Affaire Seznec Investigation : Pas de fouilles à Morlaix !

Publié le par Liliane Langellier

"Nos fidélités sont des citadelles."

Bernanos

 

 

 

Les "Google Alertes" ont encore envahi mes mails hier soir...

Pas de fouilles à Traon-ar-Vilin. L'ancienne scierie de Guillaume Seznec.

J'avais aidé de mon mieux Me Denis Langlois sur mon blog Mediapart.

L'hypothèse de Me Langlois reste en course, avec ou sans fouilles.

L'affaire Seznec n'est pas terminée pour autant.

Il y a d'autres gens qui cherchent ailleurs et autrement.

Mais c'est l'un de mes amis qui a le mieux résumé la situation :

"Denis Langlois semble vouloir "réinjecter" le témoignage de Petit-Guillaume, qu'il a lui-même révélé il y a quelques mois, dans une procédure pour l'instant close (les n demandes de révisions) 
L'argumentation d'Éric Mathais, le Proc' de Brest, me paraît imparable.
Car, de fait, l'article du Télégramme de Brest le rappelle bien,

"Cette demande peut être présentée par le ministre de la Justice, le procureur général près la Cour de cassation, le condamné ou son représentant légal, ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, et par le procureur général"

sachant que le "procureur général" mentionné à la fin de cette énumération serait le Procureur général (ou la Procureure générale, car je crois me souvenir que c'est une femme en ce moment) près la Cour d'Appel de Rennes.

Donc, Denis Langlois aurait, pour le moins, "frappé à la mauvaise porte"...

Et puis, certes, cela pourrait rappeler, quoique dans une époque et dans un contexte différents, les anciennes "fouilles à Traou-Nez"..."

J'avoue avoir été quelque peu surprise de la déclaration de Me Langlois à l'A.F.P. vendredi dernier.

C'est un homme pondéré.

Et il est bien placé pour savoir ce que les différents forcings de Denis Seznec (et de la famille) ont énervé la justice et toujours abouti à des rejets.

De plus, je me souviens très bien que, lors de la sortie de son livre, Me Langlois nous avait bien précisé - juste avant son intervention à Quimper le 12 février - qu'il lançait un appel à Madame Véronique Malbec, procureure générale de Rennes.

Il me manque certes des éléments pour juger.

Je trouve juste dommage qu'une telle précipitation ait fait échouer des fouilles qui auraient pu (conditionnel) faire avancer l'affaire.

Faire avancer l'affaire ?

Pas sûre.

Même si des restes de Pierre Quémeneur avaient été retrouvés à la scierie, cela ne nous aurait pas donné la clé de l'affaire Seznec pour autant.

Car, et ce n'est pas la première fois que je l'écris, cette affaire, c'est un peu comme une pièce de théâtre.

Petit Guillaume entend sa mère crier : "Ah ! non, Pierre pas vous, non !" Et puis : "Laissez-moi tranquille ! Ah non. Laissez-moi tranquille ou j'appelle."

Tout le monde a pensé "sexe".

Il faut dire que Morlaix bruissait encore de la liaison amoureuse Marie Jeanne / Pierre Quémeneur.

Et personne ne s'est posé la question de savoir comment les enfants vivaient ces rumeurs ?

C'est parfois cruel les enfants entre eux...

Les cours de récré de servaient pas qu'à jouer aux billes.

Petit Guillaume a-t-il souffert de ragots (fondés ou non) qui auraient pu influencer ses dires.

C'est précieux une maman pour un petit garçon.

C'est la première image de la femme.

Guillaume vient d'avoir ses 12 ans en mars. Un enfant de 12 ans en 1923 était beaucoup plus mûr que nos ados actuels.

A-t-il souffert d'une préférence quelconque de Marie-Jeanne pour son petit-frère Albert ?

Quand il rencontre Bernard Le Her en 1978, Petit Guillaume a 67 ans. 

Entre 1923 et 1978 à qui a-t-il confié ce secret ?

Le problème dans la famille Seznec, c'est la mésentente.

Qui a toujours existé.

Marie-Anne Colin vs Marie-Jeanne Seznec,

Guillaume Seznec vs François Le Her,

Jeanne Seznec vs ses frères Guillaume et Albert.

Et Jeanne Seznec a bien confié à une Finistérienne (que je ne citerai pas pour l'instant) que sa mère avait une liaison avec Pierre. "Ils étaient fous l'un de l'autre" sont ses termes.

On ne peut pas ne pas tenir compte de cette mésentente.

Pour preuve, Petit Guillaume et ses enfants sont restés loin de Petit-Fils Premier et de son tapage médiatique organisé.

Pour preuve, les enfants de Bernard Le Her, traumatisés par le suicide de ce dernier en décembre 1994 (oui, la même année que la mort de sa mère Jeanne en avril), ne souhaitent pas non plus s'exprimer.

Donc, tout le monde a pensé "sexe"....

Mais il faut toujours essayé de ne pas penser comme tout le monde.

En supposant que Marie-Jeanne soit entrée dans la salle-à-manger et ait trouvé Pierre Quémeneur à terre et sans vie, elle aurait pu aussi crier : "Ah ! non, Pierre pas vous, non !"

 

Quelqu'un me le rappelait récemment.

En faisant mémoire du témoignage de Mme Berthou qui soutient (et elle est bien placée pour le savoir) que Bernard Le Her n'a jamais fait aucune fouille à Rudéval.

