Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 700 articles.

Quand la médiocrité prend le pouvoir dans l'affaire Seznec !

"La seule certitude, c'est que rien n'est certain."

Pline l'Ancien

Alors que le seul, l'unique et le véritable, SaintOp, alias Kadillak, semble avoir jeté le gant..

Deux articles hier dans Le Télégramme...

Deux articles qui ne font pas avancer le schmilblick !

Deux articles = deux courses d'egos !

Le journal devait manquer de sujets en cette mi-février...

Alors, les marronniers ne sont pas gelés...

Je vous les restitue ci-dessous :

 

Le 21 février à 15 heures

A Morlaix, l'affaire Seznec est toujours bien présente dans les esprits. Reportage en ville.

 

Près d’un siècle plus tard, le nom de Guillaume Seznec continue de résonner dans les oreilles des Morlaisiens. De l’inquiétante disparition aux derniers livres de révélations, des gros titres de presse aux émissions de télévision, ils sont des générations à avoir suivi les rebondissements émaillant cette histoire, qui prend racine près du Viaduc. 

« C’est sûr, ça intéresse les gens d’ici. C’est une affaire qui vient quand même de chez nous », observe Nelly, attablée sur la terrasse d’un bar du centre-ville. Passionnée d’enquêtes criminelles, la Morlaisienne penche plutôt pour l’innocence de Seznec. « Son petit-fils a l’air trop convaincu pour qu’il n’y ait pas un fond de vérité. Après autant d’encre qui a coulé, ce serait quand même extraordinaire d’y mettre une conclusion », poursuit-elle, après une bouffée de cigarette. 

Assis juste à côté, Joseph intervient : « À mon avis, c’est comme le petit Grégory, on n’en saura jamais rien », tranche-t-il, le nez dans son café


« Pas de fumée sans feu »

 

Quelques dizaines de mètres plus loin, dans un autre troquet. « Seznec ? C’est un mystère cette affaire. Je sais qu’il reste sa baraque abandonnée, près de la rocade », lance un habitué, accoudé au comptoir. « Peut-être bien que le corps est là-bas, mais je n’y crois pas trop », confie celui qui a suivi toute l’affaire « à la télé ». Un avis personnel ? « J’ai des suspicions. Pour moi, y’a pas de fumée son feu ». 

 

« Aujourd’hui, les jeunes connaissent moins, faudrait aller demander dans les maisons de retraite », s’amuse le patron. À la sortie du lycée Tristan-Corbière, on hausse les épaules à l’évocation du bonhomme. « On connaît tous de nom, mais ça reste une vieille histoire », commente un élève.

« Ça change des histoires de tronçonneuse »

Au nom de Seznec, les regards de Nadine et Stéphane s’illuminent. « Ah oui, on connaît, c’est une histoire qui fait peur aux enfants. Moi je pense qu’il est à 100 % innocent, victime d’une erreur judiciaire », lance ce dernier. « J’espère que les fouilles vont marcher, ce serait bien qu’il y ait un dénouement », appuie Nadine. C’est aussi de l’avis de Véronique, Morlaisienne, qui a lu un bouquin « épais comme ça » sur l’affaire. « Tout le monde aime les enquêtes criminelles. Pour celle-là, il n’y a pas de tronçonneuses ou de viol, c’est une histoire d’un autre temps, très mystérieuse. Ça change des faits-divers sordides d’aujourd’hui ».

 

 

Et comme un clou chasse l'autre...

 

Le 21 février à 9 heures

Affaire Seznec. Denis Le Her-Seznec : « Ces fouilles, c'est délirant »

 

Le petit-fils de Guillaume Seznec, Denis Le Her-Seznec, s'exprime à propos des fouilles privées qui auront lieu dans quelques semaines dans la propriété de ses grands-parents.

Quel est votre sentiment sur ces fouilles dans la propriété de vos grands-parents ?
« Ça me paraît rocambolesque, délirant. Il y a eu trois perquisitions là-bas. Illégales ou pas, elles ont été menées par des gens qui n’étaient pas de petits flics. C’était une police politique, mais ils n’étaient pas idiots. Par ailleurs, je trouve étonnant qu’il y ait un ex-avocat derrière cette manœuvre, qui parle 40 ans après… Qu’est ce qu’ils espèrent trouver ? Ce n’est pas sérieux du tout. Il n’y a aucun intérêt, si ce n’est de nuire à la cause. Même si on prétend que mon grand-père est innocent, on accuse ma grand-mère, c’est d’un ridicule absolu ! » 

 

Selon vous, leur hypothèse est fumeuse ?
« Quéméneur n’est pas là. Il a été éliminé sur sa propriété de Plourivo. On a le témoignage d’une femme de 103 ans, qui s’est tue toute sa vie par peur. Il vient conforter celui de marins qui avaient entendu des coups de feu là-bas. Elle avait neuf ans à l’époque et a vu deux hommes courir sur la propriété, dont l’un avait un revolver à la main. J’ai une balle de revolver retrouvée là-bas sous scellé. Tout ça est lié à un trafic de Cadillac. C’est une piste beaucoup plus sérieuse que ma grand-mère repoussant les avances d’un Quéméneur qui passerait pour un violeur potentiel… »
 

Connaîtra-t-on un jour la vérité ?
« Selon les avocats, oui. Je ne serai peut-être plus là pour l’entendre. Mais ce n’est pas un élément nouveau qui changera la donne. Il faut un changement de mentalité dans la justice. Une affaire où il n’y a pas de cadavre, pas d’aveux, pas de témoins, pas d’arme, pas de mobile… C’est hallucinant. Mon grand-père a été victime d’une machination car il fallait vite étouffer l’affaire. Ça se passerait de nos jours, il ne serait même pas inculpé. »

 

.....................

