Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Investigation

Le blog de Liliane Langellier. Premier blog sur l'affaire Seznec. Plus de 840 articles.

Affaire Seznec Investigation : le grand Bal-tringue...

"La haine n'est pas le contraire de l'amour, c'en est l'envers."

Balzac

 

 

Nous avons laissé toute notre petite famille arriver à Paris - Gare d'Austerlitz - avec en tout et pour tout un billet de 100 francs en poche.

Et là....

Et là personne ne se demande ce qu'a rapporté la revente de la maison de Saint-Nicolas-de-la-Grave.

C'est fou, dans cette affaire, combien les questions essentielles sont passées à la trappe.

Pourtant c'est pas compliqué : Seznec a acheté une maison, il peut la revendre, il peut donc récupérer du fric. 

Qu'il n'avait pas en arrivant de Bretagne, je vous l'accorde.

Mais qui vous dit que notre "Sacré Léon" n'avait pas vis-à-vis de lui une dette datant de bien avant le bagne ?

Entretemps, il y a eu la tournée triomphale avec le livre de cette garce de Claude Sylvane. Qui, c'est vrai, n'a pas reversé un seul kopeck de ses droits d'auteur à la famille.

Non seulement, elle écrivait mal.

Non seulement elle ne connaissait pas le mot exactitude.

Mais en plus elle était limite honnête.

Et très méchante... (pas besoin d'avoir fait de la psychomorphologie pour le lire sur son petit visage de fouine...)

Dans mon ancien forum, je vous ai épargné le début de ce qu'elle avait écrit (retranscription émission radio) au sujet de Me Denis Langlois. 

Chacun de ses mots trahissent sa haine, son envie, sa jalousie.

Alors, là, je vais vous les retranscrire.

Bien sûr que je désapprouve totalement ses dires.

J'ai interrogé Me Denis Langlois qui n'a jamais rencontré Claude Sylvane....

Mais c'est juste pour vous donner une idée de la bassesse de cette femme.

Boudiou ! Quand les femmes se mettent à être méchantes....

"… Denis avait décidé de le prendre comme avocat… C’était un avocat qui je crois était en France en province, je crois que c’était à Pithiviers et puis d’un seul coup il est revenu à Paris et il a écrit un livre que j’ai là, qui s’appelle « L’affaire Seznec ». Ce livre, en réalité, quand il dit mon livre, il y a là-dedans peut-être, enfin il y a quelques lignes de lui, il a pris tous les livres, y compris le mien, ceux qui ont dit du bien, ceux qui ont dit du mal, ceux qui l’ont défendu comme le juge Hervé… pour faire un livre, c’est pas difficile.. Mettre quelques lignes d’intervalle et on a un livre complet. Il n’était pas complet parce qu’il y a des erreurs…. Il a tiré ça directement – je ne sais pas comment il a fait son compte parce que normalement on doit être passé  par un éditeur – à France Loisirs et il en a tiré 12.000 parait-il. Et c’est à ce moment-là que Denis a commencé à écrire le sien. En se disant que celui-là n’était vraiment pas la vérité et que… Bon…

Mais pendant ce temps-là, lui, il a vendu son scénario à je ne sais pas quelle firme dans l’affaire. Et je suppose, je n’en suis pas sûre,  car ce n’est pas Boisset qui est un très bon metteur en scène et un homme très intègre qui a pu faire les erreurs qui ont été faites. Elles ont du être dites au dernier moment. Et je pense qu’il s’est simplement proposé – comme souvent quelqu’un qui fait un scénario à surveiller un peu son scénario dans le studio et en même temps dire : « Moi, qui connais si bien l’affaire, je vous dirai s’il y a des erreurs.. » ça lui permettait de glisser les erreurs qu’il voulait. Parce ce que  ce n’est pas possible que dans le scénario on est mis cela, je vous cite un exemple :

Monsieur Seznec a eu des photos dans tous les journaux de l’époque quand il s’est dressé dans son boxe à la fin de son procès en criant ce cri pathétique : « Mais ne vous en allez pas, c’est pas fini, ça peut pas finir comme ça » C’était vraiment le cri de sa détresse."

Les Ricains disent "S.B." ou "Sick Bitch".

Je ne vois pas d'autre mot pour qualifier la mère Sylvane et son écriture à trois balles.

