Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Affaire Seznec : Dégâts des os !

"Il est difficile de vivre avec des humains;

parce qu'il est difficile de se taire."

Friedrich Nietzsche

(Ainsi parlait Zarathoustra)

 

Un Breton me disait récemment : "En violant la terre de Traon-ar-Velin, ils ont souillé l'affaire Seznec !"

Un peu excessif, mais pas entièrement faux !

Sûr que dégâts il y a !

Sûr que l'affaire Seznec va avoir du mal à s'en relever...

Ou pas !

Sûr que si le ridicule devait tuer, il y aurait de nombreux morts !

Mais l'humour vaincra...

Un exemple, parmi tant d'autres, sur Twitter :

J'ai trouvé ça dans mon jardin. Ça va peut-être relancer l'affaire Seznec.

 

 

Denis Seznec (Oui, merci, on sait qu'il est "Denis Le Her" pour l'état civil, mais de grâce accordez-lui au moins ça : il s'est toujours battu, même mal, même trop, pour Guillaume et il a de fait le droit de porter le nom de son grand-père sans votre autorisation !) n'a pas apprécié la plaisanterie !

Mais la nouvelle mode c'est de s'en taper de ce que peuvent penser les petits-fils !

Car, au fait, qui est Guillaume Seznec pour vous tous qui vous agitez dans tous les sens ?

Un moyen de régler des comptes pour notre avocat...

Un moyen de frôler la célébrité pour notre brocanteur...

Lire sur ce blog : L'avocat et le brocanteur

 

Denis Seznec a accordé une interview à 20 minutes hier 5 mars 2018 : 

 

Bretagne : «On a sali ma famille»... Denis Seznec a vécu un cauchemar pendant les fouilles

 

ENQUETE Le petit-fils de Guillaume Seznec, condamné en 1923 pour un meurtre, a mal vécu les fouilles menées dans l’ancienne maison familiale...

Propos recueillis par Camille Allain

 

Pendant dix jours, les abords de la maison de ses grands-parents à Morlaix (Finistère) ont été creusés, fouillés, auscultés. Petit-fils de Guillaume Seznec, condamné en 1924 pour le meurtre de Pierre Quémeneur, Denis Seznec a assisté, impuissant, à l’emballement médiatique autour de cette affaire jamais élucidée

 

Menées par un ancien avocat controversé de sa famille et d’autres particuliers, ces fouilles ont débouché sur la découverte d’ossements d’origine animale. Celui qui a consacré une bonne partie de sa vie à lutter pour faire innocenter son grand-père n’a guère apprécié. « J’ai eu l’impression de vivre un cauchemar ». Il témoigne.

 

Comment avez-vous vécu cette période de fouilles dans la maison de vos grands-parents ?

Au départ, ça m’a laissé indifférent. Je n’y croyais pas du tout et je préférais me tenir éloigné de cette histoire. Mais quand ils ont découvert le premier os et qu’on a laissé croire qu’il pouvait s’agir d’un humain, je l’ai mal vécu. Je n’ai jamais douté, mais j’ai eu l’impression de vivre un cauchemar.

Le nom de votre grand-père s’est de nouveau retrouvé dans tous les journaux.

On a sali ma famille, mes grands-parents. Si on suit la version de ces gens, ma grand-mère aurait refusé les avances d’un homme, avant de le tuer. Elle n’avait jamais été mise en cause. C’est donc elle qui aurait lancé le mouvement #balancetonporc ? Et mon grand-père l’aurait couverte pour la protéger en endossant la responsabilité ? On est en plein délire. Je pense aussi à la famille Quémeneur. Cette version faisait de lui un potentiel violeur. De quoi se mêlent-ils ?

   Vous n’avez donc jamais cru à cette version ?

