr Moix) ?

C'est une affaire à rebondissement absolument étonnante parce qu'en fait là il y en avait pas de rebondissement pour le coup...

Y.M. : Oui, il y a des affaires criminelles qui ne veulent pas mourir... 

Des faits divers qui veulent perdurer...

L.R. : L'affaire Villemin, l'affaire Seznec...

Y.M. : Des affaires érigées en mythologie... Ou le pull over rouge vous savez en 1976, l'affaire Ranucci...

Des affaires comme ça qui veulent résister quoiqu'il arrive, et plus on trouvera de preuves, ou moins on trouvera de preuves ce sera la même chose... Chaque chose égale par ailleurs...

Les affaires avanceront surtout s'il y a rien pour les faire avancer !

 

Dimanche 4 mars 2018...

 

Lire l'article d'Ilan Caro sur France Info :

 

L'affaire Seznec : Près d'un siècle plus tard, un fait divers qui déchaîne encore les passions.

 

Article où on cite enfin Bernez Rouz.

 

"Bernez Rouz a étudié ces histoires alternatives une par une. Dans son livre paru en 2005, il a retenu "une dizaine d'hypothèses sérieuses" qui pourraient expliquer la disparition de Quéméneur. Trois font de Seznec l'auteur ou un complice du crime, les sept autres l'innocentent. "L'hypothèse la plus probable, selon moi, est que Quéméneur ait été tué par des complices de Seznec impliqués dans les trafics de voiture, et que Seznec ait été chargé de se débarrasser du corps", confie-t-il.

 

Car loin de la figure de l'homme au-dessus de tout soupçon dépeinte par son petit-fils, Guillaume Seznec traînait une sale réputation. "Quand on commence à gratter dans sa vie, on tombe très vite sur du nauséabond. C'était un trafiquant, un type qui arnaquait tout le monde", raconte Bernez Rouz. "Un escroc, une fripouille, un menteur", renchérit Bertrand Vilain. "Tous les gens qui ont travaillé sérieusement sur l'affaire arrivent à la même conclusion sur ce personnage. Mais cela ne veut pas dire qu'il soit un assassin…"

Un personnage sulfureux, une enquête bâclée, un corps jamais retrouvé, une condamnation au bagne, des rumeurs de complot, une famille déchirée... Tous les ingrédients étaient réunis pour passionner les foules. Mais près de cent ans après les faits, un constat s'impose : personne n'a réussi à établir avec certitude le déroulement des faits. Régulièrement, Denis Seznec annonce vouloir engager une nouvelle procédure de révision, mais personne ne voit quel "fait nouveau" il pourrait invoquer devant la Cour de cassation. A moins que des ossements de Quéméneur ne soient prochainement retrouvés par le duo Vilain-Langlois, dont les fouilles privées ont repris samedi, l'affaire Seznec est bien partie pour demeurer à jamais un mystère.

 

Mon dernier tweet :

Pas sympa, Bernez Rouz, de me cantonner à la seule piste de ... Alors que je suis la seule à avoir autant travaillé et enquêté sur l'affaire Seznec... Et oui... "De la difficulté d'être une femme dans cette affaire où les mecs se brossent l'ego entre eux !"

 

Nouveau rebondissement dans l'affaire Seznec. Dessin de Julien Solé.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Seznec. Dessin de Julien Solé.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Guy Penaud 03/03/2018 22:36

La presse parle de rebondissement dans l’affaire Seznec à la suite de la découverte d’ossements dans la maison des Seznec à Morlaix.

Pour expliquer la disparition du corps du conseiller général Pierre Quémeneur deux hypothèses existaient.
Rappelons d’abord que d’après des témoignages (dont celui de Guillaume Seznec et de très nombreux témoins), il est incontestablement établi que Guillaume Seznec et Pierre Quémeneur quittent Rennes, où ils avaient rendez-vous, pour Paris le vendredi 25 mai 1923 à 5 h 10 à bord d’une Cadillac, qui devait être vendue dans la capitale. Le même jour, ils s’arrêtent au garage Hodey de Dreux, avant de dîner à 20 h 30 au « Plat d’Etain » toujours à Dreux. Le même soir leur voiture heurte une barrière peu après 22 heures devant la gare d’Houdan, où les cheminots remarquent deux personnes à bord du véhicule. Le 26 mai à 5 h 30, un témoin dépanne Seznec, seul à bord de la Cadillac à l’intersection de la RN 12 et de la route de Montfort. Seznec passe seul la matinée à l’hôtel Nourisson à La Queue-lez-Yvelines, ville qu’il quitte vers 13 heures. Il s’arrête seul à Dreux vers 15 heures, puis à Alençon et passe la nuit à l’hôtel de Bretagne de Pré-en-Pail (Mayenne). Le lendemain dimanche 27 mai, il s’arrête toujours seul à Ernée (Mayenne), Mayenne, Rennes et Broons (Côte-d’Armor) et revient seul à Morlaix le lundi 28 mai à 4 heures du matin.
Pour expliquer l’absence de Quémeneur, Seznec a prétendu que celui-ci avait pris le train de Paris : il a affirmé l’avoir laissé devant la gare d’Houdan le 23 mai après de dîner de Dreux. Or le dernier train pour Paris ne s’arrêtait à Houdan qu’à 20 h 15, alors que tous deux mangèrent au « Plat d’Etain » à Dreux à partir de 20 h 30. On peut dès lors conclure que Quémeneur a été tué entre le 23 mai à 22 heures et le 24 mai à 5 h 30.
L’hypothèque la plus plausible est que Seznec s’est débarrassé du corps de Quémeneur dans la région de Houdan-La-Queux-lez-Yvelines, en jetant son corps lesté à l’aide d’un objet lourd dans un des nombreux lacs du secteur. Il ne faut pas oublier que le cric de la Cadillac, dont la présence avait été constatée dans la voiture le 23 mai au garage Hodey de Dreux, n’était plus présent le 24 mai, à La Queue-lez-Yvelines, dans le véhicule. Seznec a prétendu l’avoir perdu au cours de la nuit. Or le cric de la Cadillac pesait une vingtaine de kilos.
La seconde hypothèse qui est encore défendue par certains mais qui est peu acceptable, est que Seznec, ayant placé le corps de Quémeneur dans le coffre de la Cadillac, est revenu avec ce colis encombrant à Morlaix, opération il faut en convenir risquée. Tout ou partie du corps de Quémeneur a ensuite été brûlé. En effet, d’après plusieurs témoignages (les employés de Seznec ou des voisins), Seznec, dès son retour à Morlaix, a entretenu dans la chaudière de sa scierie un feu intense et a jeté lui-même les cendres dans la rivière. Juliette Le Her, fille du premier mariage de François Le Her (époux en secondes noces de la fille de Seznec) témoigna en 1956 : « Le vieux Seznec m’avait dit qu’il avait brûlé le tête de Quémeneur et qu’avec les recherches on pouvait toujours courir, quand je faisais allusion à la recherche du corps ou des ossements. »
Si les investigations actuelles n’ont pas permis de connaître les circonstances exactes de la mort de Quémeneur ni de la disparition de son corps, elles ont par contre établi que ce dernier n’avait pas été enterré au domicile des Seznec à Morlaix. De ce fait, seule la première hypothèse peut objectivement être retenue.


Guy Penaud
Commissaire principal de police honoraire et historien
Auteur de « L’Enigme Seznec »
Editions La Lauze