 

Un article ce matin 23 février 2018 dans Ouest France :

 

 

MORLAIX

Affaire Seznec. Vers un dénouement à Morlaix ?

Ces prochains jours, ce week-end peut-être, des fouilles vont se tenir dans l’ancienne propriété de la famille Seznec, à Morlaix. Une théorie veut que le conseiller général Pierre Quéméneur disparu en 1923 y soit enterré.

Denis Langlois, l’ancien avocat de la famille Seznec, et Bertrand Vilain, un brocanteur finistérien, vont procéder, ces jours-ci, à des fouilles dans l’ancienne propriété de Guillaume Seznec, à Morlaix (Finistère). Ils affirment que Pierre Quéméneur y a été enterré. Une thèse parmi d’autres pour expliquer la disparition du conseiller général, en 1923.

La seule chose certaine, c’est que Quéméneur est parti faire affaire (vendre une Cadillac) avec Seznec à Paris le 24 mai 1923, puis a disparu en chemin. Reconnu coupable d’un meurtre qu’il a toujours nié, Guillaume Seznec avait été condamné, en 1924 à Quimper, au bagne à perpétuité.

Tué avec un chandelier ?

 

 Selon l’avocat, Quéméneur serait rentré à Morlaix où il aurait rendu visite à Marie-Jeanne, la femme de Seznec. Il l’aurait courtisée avec tant d’insistance que Marie-Jeanne s’est sentie menacée, et l’aurait frappé mortellement avec un candélabre.

Une scène à laquelle aurait, partiellement, assisté Petit Guillaume, l’un des quatre enfants du couple Seznec. Denis Langlois dit avoir entendu un enregistrement dans lequel, à l’âge adulte, il relate cette histoire à un membre de la famille.

L’avocat en a fait état dans un livre en 2015. À sa lecture, Bertrand Vilain, qui a accumulé une quantité impressionnante de documents sur cette affaire, a fait le lien avec un inventaire des biens de Seznec : « Y figure le candélabre décrit par Petit Guillaume. »

 

Une sorte de cellier

Le fils Seznec aurait aussi expliqué que peu de temps après, le sol a été creusé par son père, « dans une sorte de cellier ». L’endroit a été identifié par le brocanteur. « Il est aujourd’hui muré, mais on ne sait pas de quand ça date. »

Cette thèse ne réhabiliterait pas totalement Guillaume Seznec qui aurait donc œuvré à la disparition du corps. « Il a toujours fait en sorte d’éloigner les enquêteurs de Morlaix, et donc de sa femme », remarque Bertrand Vilain.

 

Pour Denis Langlois, la théorie est aussi « celle qui entre le moins en contradiction avec les éléments du dossier ». Il rappelle « qu’un notaire a aperçu Quéméneur en gare de Rennes le 26 mai », lendemain de sa disparition.

Les fouilles s’effectueront sans les moyens de la justice, mais grâce à la bonne volonté d’une équipe hétéroclite de bénévoles : une association spécialisée dans la recherche d’objets de la Seconde Guerre, un archéologue, un architecte ou encore le patron d’une entreprise de BTP (fournissant une tractopelle).

Si des ossements sont découverts, il sera facile d’identifier Quéméneur. « Grâce au relevé dentaire fourni par son dentiste, sa taille – 1,60 m –, la connaissance d’une fracture ancienne au nez », énumère Denis Langlois. Si, en revanche, on ne trouve rien, il faudra peut-être se résigner à ne jamais connaître la vérité.

Article de Delphine Van Hauwaert

...................

 

Voilà, voilà...

 

Joli combat d'egos mâles !

 

Qui ne fera pas avancer l'affaire Seznec d'un iota !

 

Même les fouilles seront truquées si elles sont faites en l'absence d'un huissier de justice pour constater de visu et par écrit les trouvailles...

 

Voilà, voilà...

 

Le seul qui pouvait apporter de l'eau propre à ce cloaque...

 

Le seul, l'unique, le véritable, a jeté le gant.

 

Ah mais je ne vous ai pas dit...

 

Je sais qui est Kadillak/SaintOp...

 

Et alors là...

 

Là, on peut dire que c''est vraiment une pointure, lui !

 

Liliane Langellier

 

Pour comprendre les deux pistes évoquées, lire :

 

Pour celle de Denis Seznec : les articles sur Traou Nez

 

Pour celle de Denis Langlois : l'article écrit à la parution de son livre.

 

N.B. On médiatise beaucoup Denis Seznec (Denis Le Her pour l'état civil) , mais on oublie trop facilement que Petit Guillaume a un fils qui s'appelle Gabriel... Gabriel Seznec !

Avec qui j'ai eu contact.

Et qui n'adhère à aucune des deux pistes pré-citées...

 

Lire sur ce blog : Qui est Petit Guillaume ?

Un cloaque

Un cloaque

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article