Absolument pas. Tout ce qu’ils ont trouvé, c’est un tas d’ordure. Pourquoi enterrer un homme juste à côté de sa maison quand on est à deux pas d’une rivière et de la mer ? Je ne comprends pas. Je ne vois pas pourquoi on a ciblé la maison de mes grands-parents. Cette affaire est très compliquée. Les gens aujourd’hui ne la connaissent pas. Ce que je veux, c’est être tranquille.

Où en sont vos recherches personnelles ?

Je vais me rendre à Traou-Nez [une maison que devait vendre Pierre Quémeneur au couple Seznec] avec des huissiers en avril. Nous allons y enregistrer le témoignage d’une femme de 103 ans qui aurait vu deux hommes courir l’un après l’autre. Elle avait déjà évoqué que l’un des deux avait un revolver. On interrogera sa fille pour voir si elle a toujours tenu cette version.

Voilà, voilà...

Le fils de Jeanne Seznec n'est pas content du tout...

Et les enfants de Petit Guillaume sont furieux que l'on ait cité partout leur père sans même les consulter.

Pendant que nos pieds nickelés n'en peuvent plus de se prendre en photo sur le site qu'ils ont saccagé...

Pendant que Denis Langlois, l'ancien avocat de la famille Seznec, règle ses mauvais comptes...

On peut encore lire sur le blog de Me Langlois :

Bertrand Vilain écrivait sur son blog en date du 31 mai 2015 : "J'ai suggéré d'engager des fouilles à titre privé avec l'accord du propriétaire de l'ancienne maison Seznec et de les faire financer par un média en échange d'une exclusivité."

Le Télégramme est donc tombé dans le panneau...

Et tous les médias ont suivi.

J'ai demandé à mon ancienne école de journalisme, la prestigieuse Rue du Louvre, que ce cas soit enseigné aux élèves comme exemple d'un mauvais buzz, d'une fake news et d'une non vérification des sources.

Hervé Chambonnière, journaliste responsable du faux scoop du Télégramme, nous re-tweete l'excellent article du Monde (à trouver en entier sur "La lutte des femmes dans l'affaire Seznec" )

en ajoutant :

" : les os de la discorde" - "C’est une affaire qui rend fou (...) Chaque fois que quelqu’un avance ses pions sur l’une des pistes, cela “tue” les autres, alors certains s’énervent (...) parce que le mystère reste total, non résolu."  "

 Ben oui, mais moi, j'ai pas de piste !

C'est bête, hein !

Et maintenant...

Et maintenant j'attends les déclarations de Me Denis Langlois pour nous préciser clairement :

- Quel membre de la famille Seznec a donné son accord pour ces fouilles ?

- Quel membre de la famille Seznec détient les bobines d'enregistrement de Petit Guillaume par Bernard Le Her ?

Et, à mon avis...

A mon avis, je crois que je vais pouvoir attendre encore longtemps.

Liliane Langellier

P.S. Je reçois à l'instant même (12 h 53) un mail de Me Denis Langlois avec en copie jointe la lettre de Bernard Le Her du 14 janvier 1978.

Me Denis Langlois me demande de la publier, vous la trouverez donc ci-dessous.

 

Oui, c'est bien la lettre que Bernard Le Her avait envoyée à Me Denis Langlois...

Mais, moi, j'ai en stock une toute autre version, me signifiant que Bernard Le Her avait tenté d'enregistrer Petit Guillaume. Mais que Petit Guillaume, l'ayant vu arriver avec ses gros sabots, ne l'a pas laissé faire !

Parce qu'il faut vous dire qu'il avait bourlingué quand même, Petit Guillaume, c'était même celui des enfants Seznec qui avait le plus bourlingué. 

Lire sur ce blog : Petit Guillaume

De l'autre côté, Bernard Le Her était faible et emberlificoté dans ses propres problèmes. Il était fort jaloux de son frère Denis. Et, sans doute, prêt à tout pour lui nuire.

Alors...

Alors j'attends plus d'éclaircissements.

D'autre part, Me Langlois fait mention du suicide de Bernard Le Her en décembre 1994 pour excuser la non récupération des bandes magnétiques.

