Affaire Seznec Investigation : Et le commissaire Vidal décida que ce serait Houdan...

Publié le par Liliane Langellier

“Évidence. Vous aveugle, quand elle ne crève pas les yeux.”

Gustave Flaubert

 

 

 

 

On a laissé nos deux compères se réveiller péniblement de leur soirée à "La Source"....

Et les voilà repartis sur la Paris/Brest...

Si les rocades n'existaient pas encore, il faut bien  vous imaginer que, tout au long de la Paris/Brest les garages et les restaurants ne manquaient pas. Il n'y avait que le choix, d'ailleurs...

Ainsi, j'ai bien vérifié quelles rues ils avaient emprunté à l'intérieur de Dreux, puisque cette route nationale, et je le rappelle car c'est important, traversait la ville.

Vérification immédiate auprès de Pierre Fressonnet, l'historien local dont je suis attentivement le blog "Dreux par Pierlouim" :

"La Nationale 12 de Paris à Brest empruntait en 1923 (en fait jusqu'en 1960) le même chemin que l'ancienne route de Paris en Bretagne.

De Paris : entrée avenue du Général Leclerc, rue Saint Jean, rue Parisis, montée par la rue d'Orfeuil, le Bois Sabot pour terminer avenue des Fenots."

Emile Hodey tient un petit garage au coin de la rue d'Orfeuil et de la rue du Bois Sabot.

Il est indiqué en toutes petites lettres et en cinquième position sur le Guide Michelin 1922.

M'enfin, puisque, à ce qu'il paraît, Pierre Quémeneur le connaissait...

Mais c'est quand même Seznec qui parle d'une affaire de Panhard avec Emile.

Comme ils sont aussi menteurs l'un que l'autre, la vérité ne va pas sortir d'un bidon à essence !

Je ne sais pas si Seznec a menti pour son affaire de Panhard, mais je suis certaine que Hodey a menti pour l'allumage de la Cadillac.

Pour la seconde panne, on lit chez Denis Langlois en page 35 :

"Hodey est arrivé avec une dépanneuse et a remorqué la Cadillac.

- Je vous l'ai dit. Cette fois-ci, je suis obligé de faire les choses sérieusement. L'allumage est fichu. Je vais mettre la voiture sur la fosse et vous allez m'aider.

Pendant deux heures il a farfouillé dans le moteur. Toi, au volant, tu obéissais aux directives. Démarrer, accélérer, débrancher."

Ce modèle - et je l'avais longuement écrit dans mon ancien blog - était muni "d'un démarreur électrique dynamo/Delco. La manivelle ne sert plus à rien sauf en cas de panne de la batterie" in Baker & Vilain en page 91.

Je me souviens avoir passé des heures sur le sujet "Cadillac" et avoir fini par croiser mes sources avec Roger Zimmermann. Le grand spécialiste en la matière.

Car, voyez-vous, Madame Christine Gérard, cela ne s'appelle pas de l'hystérie, mais de la ténacité pour arriver à l'exactitude. Car la Science Fiction n'est pas mon genre littéraire préféré.

Bon.

Revenons à nos moutons.

On ne comprend pas très bien. Ils sont pressés (Quémeneur agite le Chaix chez Hodey), pas pressés (ils vont boire un apéro, à 19 h 45 pour fêter la réparation de leur Rosalie place Rotrou tous les trois...)  ils reprennent enfin la N 12 qui passe par....

Et bien qui passe par Houdan !

Et c'est là que le bât blesse.

Si j'en crois "la version officielle", nos deux compères roulent sur la N 12, dépassent Houdan, et s'aperçoivent que la lanterne arrière est grillée. Ils font donc demi-tour et retournent à Houdan (cf chez Denis Langlois en page 35). 

Ils entrent donc dans Houdan comme s'ils venaient de Paris.

Et c'est là que le gars Thierry nous trouve un élément qui m'avait échappé.

Un super garage juste à l'entrée de Houdan : Le Grand Garage du Cygne (voir plus bas).

Ce garage (qui est à Paul Périchon en 1923) est au 1, rue de Paris.

Le restaurant Le Plat d'Etain est au 94, rue de Paris.

Mais la rue de Paris fait une boucle autour de l'église (voir plan du Guide Michelin 1922 ci-dessous).

Alors c'est quoi l'histoire de la lanterne à vélo achetée chez le quincaillier JeanGirard ????

Tiens, au fait, Jeangirard était agent des cycles Alcyon.... Oui, tout comme Guillaume Seznec au début de sa carrière professionnelle. (cf extrait de presse)

Quand Petit-Fils premier ne nous parle pas de "retours de manivelle qui peuvent aller jusqu'à déboîter l'épaule" (en page 101) en page suivante, il nous fait le show de la lanterne à vélo !

Il est clair que tout le monde à Houdan (2.135 habitants) devait connaitre Le Grand Garage du Cygne, hein ?

Et que là, oui vraiment là, s'ils n'avaient pas vu le garage, il eût été utile de passer un coup de téléphone du restaurant !!!