Il est vrai que le premier livre de Me Langlois est une véritable surprise littéraire. Avec son "Tu" à chaque fois qu'il fait parler Guillaume.

A côté, la pauvrette, avec son écriture de midinette, elle a dû se casser les ongles en griffant son papier peint de rage.

Bon. Passons. 

Seul intérêt du livre de la Claude, le premier vrai Tour de France de Seznec pour plaider sa cause. Et, là, tout le monde est unanime.

Enfin, unanime sur le Tour de France, mais pas sur les mensonges balancés en pâture à la foule des grands jours. Il a de qui tenir Petit-Fils premier, quand même !

Et voilà que justement, un Breton, Henri Tanguy, restaurateur à Paris, avait assisté à la grand messe de la salle Wagram. Et qu'il avait écrit dans le Tarn-et-Garonne pour proposer à Jeanne la gérance du second restaurant qu'il venait d'ouvrir à Paris.

On est donc à l'automne 1950... Et c'est là qu'entre en scène un personnage fort peu sympathique avec un physique de jeune premier : Claude Bal. Coureur, joueur, fumeur, buveur (vous pouvez en ajouter encore dans les 7 péchés capitaux.... Vous serez toujours en-dessous de la réalité)

Il hante les couloirs de Paris Match (tout le monde à cette époque hantait les couloirs de Paris Match, ça, faut le savoir....)

Et comme il est malin, il se dit qu'il va se faire le scoop de la décennie.

Il traîne rue du Chevaleret. Où habitent désormais les Seznec. 

Il traîne pas, il fait comme de Jaegher une génération avant, il tape carrément l'incruste.

Entretemps, Guillaume s'est fait renverser au carrefour des Gobelins en novembre 1953.

Il n'est pas terrible, terrible...

Alors autant en profiter, hein ?

Et Claude Bal de lui faire signer le papelard fatal selon lequel "tu lui accordais l'entière exclusivité pour publier des articles, des livres, réaliser un film ou des émissions de radio..." (cf Me Langlois in page 401).

Le grand-père s'aperçoit quand même que la date, ça le fait pas : "29 septembre 1953" est-il écrit en bas de page alors que nous sommes en janvier 1954."

Réponse du Bal-tringue :

"Oui, mais si je mets la date d'aujourd'hui, on émettra des doutes sur vos facultés mentales après votre accident..."

Et Jeanne, elle est où Jeanne ?

Elle pouvait pas relire, non ?

Jeanne, elle est tombée sous le charme du bellâtre plumitif, et elle ne touche plus terre...

Elle a des petites étoiles dans les yeux et c'est pas très pratique pour déchiffrer une lettre.

Je vous mets le satané papelard en pièce jointe plus bas.

Résultat : lettre recommandée du Breton Tanguy qui vire Jeanne car elle passe son temps à courir (?) les avocats et à aller au Palais de Justice.

Et oublie qu'elle est censée tenir un restaurant.

Non. Il n'y a pas à pleurer sur son sort.

Elle a mal agi. Un contrat de travail, ça se respecte. 

Enfin...

Ouf !

Il était juste temps pour notre Bal-tringue.

Guillaume Seznec meurt le 13 février 1954.

Mais Claude Bal, il a le papelard, et il va s'en servir, croyez-moi....

Quand on me parlait de la piste de Claude Bal, je pensais toujours au Café de l'avenue de la Bourdonnais : "Au Tambour".

Godoc m'a envoyé de sa Bretagne natale son exemplaire de Claude Bal. Je l'ai lu. Mais rien ne m'a vraiment attiré l'attention.

C'est quand je l'ai relu (il y a environ 3 ans) que j'ai sauté au plafond : à aucun moment le nom de François Le Her n'est mentionné dans le bouquin.

Oui, j'en avais même fait un article rien qu'exprès pour ça dans mon ancien blog.

Car pour être surprise, j'étais surprise.

Mais je n'étais pas... Au bout de mes surprises...

Pour me remettre la tête à l'endroit, je reprends Bernez Rouz et tout son chapitre sur "François Le Her serait l'assassin de Pierre Quéméneur" (de la page 161 à la page 166).

Entretemps, je corresponds avec Me Langlois et je lui fais part de mes doutes.