Ben oui, il n'avait donc qu'une durée de 16 ans (1978 - 1994) pour les récupérer !

Pour ce qui est du descendant de la famille Seznec évoqué par Me Langlois...

Et au vu de la lettre de la procureure générale de Rennes, Mme Véronique Malbec, qu'il m'a fait parvenir, je n'ai toujours pas compris qui était ce mystérieux descendant Seznec qui avait demandé les fouilles de Morlaix.

Mais je ne demande qu'à comprendre...

Pour ce qui est du "manque de respect" envers Me Langlois et Bertrand Vilain. Je n'ai jamais été injurieuse dans mes propos.

Mais, par contre, j'ai été copieusement injuriée, de façon anonyme, via les commentaires de ce blog (heureusement que je les modère !)

Enfin, une fois pour toutes, notez-le sur vos tablettes, Petit Guillaume avait 12 ans en 1923. Et non 11 ans comme relaté partout.

Il était né le 1er mars 1911.

Donc chez moi, 1923 - 1911 = 12 !

Et un an ça compte à cet âge-là...

Lire pour vérification :

 

Fermeture pour cause de dégât des os....

Fermeture pour cause de dégât des os....

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

guy 06/03/2018 09:58

Il faut bien admettre que la piste 'petit Guillaume' remet en selle la piste de Plourivo. En effet si un retour de Quéméneur à Morlaix est envisageable pour l'une, pourquoi pas une arrivée au Manoir le samedi ou le dimanche ?
Nous savons tous et depuis longtemps, (l'enquête du Juge Hervé en 1924), qu'il y avait le mariage de la fille Guyomar le vendredi 24 mai 1923 à Traou-Nez qui se serait étiré tardivement dans la nuit du samedi, au moment où les deux compères roupillaient à Rennes.
Un autre mariage le dimanche 27 mai ? Celui de la marraine de madame Dauphin , ou était-ce le même qui se serait prolongé ?
Pour accréditer un retour en Bretagne il y a le témoignage du notaire Danguy des Déserts qui aurait aperçu Quéméneur à la gare de Rennes le 26 à 14 heures. Certes il ne lui a pas parlé mais les deux amis se seraient salués ; le conseiller général de son geste habituel.

Évidemment, le 26 mai ; Rennes, 14 heures, Plourivo dans la soirée, coups de feu dans la nuit, n'est pas envisageable par tous, car il faut bien que Quéméneur se soit rendu à la poste du boulevard Malesherbes en début d'après midi : Rennes ou Paris faut choisir...
Et puis il y a le témoignage de François Le Her, le seul a être affirmatif : en plus de le voir il lui a parlé longuement en fin d'après-midi au Trocadéro.
On ne dira jamais assez la toxicité de l'intrusion du bourrelier dans ce mic-mac.

Alors va pour le dimanche 27 mai, Bolloc'h fera taxi, tant pis pour Lajat et Le Berre, Danguy sacrifié glissera au 29, myope comme les autres.

Les marins n'étaient pas tous d'accord, il y avait noce ou pas ? Le mourant Malpot qui ne ment pas, tranchera, c'était dans la nuit du 27 au 28. En 1931 Victor Boisseau, journaliste à Ouest-Eclair vérifiera sur le registre, (avant qu'il ne disparaisse), La Marie Ernestine est signalée sortante le 26 mai. La marée accréditerait cette date.

Récapitulons, le 26 : Quéméneur à Rennes à 14 heures, en soirée à Plourivo, fin du voyage ou à Morlaix le matin du 27?

La Piste de Lormaye 06/03/2018 16:35

Merci de votre intervention, Guy !
Et oui, c'est ainsi, une piste chasse l'autre...
L'intérêt de cette affaire est de rester complètement neutre, mais complètement neutre !
Avez-vous vu la rubrique "Discussion" sur le Wikipedia de l'affaire Seznec ?
Un Breton me l'a conseillé et c'est riche d'enseignements...