Si c'est le cas (et je le pense) comment expliquer la dispute entre les deux frères dans la voiture en rentrant de Lencloître après avoir vu Madame Bataille.

Voyez qu'on peut s'en poser des questions...

Et si j'ai rouvert un blog c'est bien pour les poser clairement et sans détour.

Les questions.

 

Liliane Langellier

 

Plan Trémon.

Plan Trémon.

Publié dans Affaire Seznec

Commenter cet article

MX 27/05/2015 21:32

@Skepticos
j'ai retourné plusieurs fois le problème du trajet gare de Morlaix Traon ar Velin , et il faut bien imaginer l'ambiance à cette époque .

La gare est en haut d'une colline , en face le grand Hotel Bozellec , des estaminets , restaurants , commerces , artisans etc...

La gare est devenue dans ces années le centre névralgique de la ville .

C'est un peu comme une galerie marchande aujourd'hui.

Cependant , il n'est pas impossible que Quéméneur soit passé incognito car j'ai des doutes sur sa notoriété à Morlaix.

par contre la Cadillac de son "ami" ne devait pas passer inaperçue.

skeptikos 27/05/2015 18:50

Je voulais dire aussi
les photos aériennes de Morlaix de 1923 existent
sur http://www.geoportail.gouv.fr/accueil

Allez y , c'est très interessant

skeptikos 27/05/2015 18:28

@olijuseb et MX
la question m'avait aussi tracassé
Mais en regardant bien précisément la plan de Morlaix, j'ai vu qu'il n'y avait que 600 à 700 m de la gare à Traou ar Vilin, et encore, la plus part du chemin n'étant pas habité à cette époque. De quoi passer inaperçu? Bien possible.

La Piste de Lormaye 28/05/2015 10:03

Vous apportez beaucoup à la discussion, MX, par votre connaissance des lieux.
Alors, surtout ne vous privez pas....
Je ne suis pas la seule à aimer vous lire.

MX 28/05/2015 09:57

Je n'en doute pas Mme Langellier , je voulais surtout re-situer l'importance de la ville de Morlaix à cette date , bien avant son déclin démographique .

Je connais bien Marthe Le Clech qui a fait un travail énorme sur Morlaix , et suis aussi un passionné de l'histoire de ma ville , en amateur bien sûr .

La Piste de Lormaye 28/05/2015 04:47

On le fait, MX, on le fait.... J'ai même acquis un Guide Michelin 1922 pour les distances entre les villes (entre autres sujets) et le livre de Madame Marthe Le Clech "Morlaix 1647 /2009..."
Je suis très proche, ici, des historiens locaux. Notamment à Dreux (garage Hodey) car il faut aussi bien comprendre que la "Paris Brest" passait au milieu des villes et des villages. Et voir quelles rues elle empruntait.
Les gens se déplaçaient beaucoup en train. Il y avait des petites gares dans tous les villages (ou presque).
Il me paraît évident que l'on ne puisse pas "penser 2015" quand on travaille sur l'affaire Seznec....
Merci de vos commentaires.

MX 27/05/2015 21:49

Pour info , la scierie Seznec se trouve à l'époque en bordure de la route Paris-Brest , il n'y a pas de pont routier à cette époque et la rue de Brest est remplie de commerces , hotels , restaurants ,garages.

Entre la Gare et chez Seznec c'était un peu fréquenté.

Morlaix compte alors 14000 hbts et Quimper 18000 .

Il faut , je pense , se replacer dans ce contexte .

Olijuseb 27/05/2015 19:31

Bonsoir Skeptikos, pour Quémeneur, je ne pensais pas spécialement à Morlaix mais plutôt à son voyage en train. Étonnant, avec tout le battage qui a été fait autour de cette affaire, que personne ne soit manifesté disant l'avoir vu... un peu comme d'autres se sont manifestés pour signaler avoir vu Seznec dans le train du Havre ou ou dans celui entre Paris et la Bretagne.

Olijuseb 27/05/2015 10:05

Ces questions méritent effectivement d'être posées, tout comme la possibilité qu'avait Guillaume Seznec de se trouver à Traon-ar-Velin dans l'après-midi du dimanche 27 mai 1923 et du temps qu'il faisait alors, ensoleillé d'après Petit-Guillaume, gris et maussade d'après la presse de l'époque.

Un autre truc me chiffonne dans la version de Denis Langlois, c'est que Pierre Quémeneur soit retourné à Morlaix par le train et qu'on ait aucun témoignage...alors que dans le même temps l'autre mercanti ne pouvait pas aller quelque part sans qu'une foule de pékins ne viennent se vanter de l'avoir vu.

Bref, l'affaire Seznec est loin d'être terminée, y compris pour la justice si la descendance de Guillaume se décide à faire une demande de révision....

MX 27/05/2015 13:21

D'accord avec vous Olijuseb ,Quémeneur passant inaperçu c'est étonnant .

De même Seznec serait difficilement passé inaperçu au volant d'une Cadillac en pleine journée non ?
Je pense qu'il est plutôt arrivé dans la nuit ou tôt le matin .

Je ne sais pas quel temps il faisait , mais je sais que mes grand-parents ont passé la journée dehors sans mentionner de mauvais temps !

J'en profite pour féliciter Mme Langellier de ne pas céder aux tentatives d' intimidations .