Vous remarquerez que le prudent Bernez Rouz n'a pas pipé un seul mot sur le quincaillier JeanGirard !

Autre carabistouille...

Je connais bien la gare de Houdan - comme celle de Dreux d'ailleurs - elles ont peu changé.

MAIS...

Il est totalement impossible de les confondre.

Quant à rentrer en Cadillac #oupas dans la cour de la gare de Houdan, même en se trompant pour trouver la route de Paris, faut vraiment vouloir faire le coup de la voiture bélier !

Quant à la gare de Dreux, elle est loin de la route de Paris et il faut bien connaître la ville, surtout de nuit et quand on est dans l'urgence (voir plan du Guide Michelin 1922 ci-dessous).

Et avec les horaires qui nous ont été fournis, il est totalement impossible de prendre un train tant à Houdan qu'à Dreux (cf plus bas Chaix 1923).

Inutile de se creuser le ciboulot.

Je vous rappelle la page 141 du livre de Denis Seznec : "Plus tard, il écrira, du bagne, les policiers n'ont pas eu de peine à me convaincre que c'était à Houdan et non à Dreux que j'avais quitté Quemeneur... Je ne connaissais ni la gare de Dreux, ni celle de Houdan."

 

Reste la question : Pourquoi la fixette du commissaire Achille Vidal sur Houdan ?

S'il avait fait correctement son boulot de reconstitution du trajet, il serait parti de Rennes avec Seznec et ses équipes.

Voire de Morlaix, m'enfin là faut pas trop en demander.

Non, lui, c'est Houdan, limite Dreux qui le fascinent....

Connaît-il bien le secteur pour y avoir travaillé localement dans la Maison Poulaga ?

Profite-t-il du traumatisme encore très frais dans l'inconscient collectif de "Gambais" et de l'affaire Landru guillotiné le 25 février 1922 ???

A-t-il reçu des ordres "venant d'en-haut" pour se limiter à tourner en rond dans la commune de Houdan ? Et ses alentours ?

Et de ne surtout pas dépasser Dreux pour aller voir ce qui aurait pu se passer du côté de la Bretagne ?

 

A votre réflexion.

 

 

Liliane Langellier

 

Le Grand Garage du Cygne à Houdan...

Le Grand Garage du Cygne à Houdan...

Affaire Seznec Investigation : Et le commissaire Vidal décida que ce serait Houdan...
Houdan. Le Grand Garage du Cygne.

Houdan. Le Grand Garage du Cygne.

Houdan. Le Garage du Cygne agent Renault en 1929...

Houdan. Le Garage du Cygne agent Renault en 1929...

Le Plat d'Étain vers 1900, tenu par Mme Cadot, veuve Dujoncquoy.

Le Plat d'Étain vers 1900, tenu par Mme Cadot, veuve Dujoncquoy.

Houdan. Guide Michelin 1922.

Houdan. Guide Michelin 1922.

Houdan. Recensement 1901.

Houdan. Recensement 1901.

Jeangirard, agent des cycles Alcyon in Le Journal du 29 avril 1926.

Jeangirard, agent des cycles Alcyon in Le Journal du 29 avril 1926.

Houdan. La gare. Dreux. La gare.
Houdan. La gare. Dreux. La gare.

Houdan. La gare. Dreux. La gare.

Gare de Houdan. La barrière....Et l'enquête...

Gare de Houdan. La barrière....Et l'enquête...

Le Chaix Dreux / Paris (1923)

Le Chaix Dreux / Paris (1923)

Dreux. Guide Michelin 1922.

Dreux. Guide Michelin 1922.

Nos deux compères à Houdan in Le Petit Parisien du 13 octobre 1923.

Nos deux compères à Houdan in Le Petit Parisien du 13 octobre 1923.

Publié dans Affaire Seznec

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Quezaco 10/07/2015 08:29

Resumons-nous:
-19h45-20h15 apero a Dreux
-20h15-20h45routejusquechez Jeangirard
-20h45-21h15stationnementde la voiture devantchez JJ (30')
21h15(heured"hiver-22h15 heure d'ete) depart de la gare de Houdan
21h45h arrivee aDreux.on l'a fait a l' aller,pourquoipas au retour?

La Piste de Lormaye 10/07/2015 09:04

Primo : et je l'ai expliqué : c'est la nuit (le retour est de jour que je sache). L'entrée de la route de Paris dans Dreux est en haut de la ville assez loin de la gare (voir plan joint). J'ai refait le trajet avec Bernez Rouz et son équipe (entre autres) : on dépasse largement les 30 minutes et les routes sont bien meilleures qu'en 1923.
Secundo : Nous n'avons que la parole de Guillaume pour nous raconter ce supposé trajet. Une parole où il se mélange entre les gares, les horaires des trains, pour finir par écrire du bagne qu'il ne risquait pas d'avoir reconnu les gares de Houdan ou de Dreux car il n'y avait jamais mis ses pneus.
A méditer...