C'est lui qui m'enverra les documents que vous trouverez plus bas et qui expliquent clairement le pourquoi du comment.

Jeanne a toujours des petites étoiles dans les yeux mais le Bal-tringue change de femme comme de chaussettes. Se marie. Se démarie. L'école de la fidélité, quoi !

Alors, forcément, un jour ou l'autre.... Les petites étoiles... Elles finissent dans le bouillon du potage.

Et là, comme disent les Italiens, là ça devient la merda totale !!!!

Aucun jugement moral de ma part. Mais évitez-nous juste les Sainte-Jeanne priez pour nous.

Elle s'est exposée. Elle s'est ramassée.

C'est pas la première. Ce ne sera pas la dernière.

Il est de bon ton de savoir choisir ses partenaires.

Seulement voilà que les petites étoiles se transforment illico presto en scuds.

Elle commence par interdire à Claude Bal de citer "son cher mari défunt" dans son livre.

Motif officiel : ne pas traumatiser les enfants en accusant leur papa d'être un assassin.

Oui, oui oui, ça pour les traumatiser les enfants, y'avait pas besoin d'un livre !

Donc ce grand niais de Claude Bal obéit et ne parle pas du tout de François Le Her dans son bouquin (chantage de Jeanne ? Qui ira jusqu'à oser supposer que c'est Claude Bal qui a poussé le grand-père sous les roues de la camionnette au carrefour des Gobelins !!!!)
Mais là où ça se complique, c'est que du coup la demande de révision est d'une telle platitude, sans notre héros François Le Her, que les magistrats ne vont pas mettre longtemps à la refuser.

Je vous laisse lire attentivement les lettres reproduites ci-dessous.

Maître Denis Langlois m'écrit en janvier 2014 : 

"Il est évident qu'on ne parlerait plus aujourd'hui de l'affaire Seznec sans l'action médiatique de la famille Seznec (Petitcolas, Marie-Jeanne, Jeanne et Denis). Mais, en même temps, la vérité n'a pas pu émerger en raison de l'omniprésence de la famille Seznec. Elle a souvent bloqué les recherches ou les a orientées, parfois autoritairement, dans des directions erronées. Ses réseaux médiatiques ont toujours été importants et des dérives narcissiques (celles de Jeanne et surtout de Denis) se sont produites de façon dommageable. Certains ont pu écrire que le principal obstacle à la révision du procès Seznec était la famille Seznec. Ce n'est pas totalement faux."

 

Vous allez vite remarquer, dans les différents courriers, la bonne entente qui règne dans la famille Seznec.

Parce que les deux frères, Petit-Guillaume et Albert commencent à en avoir ras le bol des désordres psychologiques de leur soeur.

Pour l'écrire à Claude Bal, puis au Garde des Sceaux, puis enfin à l'A.F.P.....

Il fallait effectivement qu'ils en aient vraiment ras le bol.

Quant à notre Bal-tingue, le commissaire Camard se chargera sans problème de descendre un à un tous les témoignages qu'il avait évoqués.

Les risques du métier, sans doute ?

 

Liliane Langellier

 

P.S. Et oui, pour Jeanne Le Her, la vengeance est un plat qui se mange froid (voire surgelé dans le cas présent) et je ne vous épargne pas le charmant communiqué où elle descend Claude Bal....

On est en l'an 1976.... "Vingt Ans après" comme écrirait ce cher Alexandre Dumas...

Allez savoir... C'est peut-être"de bonne guerre", car rappelez-vous ce que nous relate Me Denis Langlois en page  216 (Petit-Guillaume parle à Bernard) :

" - Claude Bal, c'est une crapule ! Si tu savais ce qu'a dit Claude Bal de ta mère, eh bien ! tu lui foutrais ton poing dans la figure ! Tu sais, Claude Bal, lui, il s'en fiche pas mal. Il ne croit en rien du tout. Ce qu'il veut, c'est ramasser de l'argent. Bon, il laissait des rognures à ta mère..."

 

P.S.2 Depuis que je n'ai pas laissé passer sur mon blog leurs 11 pages de commentaires, ces deux dames me font vivre l'enfer jour après jour.... Jusqu'à faire bloquer mon I.P. par J.A.C. que je ne peux plus lire....

Avouez quand même....

C'est t'y pas sympa de recevoir ce genre d'encouragement quand on est en train d'écrire un article ? 

Chère Madame,
Votre écriture est certes piquante et amusante mais vous multipliez les insultes aux personnes et vous approchez très souvent de la diffamation grave..Comme vous avez une carte de presse vous êtes pratiquement intouchable, vous avez la liberté de toutes les caricatures, de tous les jugements de valeur, de toutes les attaques personnelles. Vous critiquez sans toujours publier les posts que vous critiquez ce qui est profondément malhonnête. Je viens de lire le passage de Claude Sylvane, j'ai cru qu'il était de vous.
Vous pensez savoir qui je suis; c'est possible avec internet car je ne me cache pas.Je n'ai aucun lien avec la famille Seznec mais je vis en Bretagne. Je connais les Bretons de cette génération et je sais ce que même un Guillaume est capable ou pas de faire. Vous cherchez la vérité et l'exatitude mais vous vous fourvoyez . Désolé pour vous 
 
 

 

 

Claude Sylvane, Guillaume Seznec et Cécile Denoël.

Claude Sylvane, Guillaume Seznec et Cécile Denoël.

Autorisation Seznec à Bal in blog Me Denis Langlois.

Autorisation Seznec à Bal in blog Me Denis Langlois.

Lettre de Mme Hubert et Biaggi et Claude Bal en septembre 1955.

Lettre de Mme Hubert et Biaggi et Claude Bal en septembre 1955.

Lettre de Mme Hubert et Biaggi et Claude Bal en septembre 1955 (2)

Lettre de Mme Hubert et Biaggi et Claude Bal en septembre 1955 (2)

Additif demande en révision.

Additif demande en révision.

Additif demande en révision (page 2)

Additif demande en révision (page 2)

Lettre de Claude Bal du 6 octobre 1955.

Lettre de Claude Bal du 6 octobre 1955.

9 octobre 1955. Lettre d'Albert et Guillaume Seznec à Claude Bal.

9 octobre 1955. Lettre d'Albert et Guillaume Seznec à Claude Bal.

9 octobre 1955. Lettre des fils Seznec au ministre de la Justice.

9 octobre 1955. Lettre des fils Seznec au ministre de la Justice.

9 octobre 1955. Lettre des fils Seznec au ministre de la Justice (2)

9 octobre 1955. Lettre des fils Seznec au ministre de la Justice (2)

9 octobre 1955. Communiqué Guillaume et Albert à l'A.F.P.

9 octobre 1955. Communiqué Guillaume et Albert à l'A.F.P.

Communiqué Jeanne Seznec de novembre 1976.

Communiqué Jeanne Seznec de novembre 1976.

Communiqué Jeanne Seznec de novembre 1976 (2)

Communiqué Jeanne Seznec de novembre 1976 (2)

Communiqué Jeanne Seznec de novembre 1976 (3)

Communiqué Jeanne Seznec de novembre 1976 (3)

Communiqué Jeanne Seznec de novembre 1976 (4)

Communiqué Jeanne Seznec de novembre 1976 (4)

Merci pour les 1.525 visites de juillet et les 4.124 pages vues.

Depuis sa création,

- le 27 mai 2015 -

"Affaire Seznec Investigation"

compte

40 articles

115 commentaires

3.876 visites

11.770 pages vues.

Forza !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour,<br /> <br /> Votre IP n'a pas été bloquée et certainement pas à la demande d'autrui sur JAC. <br /> <br /> Bien à vous.
Répondre
L
Bonjour à vous... Alors expliquez-moi pourquoi lorsque je demande JAC par quelque moyen que ce soit de mon ordi j'ai la réponse : "Ce site est en maintenance" en trois langues.<br /> Et curieusement, je peux vous lire de chez mon voisin, amusant, non ?<br /> J'ai fait le rapprochement car, avant, je pouvais vous lire de mon ordi, et cela correspond pile poil à la publication chez vous des 11 pages de notre psy briochine (tiens, c'est joli, ça....)<br /> P.S. Par contre, certains de mes lecteurs m'ont certifié qu'ils pouvaient eux vous atteindre par votre lien que j'ai eu l'élégance de laisser sur mon blog dans "liens à suivre"....